Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saint Clément Ier
home iconAu quotidien
line break icon

Voyez comment Jésus réagit lorsqu’une femme de mauvaise vie l’étreint

Gideon van der Stelt

P. Carlos Padilla - Publié le 01/07/16

Il ne s’écarte pas, et la touche en retour.

Jésus a un regard profond qui sonde le cœur de l’homme. Il voit la faiblesse de tous et pardonne toujours. Jésus accepte l’invitation d’un pharisien nommé Simon et mange chez lui. Il accepte car il ne fait pas de distinction entre les personnes. Il est vrai et authentique.

Il mange avec Simon sans le juger. J’aime cette ouverture de Jésus. Il ne cherche pas les titres ou les avantages. Il ne s’assoit pas qu’à la table des puissants.

Il traite tout le monde de la même façon, peu importent leur condition, leurs vêtements, leur argent ou leur pouvoir. Moi parfois je fais des distinctions, j’ignore ceux qui ne peuvent rien me donner.

Mais Jésus regarde pareillement le pharisien et la pécheresse.

Alors que Simon juge Jésus et la femme. Certaines personnes sont expertes en la matière : elles ne voient que les faiblesses en leur prochain. Elles savent où appuyer pour faire mal et sont promptes à condamner le péché où elles le voient.

Le pharisien est ainsi. Il voit Jésus et le juge pour avoir accepté l’amour d’une pécheresse. Il voit la femme et juge son comportement impropre à l’égard de Jésus. Il se dit : « Si cet homme était prophète, il connaîtrait qui et de quelle espèce est la femme qui le touche, il connaîtrait que c’est une pécheresse ».

Mais Jésus la voit dans sa vérité, Il voit son repentir et l’amour qu’elle lui porte en se sachant pardonnée.

Dans son exhortation apostolique Amoris Laetitia, le pape François dit : « Pour se préparer à une véritable rencontre avec l’autre, il faut un regard aimable porté sur lui. Cela n’est pas possible quand règne un pessimisme qui met en relief les défauts et les erreurs de l’autre ; peut-être pour compenser ses propres complexes ».

La condamnation est facile à l’égard des égarés

Nous voyons donc mal car nous aimons mal. Nous voyons mal car nous sommes emplis de rancœurs, car nous pensons trouver le bonheur par la reconnaissance de tous, car nous aimons les victoires et la réussite.

Nous nous éloignons des perdants. Nous sommes attirés par ceux triomphent dans la vie, par leurs apparences luxueuses.

Nous sommes attirés par ceux de qui nous pouvons tirer un bénéfice. Nous portons un regard intéressé sur notre prochain.

Je suis toujours ému du repas de Jésus chez le pharisien. Il accueille l’amour de la pécheresse de la même façon qu’Il souffrira la haine, sereinement.

C’est la pureté du regard qui détermine la nature de nos actes

Dans cette scène, le pardon de Jésus lui a rendu la vie. C’est pour cette raison qu’elle exprime tout son amour. Jésus voit la pureté de son intention. Et Il s’implique en s’exposant lui-même au risque d’être jugé impur en retour. Mais Il n’a aucune crainte, car Il sait que c’est dans le cœur que naît l’impureté. Ses mains pures purifient le cœur de cette femme pécheresse.

Mon regard pur, mes gestes purs purifient tout ce que je touche. Son amour qu’il appose sur mes pieds, mes mains, me rend pur. Il me guérit.

La miséricorde a été déversée sur cette femme. Et lorsque l’on voit que tout est miséricorde dans la vie, que tout est disproportion entre l’œuvre réalisée et l’amour reçu, alors il n’y a d’autre remède que celui d’aimer en réponse.

Nous savons que les œuvres sont importantes. Aujourd’hui, Jésus dit à la pécheresse : « Tes péchés sont pardonnés. Ta foi t’a sauvée. Va en paix ». C’est une foi faite d’œuvres qui sauve la vie. C’est une foi emplie de gestes d’amour.

Tags:
condamnationjesusmarie madeleine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement