Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La Cité Saint-Pierre de Lourdes, voulue par sainte Bernadette en personne !

© Cité Saint-Pierre
Partager

Et ils viennent du monde entier dans ce lieu d’accueil pour les plus pauvres...

Qui dit Lourdes, dit Sainte Vierge, source, basilique, piscines… mais aussi Cité Saint-Pierre ! Ce centre d’accueil et d’hébergement du Secours Catholique Caritas France accueille des personnes en précarité venues du monde entier, pour la plupart dans une démarche de pèlerinage.

« C’est un appel et un véritable service d’Église. Je suis touché et transformé par les rencontres que je fais dans cette mission. Ce lieu me nourrit professionnellement ainsi que dans ma foi. »

Gonzague Amyot d’Inville, son directeur, en rappelle la genèse : « Ce lieu est né d’un souhait personnel de sainte Bernadette, qui était connue pour sa santé fragile. Lourdes est aujourd’hui devenue la ville d’accueil des personnes malades par excellence ! Mais sainte Bernadette était aussi très sensible à la pauvreté, son père ayant été longtemps sans emploi. Ils ont vécu de nombreuses années au tristement célèbre « cachot ». Sainte Bernadette était donc particulièrement sensible à l’accueil des plus pauvres. Son projet a été repris par le père Jean Rodhain, fondateur du Secours Catholique, à la demande de l’évêque du lieu ».

Aujourd’hui, la capacité d’accueil des personnes en précarité est de 400 places, dans des chambres allant de un à cinq lits.

Le désir de la rencontre entre des publics différents

Depuis soixante ans, la Cité Saint-Pierre accueille des pèlerins du monde entier en situation de précarité qu’elle soit sociale ou familiale, des exilés, des migrants, des personnes avec handicap psychique ou moteur… Ces personnes viennent à titre individuel, en petits ou plus grands groupes, en familles, etc.

Depuis quelques années, explique Gonzague Amyot d’Inville, »nous nous engageons dans un accueil plus large avec le désir que des publics très différents se rencontrent. Nous souhaitons que ce soit aussi un lieu pour des vacances, pour les familles, et qu’il permette à des jeunes de découvrir la solidarité et la charité. Cette ouverture va jusqu’à l’accueil de groupes de la société civile afin de les éveiller et de les sensibiliser à notre action ».

Se laisser transformer par la rencontre

La Cité Saint-Pierre est à la fois un lieu de pèlerinage et de ressourcement, mais aussi de rencontres qui peuvent transformer la personne. Gonzague Amyot d’Inville utilise une belle image pour présenter la Cité : « Pour les personnes en précarité, qui se sentent souvent comme dans  un désert, cet endroit peut être comparé à une oasis, branché à la source de l’eau de Lourdes ». La nature, la création et la beauté de la montagne, apaisent les personnes et leur permettent de s’ouvrir et de se libérer.

Et pour la participation financière, chacun donne ce qu’il peut, bien que la Cité Saint-Pierre s’appuie non seulement sur les bénévoles mais aussi sur des emplois salariés. « Nous accueillons 1 200 bénévoles, par an, pour des séjours allant de dix jours à trois semaines. En fonction des saisons, entre vingt et cent bénévoles, du monde entier, nous aident », précise Gonzague Amyot d’Inville.

Rencontrer, servir, aimer…

Pour être bénévole, « il faut avoir un grand désir de rencontrer l’autre, de servir, d’aimer. Seules les personnes majeures et en bonnes conditions physiques sont acceptées car le service est parfois fatigant, et la vie en communauté nécessite une bonne forme psychologique. Un désir de vie fraternelle est également indispensable ».

L’été, la moyenne d’âge des bénévoles chute mais les profils restent très divers tout au long de l’année. Les plus faibles se rendent compte qu’ils peuvent être forts pour le service, et inversement. La Cité Saint-Pierre porte une attention particulière à l’accueil des bénévoles en situation de fragilité, de façon limitée, pour qu’ils retrouvent ainsi une estime d’eux-mêmes.

Sur les 1 200 bénévoles qui viennent chaque année, la Cité a besoin d’en renouveler la moitié. Si les bénévoles financent leur transport, les frais engagés sur place (nourriture et logement) sont pris en charge et les premiers concernés laissent une participation à la hauteur de leurs moyens.

Le rythme de service peut être dense mais chacun y trouve son compte au vu de la diversité des services : restauration, accueil, ménage, entretien des espaces verts, etc. « Nous avons également mis en place également des propositions d’animation et de soutien spirituel pour les bénévoles », précise le directeur de la Cité.

Si vous souhaitez devenir bénévole, vous pouvez prendre contact avec la Cité Saint-Pierre par téléphone au 05 62 42 71 11 ou par e-mail : benevolat.csp@secours-catholique.org

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]