Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 27 juillet |
Sainte Nathalie et ses compagnons
home iconExposition
line break icon

Partez à la découverte de la Normandie en peinture !

Maëlys Delvolvé - Publié le 02/07/16

Jusqu’au 25 juillet, le musée Jacquemart-André vous ouvre les portes du plus bel atelier impressionniste de France…

Qui a dit que l’Impressionnisme était né à Paris au Salon des Refusés de 1863 ? Loin de négliger cette date décisive de l’histoire de l’art, les deux commissaires de l’exposition « L’atelier en plein air. Les impressionnistes en Normandie » du musée Jacquemart-André ont pourtant choisi de remettre à l’honneur un autre laboratoire de création pour ces peintres de l’éphémère. Autour d’une cinquantaine de toiles soigneusement choisies, signées Boudin, Courbet, Renoir, Berthe Morisot, Pissarro ou Monet, cette exposition montre combien la Normandie fut une source d’inspiration intarissable pour ces maîtres du paysage et du mouvement.

La Normandie, berceau de l’Impressionnisme

L’originalité de cette énième exposition consacrée aux peintres impressionnistes est de mettre à l’honneur le rôle déterminant de la région dans la naissance de ce nouveau courant pictural. Dès la première salle, un point historique judicieux explique au visiteur l’influence des aquarellistes anglais en France dès les années 1820. Ces derniers n’hésitent pas à se rendre en Normandie après la fin des campagnes napoléoniennes ; en retour, plusieurs peintres français partent à Londres, qui devient la nouvelle destination en vogue, au même titre que le fameux voyage en Italie des siècles précédents.

L’exposition s’ouvre ainsi sur trois superbes aquarelles de Turner, dont le style diffus annonce déjà les premiers balbutiements de l’Impressionnisme. Fascinés par les peintures de paysage anglaises, les peintres français créent leur propre école du paysage. Très vite, ils se retrouvent autour d’Eugène Boudin à la Ferme Saint-Siméon, à Honfleur, à partir de 1857, où ils partagent leurs idées et élaborent une nouvelle manière de peindre. La Normandie devient alors le centre de la peinture d’avant-garde du XIXe siècle.

Un atelier à ciel ouvert

Au fil et à mesure de l’exposition, le choix de la Normandie comme atelier de prédilection des Impressionnistes devient une évidence. La variété des paysages de la région, où cohabitent plages immenses, ports animés, falaises vertigineuses et étendues verdoyantes, fascine les artistes qui y trouvent une infinité de sujets à immortaliser. Ces amoureux de l’instant fugitif se réjouissent des caprices de la météo changeante, qui leur offre des variations chromatiques et des jeux de lumière illimités.

Du port du Havre à la côte d’Albâtre, chacun trouve son motif fétiche qu’il peut peindre en séries. Courbet s’enthousiasme dès 1859 pour les falaises d’Étretat, qui seront ensuite déclinées par Monet dans les années 1880-1890. Malgré leurs conceptions communes, chaque peintre fait preuve d’une patte bien particulière. Et l’on se régale des ciels de Boudin, de la douceur de Renoir, et des couleurs de Monet.

Peindre la société des loisirs

Au goût pour le paysage, hérité des peintres anglais, s’ajoute la nouvelle mode des bains de mer, également importée d’outre-Manche. Le rivage, autrefois réservé aux marins, se transforme en plage où viennent se pavaner les estivants en villégiature. Sous le Second-Empire (1852-1870) fleurissent de nouvelles stations balnéaires sur la « Côte Fleurie », entre Deauville et Cabourg. Les scènes de plage deviennent un nouveau sujet pour les peintres, inventé par Boudin en 1862, voué à un immense succès qui contribue à faire connaître cette nouvelle école du grand public.

Une belle exposition, qui a le mérite d’apporter un regard nouveau sur un courant dont on pensait tout connaître. On regrette seulement qu’il n’y ait pas plus d’œuvres exposées… Pour ceux qui ne partiront qu’en août, courez vous mettre l’eau à la bouche !

Exposition de L'Atelier en plein air, les impressionnistes en Normandie jusqu'au 25 juillet 2016. © Musée Jacquemart-André
Exposition de L'Atelier en plein air, les impressionnistes en Normandie jusqu'au 25 juillet 2016. © Musée Jacquemart-André

L’atelier en plein air. Les impressionnistes en Normandie, au musée Jacquemart-André, 158 bd Haussmann, Paris VIIIe.

Tous les jours, de 10h à 18. Nocturne le lundi jusqu’à 20h30.

Plein tarif : 12 € ; tarif réduit : 10 €

Tags:
normandie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
3
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
4
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
5
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
6
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
7
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement