Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le mystère de la haine

VALERY HACHE / AFP
EDITORS NOTE: Graphic content / Police officers stand near a van, with its windscreen riddled with bullets, that ploughed into a crowd leaving a fireworks display in the French Riviera town of Nice on July 14, 2016.
At least 60 people were killed when a truck ploughed into a crowd watching a Bastille Day fireworks display in the southern French resort of Nice, prosecutors said early on July 15. Nice prosecutor Jean-Michel Pretre said the truck drove two kilometres (1.3 miles) through a large crowd that was watching the fireworks.
/ AFP PHOTO / VALERY HACHE
Partager

La haine a ses raisons que la raison ignore.

Un camion lancé dans une foule pour y tuer un maximum d’innocents n’est pas un défi seulement pour la sécurité publique. Il met également à mal ce qui est le propre de l’homme, à savoir la raison. La colère ne dure pas. Le ressentiment et l’hostilité ont des raisons. La haine qui pousse à concevoir et exécuter froidement un projet homicide de la plus grande ampleur possible n’en a pas. Une telle sauvagerie excède même le cadre de la nature : aucun prédateur n’est capable d’un tel massacre. Et pourtant, ça existe. On le sait depuis le 11 septembre 2001. C’est autre chose que les attentats anarchistes de la fin du XIXe siècle, qui visaient des souverains, des princes, des présidents, des ministres… Autre chose encore qu’une vengeance exercée contre les responsables d’un mal identifié.

Peu importe de savoir quelle logique s’était emparée du fou furieux de Nice, s’il appartenait à une organisation ou avait  simplement été inspiré par une propagande incitant au meurtre aveugle et massif. Ce qui reste et restera, c’est l’accumulation de frustrations et d’humiliations qui peut motiver une telle haine chez un individu au sein d’une minorité mal intégrée dans un pays s’honore d’être ouvert et d’avoir raison sur tous les plans. C’est  aussi la fragilité de la raison, lorsqu’elle s’enferme en elle-même et oublie qu’elle est un don qui se retourne contre soi si on ne le partage pas en reconnaissant et imitant la magnanime abnégation de Celui qui en est la source.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]