Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Carnet de voyage. Le pont Charles, un charme Bohême !

Partager

La traversée d'un pont rempli d'histoires... et de monde.

Je m’y suis attardée, j’y suis retournée souvent, et il est vrai que ce pont a quelque chose de fascinant. C’est pour cela que je vais tâcher de vous en peindre le tableau, tel qu’il m’apparaît.

On peut réellement parler d’un chef-d’œuvre de l’architecture médiévale. Long de cinq cents mètres et reposant sur seize arches, il a été construit entre 1357 et 1402 sur ordre de Charles IV, sur le modèle du pont de Pierre de Ratisbonne « son petit frère ».

Des dizaines de statues dominent les parapets du pont, œuvres des plus grands sculpteurs de Bohême. L’élégance baroque de ces statues se marie parfaitement bien avec le style gothique du pont. Ajoutons à ces atouts architecturaux, que la vue qu’offre le pont sur la ville et la Vltava est des plus imprenables.

Un véritable carrefour des civilisations

Plus étonnant que la petite merveille attire les foules… Du touriste américain au jeune étudiant chinois en passant par l’homme d’affaire tchèque, c’est un véritable carrefour des civilisations !

Observons à présent cette foule de plus près. Cette mère et sa fille en extase devant les petits étalages de bijoux, ou encore ce vieux couple recueilli, effleurant ensemble avec leurs mains le bronze de saint Jean Népomucène, censé leur apporter un peu de bonheur, d’après la légende. Derrière eux, cette jeune femme qui vient de déposer discrètement une pièce, dans la main tendue du mendiant ignoré, à quelques pas duquel un pianiste commence son morceau. Au pied de la statue de sainte Luitgarde, c’est tantôt un pianiste, tantôt un violoniste qui joue. Le jour suivant un groupe d’artiste médiéval ou le surlendemain, une jeune aveugle à la voix divine qui chante ses Ave Maria… Ce va-et-vient imprévisible de nouveautés donne au pont un charme un peu bohème.

Plus qu’un simple trait d’union entre deux rives

Mais si vous venez à l’aube, à midi, ou à l’heure du crépuscule, l’atmosphère sera différente, et c’est aussi ce qui fait la singularité de chaque nouveau passage sur le pont.

Alors plus qu’un simple trait d’union entre deux rives, le pont Charles porte les marques de son histoire et perpétue les traditions héritées des légendes et du passé. Les musiciens, les marchands, les artistes, les milliers de visiteurs venus des quatre coins de la planète, les prières et les vœux prononcés, les amoureux qui jettent la clé dans la Vltava après avoir fermé leur cadenas, ce sont tant de choses qui continuent à faire battre le cœur de ce joyau, et le rendent si vivant.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]