Aleteia

Les 7 secrets de la méditation

Partager
Commenter

Réduction du stress, de la pression artérielle, augmentation de la concentration, on ne compte plus ses bienfaits...

En plus d’enrichir notre spiritualité, elle pourrait allonger l’espérance de vie. Voici quelques astuces pour se mettre à la méditation, proposées par Patrice Gourrier, psychologue clinicien, psychothérapeute, instructeur de méditation et… prêtre catholique.

1. Se retirer du monde
Première chose, être capable de faire un pas de côté par rapport à sa vie et son environnement, régulièrement. S’arrêter brièvement une fois par jour : vous êtes en ville, rendez-vous dans un parc ou une église, à la campagne baladez-vous en forêt ou dans une prairie. Une fois par semaine un peu plus longtemps et une fois par mois encore plus longtemps. Beaucoup de gens vont mal aujourd’hui parce qu’ils ne s’arrêtent pas, il faut donc être capable d’avoir ces temps d’arrêt, c’est capital.

2. S’assoir, physiquement et intérieurement !
Dans un deuxième temps, l’assise. Qu’on le veuille ou non, la position assise est fondamentale dans la méditation : sur une chaise, un fauteuil, un banc de prière peu importe tant que l’on est assis et que l’on ne bouge plus. Les pères du désert nous disent : « Un arbre fréquemment transplanté ne prend jamais racine ». L’assise, est aussi intérieure : Il faut être capable de se poser dans son esprit. Il convient alors de se taire. Être capable de vivre un moment de silence est primordial. Commencez par 1 ou 2 minutes, puis augmentez le temps de travail de 3 à 5 minutes.

3. Respirer le Christ
Respirez. Prenez conscience de l’air qui passe dans vos narines puis la gorge et les mouvements de votre ventre. Joindre le nom de Jésus dans sa respiration comme pour l’appeler, respirer le Christ en quelques sortes. En général c’est silencieux. On emmène alors le nom de Jésus dans son cœur par la respiration en prononçant en son for intérieur « seigneur Jésus » et en expirant on peut prononcer « je m’en remets à toi » ou « viens à mon aide ». Ces phrases sont facultatives, le plus important est de répéter le nom de Dieu.

4. Se recentrer sur l’essentiel
Apaisez vos pensées. Cela veut dire qu’il faut être capable de réduire les interventions émotives. Si vous êtes distrait par une pensée, ramenez aussitôt votre conscience sur la respiration. Il est important alors de se concentrer sur l’essentiel et pour un chrétien c’est Dieu. Prévoir quelques prières très brèves capables de stabiliser l’esprit :  « Jésus vient à mon aide », « Seigneur Dieu Jésus prend pitié de moi ». « Viens seigneur Jésus, viens ». « Cœur sacré de Jésus, rendez mon cœur semblable au vôtre ». « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ».

5. Avoir une attitude charitable de vie
La charité est bonne à tout point de vue, pour l’âme et pour le cerveau ! Les neurologues ont observé qu’avoir des actes gentils dans la journée, fait du bien au cerveau. Il est donc essentiel d’aimer les autres à travers ses actes, exercice indispensable pour aimer Dieu. Car si je ne sais pas aimer les autres, comment pourrais-je aimer le Seigneur ?

6. Bannir le jugement
Méditer ce n’est pas une activité, c’est un art de vivre. C’est une ascèse, du grec askesis : exercice, entrainement, manière de vivre. Cela s’exprime notamment en ne jugeant pas l’autre, essayer donc de vivre d’abord une journée sans juger son prochain. Dans un deuxième temps, tel saint Paul, il faut apprendre à estimer l’autre comme supérieur à soi-même.

7. Laisser jaillir les larmes
Demander le don des larmes car c’est une grâce ! Notre société ne nous permet plus de pleurer comme nous l’entendons, les larmes sont pourtant « les lunettes de l’âme » comme le dit le pape François. Il faut donc faire attention que notre cœur ne devienne pas indifférent à la misère, à la beauté, la tristesse et la joie. Ainsi, si au cours de la méditation les larmes viennent, laissez-les couler.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]