Aleteia

Retour sur les JMJ. « Pour suivre Jésus il faut une bonne paire de chaussures »

© Wojciech Grzedzinski / ALETEIA
© Wojciech Grzedzinski / ALETEIA
Partager
Commenter

Vivez le quotidien de nos reporters aux JMJ de Cracovie.

« Nous ne sommes pas venus au monde pour végéter et faire de notre vie un canapé qui nous endorme. Nous sommes là pour laisser une empreinte sans confondre le bonheur et la consommation, sinon le prix à payer est particulièrement élevé. Le prix, c’est notre liberté. (…) Pour suivre Jésus il faut une bonne dose de courage. Et une bonne paire de chaussures aussi, pour emprunter des routes qui n’ont peut-être jamais été empruntées » (pape François).

La théorie du canapé

Le pape François a choisi ses mots en s’adressant aux jeunes réunis autour de lui à Cracovie pour les JMJ. Bannissant le canapé, fustigeant le divan, il pointe du doigt le sofa chez les chrétiens qui doivent être en marche derrière Jésus et non pas affalés dans un canapé. La mollesse n’est pas digne des chrétiens. Un bon canapé, moelleux et confortable, avec option bac à chips (oui, cela existe) s’oppose à l’aventure que le Christ nous propose. Le pape invite les jeunes à être sur le terrain, à partir au large, à l’aventure sur les routes pour le suivre. À ne pas hésiter à s’extirper d’un canapé moelleux pour sortir et oser l’aventure et répondre aux rêves du cœur, au dessein de Dieu. Et qu’importe si tu n’es pas parfait.

« Quand le Seigneur nous appelle il ne pense pas à nos péchés et à nos faiblesses mais il pense à tout l’amour que nous pourrons répandre : Il te projette vers l’horizon, jamais au musée ! » (pape François).

Des chaussures qui tiennent la route

Écoute, ton Dieu t’appelle ! « C’est cela le secret : Dieu t’attend, Il vient rompre nos fermetures, il vient ouvrir les portes de nos vies, de nos visions, de nos regards. Dieu vient ouvrir tout ce qui t’enferme. Il t’invite à rêver, Il veut te faire voir qu’avec toi le monde peut être différent. C’est ainsi : si tu n’y mets pas le meilleur de toi-même, le monde ne sera pas différent. Le temps qu’aujourd’hui nous vivons n’a pas besoin de jeunes-canapé, mais de jeunes avec des chaussures, mieux encore, des chaussures avec crampons. Il faut que tous les jeunes soient sur le terrain, personne ne doit être sur la touche. Le monde actuel nous demande d’être acteurs de l’Histoire, de défendre notre dignité et de ne pas permettre que ce soient d’autres qui décident à notre place. » Chaussures à crampons, escarpins de bureau, ballerines, espadrilles, tongs, tout est bon pourvu que nos pas nous mènent sur les routes de Dieu !

Il s’agit simplement de ne pas être les « méduses sans os ni forme » dont parle Saint-Exupéry dans Citadelle. Il s’agit de s’ancrer, de s’enraciner dans le Christ pour pouvoir avancer dans le monde à la lumière de la vérité. Loin des canapés.

En avant, laissez vos empreintes !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]