Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le Pakistan enterre Edhi, figure emblématique de la charité sans frontières

@Facebook/Fondation Abdul Sattar Edhi WP
Partager

Comparé à Mère Teresa chez les catholiques, Abdul Sattar Edhi, musulman, en partant, ira jusqu’à donné ses deux yeux à un aveugle .

Abdul Sattar Edhi,  un exemple et un bien pour tout le Pakistan, tant son dévouement pour les pauvres et les grands marginalisés était grand – jusqu’à donner ses deux yeux à un aveugle au moment de mourir – Les réactions à la nouvelle de son décès, le 8 juillet dernier, à l’âge de 88 ans, et l’hommage qui lui est rendu, le lendemain, par l’Etat et des foules immenses dans un stade de cricket de Karachi, en disent long sur la vénération que lui portait tout le pays où beaucoup comparent cet « Ange de la miséricorde » – comme on le surnommait dans le pays – à la Bienheureuse Mère Teresa de Calcutta.

Un empire caritatif sans limites

Le « patriarche barbu » – l’autre nom que lui donnent ses compatriotes – avait ouvert dans tout le pays un véritable empire caritatif, soit tout un réseau de maternités, orphelinats, dispensaires, maisons de retraite, crèches, mais surtout plus de 1 000 ambulances connues pour leur efficacité lors d’attentats, fréquents dans le pays. La Fondation Edhi organise et finance également, sans distinction de race, de religion ou de culture, les obsèques de milliers de personnes rejetées par la société.

« Ce musulman a passé toute sa vie à s’occuper des autres, sans aucune discrimination », témoigne à l’agence Fides le Père Emmanuel Parvez, Curé de Pansera, une petite ville à 25 Km de Karachi, « il a fait du bien également à beaucoup de catholiques. Il nous a enseigné que la charité n’a ni frontière ni barrière, au nom de l’humanité de chacun de nous « .

Edhi fut « un exemple et un bien pour la nation et ses services rendus à l’humanité ont été une pure manifestation de l’amour de Dieu Le vide qu’il a laissé ne pourra jamais être rempli » lui rendent hommage, de leur côté le Directeur national de la Commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale du Pakistan, Père Emmanuel Yousaf Mani, et le Directeur exécutif, Cecil Chaudhry, dans un billet de condoléances envoyé à l’organe d’information des Œuvres Pontificales Missionnaires.

Cinq prix en quatre ans

Au cours de sa vie, rapporte le site Oumma.com, de la communauté musulmane francophone, Edhi a reçu le prix Gandhi de la paix, le prix Unesco Madanje et Singh 2007, le prix de la paix de Londres 2011, le prix de la paix de Séoul 2008, et le prix Hamdan pour les volontaires dans le service médical humanitaire. Il a été à plusieurs reprises nominé pour le Prix Nobel de la Paix; cette année encore, Malala Yousafzai, l’adolescente lauréate du prix Nobel du Pakistan, a ajouté son nom à la liste.

Son dernier geste : juste avant de mourir, offrir ses yeux à deux aveugles qui retrouveront la vue le 10 juillet dernier.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]