Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Épisode 2 : d’Auschwitz à Czestochowa

© Eléonore de Vulpillières
© Eléonore de Vulpillières
Partager

Vivez le quotidien de nos reporters aux JMJ de Cracovie.

Après une matinée sur les pas de Jean Paul II à Wadowice, nous nous sommes rendus à Auschwitz. Cette paisible ville de province, Oswiecim en polonais, fut baptisée Auschwitz durant les six ans que l’occupèrent les Allemands.

Une prise de conscience 

Avant de pénétrer à l’intérieur des deux camps, nous nous penchons sur la vie du père Maximilien Kolbe, franciscain déporté en 1941, tué en août, après s’être porté volontaire pour remplacer un père de famille condamné à être enfermé et à mourir de faim.

Nous avons d’abord visité le camp d’Auschwitz I, établi dans une caserne désaffectée de l’armée polonaise. En raison de la forte affluence due aux JMJ, les bâtiments accueillant l’exposition étaient fermés au public, mais de nombreux panneaux explicatifs situés à l’extérieur nous ont permis de comprendre le mode de fonctionnement du camp.

Par la suite, nous avons fait le tour du grand camp de concentration d’Auschwitz II, qui fut créé en octobre 1941 à trois kilomètres du camp principal près du village de Brzezinka (Birkenau en allemand). On prend conscience, une fois sur place, de l’immense importance accordée à l’organisation méthodique, mécanique et déshumanisée de la mise à mort. Ce qui frappe est le contraste entre l’horreur des actes qui s’y sont déroulés et l’atmosphère paisible qui s’en dégage aujourd’hui.

L’équivalent polonais de Lourdes : Czestochowa

Le lendemain, nous avons découvert le sanctuaire de Kalwaria Zebrzydowka, au cadre verdoyant et tranquille et dont la basilique baroque est consacrée à la Vierge des Anges. Au fur et à mesure du pèlerinage, nous percevons combien le peuple polonais est dévoué à la figure de la vierge Marie. Nous arpentons les six kilomètres sur lesquels sont disposées un nombre non négligeable de chapelles dédiées à la Vierge et à la Passion du Christ. Leur disposition reproduit celle de la Jérusalem du temps de Jésus.

Samedi et dimanche, nous marchons sur la route des nids d’aigle, en direction du sanctuaire marial de Czestochowa. Celui-ci est l’équivalent polonais du Lourdes français (ville à laquelle il est d’ailleurs jumelé, ainsi qu’avec Fatima au Portugal et Bethléem en Palestine) et revêt une forte valeur symbolique aux yeux des Polonais.

La Vierge noire balafrée

Jasna Góra fut fondé en 1382 par les pères Paulins avant de devenir un monastère onze ans plus tard. L’icône de la Vierge noire a été offerte aux moines par le prince Ladislas II d’Opole ; le jour de Pâques 1430, des brigands hussites (disciples de Jean Hus, hérétiques qui, entre autres, ne reconnaissaient pas la Vierge) ont pillé la basilique et balafré le visage de la madone noire. Depuis lors, les Polonais n’ont pas souhaité effacer ce signe visible du martyre. Depuis quelques années, une châsse abrite la ceinture maculée de sang que portait Jean Paul II le jour de la tentative d’assassinat qu’il subit le 13 mai 1981.

Au bout d’une marche de vingt-cinq kilomètres, nous arrivons, avec d’autres pèlerins, sur la superbe et très longue avenue de la Bienheureuse-Vierge-Marie qui mène tout droit à la basilique. Logés chez les frères montfortains – disciples de Louis-Marie Grignon de Montfort – à cinq minutes du sanctuaire, nous avons l’occasion de parcourir la ville à la faveur de la douce atmosphère du soir.

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.