Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Attentat de Nice : après la stupeur, comprendre et réagir

© Valery HACHE / AFP
EDITORS NOTE: Graphic content / Rescue workers help an injured woman to get in a ambulance on July 15, 2016, after a truck drove into a crowd watching a fireworks display in the French Riviera town of Nice.
A truck ploughed into a crowd in the French resort of Nice on July 14, leaving at least 60 dead and scores injured in an "attack" after a Bastille Day fireworks display, prosecutors said on July 15. / AFP PHOTO / Valery HACHE
Partager

Une première analyse.

1 – Attentat du jeudi, un choix d’opportunité

L’État islamique essaie de renforcer la légitimité religieuse de ses actions terroristes et privilégie – lorsque ses attentats sont téléguidés de Syrie – le vendredi, jour sacré pour les musulmans. La seule exception à cette règle est l’attentat de Sid Ahmed Ghlam contre les églises de Villejuif, mais il s’agissait de s’adapter à la présence des fidèles ce jour-là. L’attentat de Nice du 14 juillet relève de la même logique d’opportunité.

2 – Un attentat à Nice, gage de rayonnement médiatique

Un gros attentat était attendu en province, notamment dans une zone comportant une grande concentration de djihadistes. Le choix de la province permet en effet de répandre l’insécurité au sein de l’ensemble de la population française en espérant que les forces de sécurité soient moins bien préparées à ce type d’action. Nice, c’est un lieu de tourisme très ancien en Europe, puisque la ville y accueille des anglais en villégiature dès le XIXe siècle. Le rayonnement touristique et culturel de Nice est le gage d’un retentissement international certain.

3 – Le camion, vecteur traditionnel d’attentat, chez les djihadistes

L’État islamique utilise fréquemment les camions comme vecteurs d’attentat. En Irak, les camions sont renforcés de plaques d’acier, et sont blindés de façon artisanale avant de commettre un attentat.  En juin 2014, Le gigantesque attentat d’un camion-citerne lancé contre le QG de l’armée à Mossoul a paralysé celle-ci et son plan de contre-attaque. Pour ce protéger de ce moyen d’action, des pays comme la Tunisie, ont mis en place des plots escamotables anti camion-bélier. En Grande-Bretagne, des équipements anti véhicules-béliers sont de plus en plus vendus, par exemple la gamme Terra de Frontier Pitts.

4 – Les résonances historiques de l’attentat : 1789, 1790 et 1914

Le 14 juillet a été institué fête nationale très tardivement – en 1880 – après un siècle où la mémoire des Français s’est déchirée sur la signification de la révolution.  Ces deux mémoires ont été fusionnées par la guerre de 1914-1918 qui réconcilie les Français autour d’un régime apaisé. Alors que l’on célèbre précisément le centenaire de la guerre de 14, l’attentat de Nice nous ramène brusquement à l’ambiguïté du 14 juillet, qui est à la fois la fête pacifique de la Fédération des Français autour du Roi – le 14 juillet 1790 – et du déchaînement gratuit de la violence qui commence en juillet 1789.

5 – Le rôle des armées

Les armées – qui n’étaient pas déployées sur ce secteur – ont réagi immédiatement en venant en renfort.

Tags:
attentat
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]