Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Cet homme est le père de plus de 100 enfants !

Partager

Au Vietnam, un simple maçon a commencé à enterrer les restes de bébés avortés et jetés à la poubelle. L'histoire ne faisait que commencer…

Dans le monde, il existe de vrais héros. Des personnes qui ne figurent pas sur les couvertures de magazines et ne sont pas millionnaires mais qui, par l’exemple de leur vie, font du monde un endroit où l’on se sent fier de vivre. L’un de ces héros anonymes est Tong Phuc, un Vietnamien qui a décidé d’apporter sa pierre à l’édifice et sauvé la vie de dizaines et dizaines de bébés. Il est également le père d’une centaine d’enfants qui, sans lui, ne seraient jamais venus au monde.

Tout a commencé en 2001. Sa femme était enceinte et a rencontré de nombreuses complications. L’accouchement a été difficile et, raconte Phuc, tandis qu’il attendait à l’hôpital de pouvoir retrouver sa femme, il a observé de nombreuses femmes enceintes qui entraient dans la salle d’accouchement mais en ressortaient sans bébé dans les bras. Il n’a pas tout de suite compris ce qui se passait mais quand il a vu les médecins jeter les fœtus à la poubelle, il a réalisé l’ampleur du drame. Pris de pitié, il a alors demandé l’autorisation d’emporter les corps avec lui.

Avec toutes ses économies, il a acquis un petit terrain pour y enterrer les restes de bébés jetés à la poubelle. Au début, sa femme a pensé qu’il était fou, mais il a continué malgré tout, et aujourd’hui ce sont plus de 10 000 fœtus avortés qui reposent en paix dans ce pré infertile.

Du jour où Phuc a entrepris d’enterrer les corps, les mères qui avaient avorté ont commencé à fréquenter ce cimetière pour prier pour leurs enfants enterrés là, tandis que les femmes enceintes sur le point d’avorter sont venues lui demander son aide. Phuc a ouvert la porte de sa propre maison pour ces femmes enceintes et a proposé d’ « adopter » les bébés dont elles ne voulaient pas. Depuis, il a ainsi « adopté » plus d’une centaine de bébés qui auraient sinon fini six pieds sous terre et il a obtenu, avec le temps, que beaucoup de ces mères reviennent chercher leur enfant une fois de meilleures conditions de vie retrouvées.

Phuc donne des noms à tous ces bébés qu’il adopte : si ce sont des garçons, il les appelle Vihn (ce qui signifie « honneur ») ; et si ce sont des filles, elles reçoivent le prénom de Tam (qui veut dire « Cœur ») ; la deuxième partie de leur identité est toujours le nom de la mère ou de la ville d’origine – si elle revient ; et le dernier nom est Phuc, qui est le sien, parce qu’il les considère tous comme ses propres enfants : « Ils ont maintenant un foyer sûr », se réjouit le père de famille « très nombreuse ». « Je suis prêt à les aider et leur apprendre à devenir de bonnes personnes. »

En dépit de la fatigue, Phuc n’envisage pas d’arrêter : « Je continuerai ce travail jusqu’à mon dernier souffle, assure-t-il. Et  j’encouragerai toujours mes enfants à continuer d’aider les plus défavorisés ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.