Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La Pologne, Czestokowa et les « cremouchka »

Partager

Vivez le quotidien de nos reporters aux JMJ de Cracovie.

La Pologne, terre de vodka, de salami douteux et de valeureux plombiers… un pays bien peu attirant pour le touriste français amateur de sensations et de soleil. Quelle idée de passer deux semaines en Pologne en plein mois de juillet, loin des plages et des destinations exotiques ?

La Pologne, terre des grands saints

La Pologne, mais quelle idée ? Oui, voilà une question que je me suis posée. Mais cela, c’était avant. Avant de réaliser qu’une route ne se décide pas, mais qu’elle s’emprunte. Avec abandon. Des chemins tortueux et « D+ » des monts Tatras offrent leurs panoramas montagnards superbes à qui emprunte la route des nids d’Aigles en passant par Auschwitz, Wadowice et Czestochowa. On ne peut que se laisser étonner par la Pologne.

Coincée entre le rigorisme germanique et l’impétuosité de l’âme slave, la Pologne se révèle lentement. Blottie dans ses forêts d’épicéas, de pins sylvestres et de hêtres, la culture polonaise n’est certes pas centrée sur sa gastronomie mais celle-ci montre un bel exemple de foi et de persévérance. Terre de grands saints, à commencer par saint Jean-Paul II, saint Maximilien Kolbe et sainte Faustine, ces terres sableuses ont donné au monde des figures emblématiques.

Les calories des « cremouchka« 

À Wadowice, l’omniprésence de Jean Paul II est sidérante et vertigineuse. Impossible de passer à côté : presque toutes les rues portent son nom, jusqu’à la pâtisserie « JPII » où l’on peut déguster les fameux « cremouchka » de son enfance qu’il affectionnait particulièrement (vu l’apport calorique de ladite pâtisserie, on comprend que le sport ait occupé une partie importante de la vie de ce grand saint).

À Czestochowa, la beauté de l’icône de la Vierge noire, reine de Pologne, balafrée le jour de Pâques 1430 par les Hussites (mais ceci est une autre histoire) est saisissante. Contemplée après une longue route, elle rend palpable les mystères de la maternité. Quelle beauté dans l’abandon de Marie au dessein de Dieu, l’acceptation pleine et entière d’une existence si extraordinaire dans un environnement tellement ordinaire, chemin de sanctification féconde pour le monde ! Les premiers mots de la prière de saint Louis Grignon de Montfort résonnent en contemplant cette figure : « Nous te choisissons aujourd’hui, Ô Marie, pour notre mère et notre reine, en présence de toute la cour céleste ».

Nous voici à quelques kilomètres de Cracovie, parés à vivre l’ouverture des JMJ et l’arrivée du pape François. La route continue : en avant ! Beau mois de juillet à tous. Pour tous ceux qui n’ont pas la chance d’être en Pologne, sachez que des milliers de jeunes pensent à vous et vous portent dans leurs prières.

Vive l’été et la Pologne, à bientôt !

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]