Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Un nouveau sanctuaire marial au Liban

Notre Dame de l'Attente ©
© Notre Dame de l'Attente
Notre Dame de l'Attente ©
Partager

Notre-Dame de l'Attente sera désormais vénérée dans le Sud du pays.

La carte du tourisme religieux international s’est enrichie, le 29 mai 2016, d’un nouveau « phare » chrétien avec l’inscription du sanctuaire marial de « Saydet el-Mantara » (Notre-Dame de l’Attente) des grecs-melkites à Maghdouché (Liban-Sud), et ce grâce aux efforts conjugués du ministère libanais du tourisme et de l’Organisation mondiale du tourisme. C’est dans cette grotte de l’Attente, située à l’entrée du village libanais de Maghdouché, et transformée en sanctuaire par les premiers chrétiens, que la Vierge attendait Jésus lors de ses déplacements à Cana, Tyr, Sidon et Sarafand, étant donné qu’à l’époque, il n’était pas permis à une femme juive d’entrer dans des régions païennes.

Pour ajouter à la célébration de l’événement qui a « consacré » ce lieu de culte et de pèlerinage international, on trouvera ci-dessous un poème inspiré par « l’Attente », avec l’illustration correspondante.

Tu l’attends, Marie, tu l’attends
Le Pasteur, parti faire paître
Ses brebis, buvant à l’étang
De son Verbe, qui fait renaître.

Tu attends, de ton long soupir,
Son retour de son saint périple
À Cana, à Sidon, à Tyr,
Priant pour lui et ses disciples.

Tu l’attends, Marie, patiemment,
Celui qu’attendaient les prophètes,
Et qui, par son Avènement,
Nous a tous mis le cœur en fête.

Tu attends, ô Mère d’amour,
Le Fils, après la chaste attente
De l’Enfant, ayant vu le jour
S’éclairer d’une aura souriante.

Tu attends ce même Attendu
Par le vieux Siméon au temple ;
Tu l’attends d’un air éperdu,
D’un battement maternel ample.

Tu l’attends, ô Mère d’espoir,
Clouée à ta tremblante place,
Sachant bien que viendra un soir
Où tu lui couvriras la face.

Ȏ Vierge de contemplation,
Tu attends au seuil de la grotte
Le Signe de la rémission
De nos impardonnables fautes.

Tu l’attends, Marie, tu l’attends
L’Agneau, voué au sacrifice,
Qui reviendra, pas pour longtemps,
Pour repartir vers le supplice.

Ȏ Marie, après avoir plu
De Douleur, vécu la Tourmente,
Il est LÀ, tu ne l’attends plus,
Ȏ Notre-Dame de l’Attente !

Il est partout, il est ICI,
Avec toi, dans la même Nue,
Et c’est nous qui sommes assis
Dans l’attente de sa venue.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]