Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Première historique : les confidences d’un Pape sur son propre pontificat bientôt en librairie

© OR/CPP/CIRIC
Partager

Dans un livre-entretien avec son intervieweur de toujours, Peter Seewald, Benoît XVI sera le premier Pape de l’Histoire à dresser un bilan de son propre pontificat.

Ses nuits d’insomnies après le conclave, les luttes internes, sa renonciation, ce qu’il sait des scandales ayant éclaboussé le Vatican. Benoît XVI, Pape émérite depuis plus de trois ans, contre toute attente, se racontera dans un livre dont la sortie est prévue en septembre prochain. Le quotidien national italien, Il Corriere della Sera, en fait l’annonce ce 1er juillet, dans un article rapporté par le Sismografo. Il s’agira d’un nouveau livre-entretien avec l’écrivain allemand, Peter Seewald, qui avait déjà publié trois volumes de dialogues avec lui, au cours de ces trois dernières décennies : deux quand il était cardinal (en 1996 et 2000), et un quand il était Pape (en 2010) intitulé Lumière du monde.

De ces quatre volumes, le dernier en préparation, intitulé en italien Ultime conversazioni (Dernières conversations, en français), est annoncé par Luigi Accattoli comme celui qui suscitera probablement le plus d’intérêt, car si le précédent avait créé l’événement en livrant les confidences d’un « Pape », celui-ci rapportera celles d’un « Pape émérite », une grande première dans toute l’histoire de l’Eglise. C’est d’ailleurs  » la première fois, en 2000 ans, qu’un Pape tracera un bilan de son propre pontificat », a commenté l’éditeur allemand Droemer, coordinateur de la sortie de l’ouvrage dans les différentes langues.

Une grande première

Simple et discret, Josef Ratzinger, qui aura 90 ans en avril 2017, vit depuis sa renonciation, dans l’ombre et le silence du monastère Mater Dei, au cœur des jardins du Vatican. Prières et promenades rythment ses journées qui lui ont valu un bel hommage de son successeur, le pape François, pour les 65 ans de son ordination sacerdotale. Mais si Benoît XVI privilégie le retrait en « haut de sa montagne », caché du monde, et avare de paroles – sa dernière rare sortie en public remonte au jour de l’ouverture de la Porte sainte pour le Jubilé de la miséricorde – quand il décide de parler voilà qu’il le fait à cœur ouvert et sur tous les sujets, même les plus houleux, comme semblent dire les divers médias qui font écho à ce nouvel ouvrage.

Le prochain ouvrage est présenté comme son « testament », rapporte il Corriere, dans lequel Josef Ratzinger répond « sans réticences » à des questions qui l’ont tout particulièrement touché, et touché l’Église : sa décision de renoncer au siège de Pierre, l’élection de son successeur, sa vie d’homme, sa famille, jusqu’aux affaires houleuses qui ont agité le Vatican, comme par exemple la soi-disant présence d’un « lobby gay » au Vatican.

Ses peurs et ses doutes

Un livre plein d’émotions, vous annonce-t-on, qui pourrait en susciter tout autant ! Comme celle éprouvée au moment de prendre sa décision de quitter le siège de Pierre, longuement mûrie, et préparée avec un tout petit groupe de personnes. Benoît XVI révèle avoir vécu dans la peur ce moment, craignant une « fuite d’informations qui aurait affaibli l’annonce » qu’il s’apprêtait à faire et qui n’était pas des moindres. Comment lui donner tort, commente Luigi Accatoli, quand on sait que jamais le Vatican n’a connu autant de fuites d’informations que sous son pontificat. Et il raconte que c’est également « la peur de commettre des erreurs en italien » qui l’a incité à annoncer son retrait en latin.

Josef Ratzinger a eu des doutes aussi – qu’il a du surmonter dans « un dialogue avec lui-même » – sur les conséquences que sa décision pouvait avoir sur l’avenir de la papauté. Niant par la même occasion avoir subi un quelconque chantage ou pression de la part de quiconque.

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]