Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Une prière aux grands archanges en ces temps de terreur et de deuil

Partager

Quand un besoin urgent d’aide céleste se manifeste, prier semble être la meilleure chose à faire.

Les titres des journaux sont presque insupportables :

Une attaque terroriste, provoquant des morts cruelles, et qui sème la division à un moment où l’on aurait besoin d’aller les uns vers les autres et de se rassembler dans un lieu de pais, dans un espace commun, un espace dans lequel notre humanité commune reconnaît la dignité de la personne humaine – de chaque personne, de chaque vie humaine – car sans cela nous courons à notre perte.

Voilà où en est notre dignité humaine… Que sommes-nous devenus ?

On entend parfois dire que la prière est inutile, que c’est un moyen insuffisant invoqué dans des moments de grande souffrance et de confusion. Mais les croyants savent que ce n’est pas vrai. Dans ces situations, il est important d’agir, c’est un fait. Mais la prière est une action, une action fondamentale même. La prière est un soutien dans tout ce que l’on entreprend, car elle est orientée vers un but suprême, vers ce qui est un baume essentiel à la pire souffrance : l’amour de Dieu.

Le plus grand des archanges, Michel, est un guerrier. Son nom signifie « semblable à Dieu » et ce n’est pas pour rien que l’on prie « Saint Michel Archange, défends-nous dans les combats, sois notre défenseur contre les vicissitudes du malin… ».

Vient ensuite Gabriel, l’ange annonciateur – il a parlé à Daniel, à Zacharie et bien sûr à la vierge Marie, et est toujours à mi-chemin entre la Terre et le Ciel pour accomplir le dessein de Dieu. « Je suis Gabriel et je me tiens en présence de Dieu » (Lc 1, 19) Très souvent quand je demande à mon ange gardien de déposer une demande devant le trône de Dieu, je pense à Gabriel dont le nom signifie « La force de Dieu ». Il en faut, de l’énergie, pour être une voie de communication permanente.

Et puis il y a Raphaël, « l’un des sept anges qui se tiennent devant la gloire du Seigneur » (Tb 12, 15). Moins renommé que les deux autres, il est connu pour favoriser les guérisons, toujours dans le dessein de Dieu, puisque son nom signifie « La guérison de Dieu ». Il est mentionné dans le livre de Tobie, où il éloigne un démon et prescrit un remède qu’on peut retrouver encore aujourd’hui dans des livres de médecine chinoise. Traditionnellement, il est connu comme étant l’ange qui descendait régulièrement sur la piscine de Bethesda. Après que « les eaux s’étaient agitées », des guérisons avaient lieu.

En ces temps troublés nous avons besoin de ces trois vertus angéliques. Prions.

Ô saints archanges, serviteurs fidèles et éternels du Dieu Créateur,
Nous faisons appel à vous en vertu de vos fonctions célestes
Toi, Michel, le Défenseur,
Toi, Gabriel, le saint Conseiller,
Toi, Raphaël, le Guérisseur,

Entendez les prières d’un peuple qui a grand besoin de votre patronage en ces temps de confusion, de violence et de division.
Aidez-nous à discerner pour savoir quel est notre rôle dans ce tumulte, nous le peuple de Dieu, le peuple du Christ, le peuple de la Croix et de la Résurrection.

À Michel nous avouons savoir que nous sommes appelés à défendre les victimes d’agressions ou de marginalisation, à soutenir les doux et à protéger les faibles. Nous voudrions honorer cet appel mais notre nature humaine déchue nous retient souvent, nous avons peur et manquons de confiance. Il nous faut pourtant proclamer ce qui est bon et juste, affirmer que nous sommes du côté de la lumière et que nous nous battrons contre les ténèbres sans flancher. Pour cela nous avons besoin de la protection ardente de Saint Michel.

À Gabriel, nous concédons que nos conversations sont souvent trop fortes, trop passionnées, ne laissant pas assez de place à l’écoute et à une bonne foi pourtant nécessaire. Or c’est ce qui permet de transformer un simple brouhaha en vraie communication. Nous demandons l’appui de Gabriel pour nous permettre de véritablement écouter ce qui est dit (et non ce que l’on voudrait entendre), et pour nous aider à relayer des messages, raconter nos vies ou simplement parler aux autres avec clarté et simplicité, de manière à ce que nos « oui » soient des oui, nos « non » des non, et à ce que Dieu soit toujours le premier servi.

À Raphaël, nous avouons que nous avons trop souvent l’intention de nuire, par nos mots, nos apartés idiots, nos faits et gestes. Nous savons que nous ne faisons pas le bien quand notre langue est malveillante, quand nous sommes pleins de rancune et de méchanceté. Nous demandons à Raphaël de nous faire profiter de son élan à guérir ce qui a été infecté, à réparer ce qui a été cassé, et à avancer en vrais compagnons de route (comme Raphaël et Tobie), afin de pouvoir établir entre nous des liens de confiance qui permettent une guérison en profondeur.

Entendez nos appels, ô saints archanges, ayez pitié de nos natures humaines, qui sont trop faibles pour accomplir les tâches qui nous incombent et ont grand besoin d’une assistance céleste. Faites-nous la grâce de vos dons éternels. Nous demandons votre aide et vos prières, vous qui vous tenez en présence de notre Créateur, lui qui est saint, tout-puissant et éternel. Au nom de Jésus, le Christ, l’Agneau, assis à la droite du Père.

Amen