Aleteia

Lyon et la Sainte Vierge : 20 siècles d’amour

© Musée d’art religieux de Fourvière
La couronne de la Vierge au musée d'art religieux de Fourvière
Partager
Commenter

L’exposition "Fourvière, le trésor des Lyonnais" dévoile ses merveilles jusqu’au 16 août 2016.

Jusqu’au 16 août 2016, le musée d’art religieux de Fourvière retrace l’histoire de ce lieu devenu le berceau culturel et spirituel de la dévotion mariale, si spéciale à Lyon. Au sommet de la colline, la basilique est aujourd’hui le monument emblématique de la ville. Grâce à des projections mettant en scène des sculptures, des vitraux, les ors de la basilique, mais aussi des œuvres d’art tel que son trésor, l’exposition permet de comprendre l’importance de la basilique, d’un point de vue artistique et spirituel.

Lyon à Marie

Photo « Lyon à Marie » : première salle de l’exposition intitulée « Lyon à Marie © Musée d’art religieux de Fourvière
Première salle de l’exposition intitulée Lyon à Marie © Musée d’art religieux de Fourvière

« Marie est entrée dans la vie du peuple lyonnais plus profondément, plus intimement qu’Elle n’est entrée dans la vie d’aucun autre peuple », déclare Pierre Chatelus dans son discours d’ouverture, lors du Congrès marial, en septembre 1900. Ainsi, l’exposition débute par une salle « Lyon à Marie » faisant remonter le culte marial à saint Pothin, qui, venu d’Éphèse où la maison de Marie est traditionnellement honorée, devient évêque de Lyon en 170. Une fresque de la basilique projetée en lumière illustre cela grâce à des animations.

La visite se poursuit en passant par le vœu des Échevins, qui face à la peste qui sévit à Lyon dans la première moitié du XVIIe siècle, promettent en 1643 d’offrir chaque année à la Vierge un louis d’or et un cierge de cire blanche. Le miracle s’accomplit puisque peu de temps après, le mal recule et leur vœu est exaucé. Depuis cette date, chaque 8 septembre, le maire de Lyon et les élus montent à Fourvière perpétuer cet engagement et l’archevêque, depuis le balcon de la basilique, bénit la ville avec le Saint Sacrement.

L’Immaculée Conception © Musée d’art religieux de Fourvière

En 1854, le Dogme de l’Immaculée Conception est officiellement proclamé. C’est alors qu’une grande nouveauté artistique apparaît : Marie est représentée par de nombreux artistes sans l’Enfant Jésus. Mais deux ans avant la proclamation du Dogme, c’est cette figure de l’Immaculée Conception qui est choisie pour orner le clocher de la chapelle de Fourvière. Une projection animée reproduit l’une des six grandes mosaïques de la basilique consacrée à la proclamation du Dogme par Pie IX.

La basilique, un ex-voto admirable

L’exposition décrit à travers une nouvelle salle, la construction de la basilique par les portraits de ses acteurs (architectes, mosaïstes, sculpteurs…), les esquisses des mosaïques, des plans mais aussi des « modelos » – un genre d’esquisse pour la sculpture, souvent en plâtre ou en terre cuite, qui permettait de présenter son projet avant exécution – ayant servi à l’élaboration des sculptures de la basilique.

La mort de saint Joseph © Musée d’art religieux de Fourvière

Les sculptures monumentales de la basilique ont effectivement d’abord été réalisées en plâtre ou en terre cuite par les sculpteurs sélectionnés par les architectes Pierre Bossan et Sainte-Marie Perrin. Ces ébauches réalisées sur place sont expédiées en train à Bossan qui les corrige et les annote dans un local de la gare de La Ciotat, son lieu de résidence, avant d’être renvoyées à Lyon pour être sculptées dans la pierre. La collection de Fourvière compte plus de 500 « modelos » des mains de Charles Dufresne, Millefaut, Larrivé et Belloni.

La couronne de la Vierge

© Musée d’art religieux de Fourvière
La couronne de la Vierge © Musée d’art religieux de Fourvière

La salle suivante abrite le Trésor avec, entre autres, la Couronne de la Vierge, exceptionnellement exposée pour l’occasion. De type impérial, fermé, en or et émail, ornée de séraphins et d’un lys marial au sommet, elle est réalisée en 1899 par l’orfèvre lyonnais Armand-Calliat, pour être placée sur la tête de la Vierge que le sculpteur Millefaut, a créé pour l’autel de la basilique.

Cette couronne fut exécutée grâce aux dons des familles lyonnaises. En effet, après la guerre de 1870, pour remercier la Vierge du retour en vie d’un père, d’un mari d’un fils, les Lyonnaises ont offert au sanctuaire leurs bijoux, bagues, colliers, etc.

Le 9 juillet 1940, pour éviter qu’elle ne tombe dans les mains de l’ennemi, la couronne est retirée de la tête de la Vierge, dans la basilique, et remplacée par un fac-similé en bronze et verroterie d’Amédée Cateland. L’originale est déposée dans un coffre de banque. Elle n’a été ressortie qu’en de rares occasions notamment en 1996 pour le centenaire de la consécration de la basilique.

© Musée d’art religieux de Fourvière
© Musée d’art religieux de Fourvière

 

Tarifs : 3 euros plein tarif / 2 euros tarif réduit / gratuit pour les moins de 16 ans accompagnant leurs parents, City-Card, ICOM, Amis du Musée de Fourvière, carte de presse, enseignants et étudiants (sur présentation de la carte).

Horaires d’ouverture : tous les jours de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30. Fermé le dimanche matin.

Adresse : Musée d’art religieux de Fourvière – 8 place de Fourvière – 69005 Lyon
www.fourviere.org

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]