Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 28 octobre |
Saint Jude
home iconFor Her
line break icon

Sexualité : les bonnes raisons d'attendre

François Ossama - Publié le 25/07/16

Le corps ne laisse pas toujours voir le cœur !

En puisant dans les dynamiques psychologiques liées à une relation amoureuse à ses débuts, on peut aider les jeunes à découvrir que la chasteté avant le mariage n’est pas une privation de leur liberté ou un joug imposé par l’Église. Au contraire, elle est une véritable richesse qui aide à la maturation de la relation, et leur permet d’entamer la construction d’un lien durable.

Connaître par l’acte sexuel : un leurre 

Contrairement à ce que l’on entend souvent, l’intimité sexuelle laisse aux fiancés moins d’espace nécessaire pour mieux découvrir et valoriser chacun toutes les dimensions de l’autre – pas seulement son corps, mais davantage, ses valeurs, ses vertus, son intériorité. L’acte sexuel dans une relation encore appelée à se confirmer par le mariage peut en effet développer l’impression de « connaître » déjà totalement l’autre. De sorte que, ayant accès à son intimité corporelle, « le connaissant », on pense désormais ne plus avoir grand-chose à explorer chez lui ou chez elle.

Or, ce sentiment est potentiellement porteur d’erreurs de jugement, selon que cette intimité sexuelle est satisfaisante ou non pour l’un ou l’autre. Dans le premier cas, on avance dans la relation en pensant que celle-ci fonctionnera parfaitement du fait de la « bonne entente sexuelle », et dans l’autre par contre, on conclut rapidement qu’on s’est trompé parce qu’on n’en ressort pas « satisfait ». C’est en effet un leurre car on connaît sans doute le corps, mais certainement pas, à travers celui-ci, la personne dans son intériorité, et par conséquent, ce qu’elle est ou n’est pas, ce qu’elle a à nous offrir affectivement et spirituellement. Le corps ne laisse pas toujours voir le cœur !

Le risque de « lassitude du corps »

De plus, en établissant une intimité sexuelle, les fiancés peuvent en arriver à une fixation sur le corps au détriment du cœur avec lequel il est pourtant, au préalable, indispensable d’entrer en relation harmonieuse. Il pourrait alors s’en suivre une dérive passionnelle construite sur le sexe, potentiellement destructrice ainsi que le risque de « lassitude de ce corps » qui comporte lui-même celui de « passer » à une autre « expérience » mettant toujours un accent sur l’union corporelle.

Une relation ne sera durable que si elle repose avant tout sur le lien de cœur et d’esprit, l’union corporelle intervenant comme la concrétisation ou, pour parler comme les jeunes, la « conclusion » de l’élan affectif. Pendant le temps des fiançailles, ce lien de cœur peut se construire par des gestes de tendresse réciproques, d’attention et de délicatesse, lesquels sont, même pour les couples mariés, décisifs pour renforcer la relation.

Apprendre à se maîtriser 

Sur un autre plan, la chasteté permet d’apprendre à se maîtriser. Cela forge le respect mutuel, qui irriguera pas seulement celui du corps mais aussi tous les autres aspects de la relation. La conscience de sa propre dignité et de celle de l’autre grandit dans le respect de son propre corps et ensuite celui de l’autre. C’est l’occasion de rappeler que le respect est toujours un critère de premier ordre de l’amour ; il n’y a pas d’amour sans respect (François Ossama, Comment parvenir à un mariage heureux, Éditions Mengue, p. 19).

Parler de chasteté avant le mariage, ce n’est pas s’inscrire dans une approche négative de la sexualité. Au contraire, il s’agit d’affirmer une vision de celle-ci qui n’est positive que dans la mesure où elle s’écarte des vices comme l’égoïsme qui recherche exclusivement le plaisir physique. Par une continence vécue positivement, les fiancés réalisent un tel exercice de purification. Ils entreront alors dans le mariage avec une conception de la sexualité qui intègre la dignité et la liberté de chacun, et qui, tout en participant du bien des époux, ouvre l’amour à la fécondité. Disons par conséquent aux jeunes que l’acte sexuel « ne fait pas l’amour », mais il vient « manifester l’amour » lorsque celui-ci a acquis sa confirmation par un engagement d’union définitive.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
chasteteCoupleMariagesexe
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
dessin caricature
Guillaume de Prémare
Terrorisme islamique : l’impasse du droit au ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement