Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« L’Église doit présenter ses excuses aux personnes gays qu’elle a offensées »

©AFP PHOTO / TIZIANA FABI
Pope Francis talks to journalists on his flight back to Rome following a visit at Armenia on June 26, 2016.
Pope Francis today released peace doves on the Armenia-Turkey border in a gesture of reconciliation as Ankara slammed the pontiff for denouncing the mass killings of Armenians by Ottoman forces as "genocide". / AFP PHOTO / TIZIANA FABI
Partager

Homosexualité, ordination des femmes, génocide arménien, trafics d'armes... retour sur une conférence de presse papale en zone de turbulences.

Après avoir visité le monastère de Khor Virap, l’un des lieux les plus sacrés d’Arménie, marqué par la présence de saint Grégoire l’Illuminateur et ultime étape de son voyage en Arménie, le pape François s’est envolé dimanche 26 juin dans la soirée vers Rome. Dans l’avion le Saint-Père a une nouvelle fois abordé devant les journalistes la question de l’homosexualité. Moins de trois mois après son exhortation apostolique Amoris Laetitia, dans laquelle il en faisait déjà allusion au chapitre des « situations complexes« , le Saint-Père tient sa ligne : « Je redis ce que j’ai déjà dit et ce que le catéchisme de l’Église catholique enseigne : Les homosexuels ne sont pas discriminés », a-t-il affirmé. « Ils doivent être respectés, accompagnés pastoralement. On peut condamner – pas pour des motifs idéologiques mais pour des raisons de comportement politique – certaines manifestations trop offensives pour les autres mais là n’est pas le problème. Le problème c’est une personne qui a cette condition, qui a une bonne volonté et qui cherche Dieu. Qui sommes-nous pour la juger ? » a-t-il déclaré faisant écho à sa prise de parole de janvier 2014 (voir la vidéo ci-dessous à partir de 38’50 »).

« L’Église est sainte, les pécheurs, c’est nous! »

« Nous devons les accompagner comme le dit le catéchisme. Certaines cultures ou certains pays ont une mentalité différente sur cette question. Je pense que l’Église doit présenter ses excuses aux personnes gays qu’elle a offensées comme l’a dit récemment le cardinal Marx« , faisant allusion aux propos du cardinal allemand qui estimait que l’église et plus largement nos sociétés ont été « très négatives à l’égard des personnes homosexuelles », jusqu’à « très récemment ». Le pape François a par ailleurs fait remarquer que les homosexuels n’étaient pas les seuls laissés pour compte , et que l’Église devait aussi « présenter ses excuses aux pauvres, aux femmes délaissées, aux jeunes sans travail, et pour avoir béni tant d’armes ».

Loin de culpabiliser ses fidèles, le Pape a voulu leur rappeler leur condition de pêcheur : « L’Église doit présenter ses excuses, disons les chrétiens, car l’Église est sainte et les pécheurs, c’est nous! Nous les chrétiens devons présenter nos excuses de ne pas avoir accompagné tant de déchirures, tant de familles… Je me souviens de la culture de Buenos Aires quand j’étais enfant, la culture catholique fermée, j’en viens… »

« Pardon. C’est un mot que nous oublions trop »

« Une famille divorcée ne pouvait pas entrer à la maison! La culture catholique a changé grâce à Dieu et les chrétiens doivent présenter leurs excuses mais aussi demander pardon. C’est un mot que nous oublions trop. »

Le pape François s’est ensuite penché sur la question des consacrés, pointant les travers de certains d’entre eux, mais évoquant aussi ceux animés par la sainteté : « Le prêtre patron, non, le prêtre père, oui. Le prêtre qui bastonne, non, mais le prêtre qui embrasse, pardonne, console. »

« Il y en a tant des prêtres comme cela, aumôniers d’hôpitaux, de prisons, tant de saints que nous ne voyons pas parce que la sainteté est pudique, elle se cache. Le contraire de la pudeur, c’est se faire voir, se faire remarquer. Nous l’avons fait nous aussi, chrétiens, prêtres, évêques », a-t-il encore souligné.

Le Bon grain et l’ivraie

Le Saint-Père a enfin relativisé ces travers en évoquant quelques unes des grâces de l’Église : « Mais nous les chrétiens nous avons aussi Teresa de Calcutta et tant de Teresa de Calcutta! Tant de sœurs en Afrique, tant de laïcs, tant de mariages saints… Le bon grain et l’ivraie ! C’est le Royaume et nous ne devons pas nous scandaliser de cela comme Jésus nous l’a dit. »

« Nous devons prier pour que le Seigneur fasse que cette ivraie périsse et qu’il y ait davantage de bons grains. C’est la vie de l’Église… On ne peut pas faire de délimitations : nous sommes tous saints parce que nous avons l’Esprit saint mais nous sommes tous pécheurs. Moi le premier ! Donc, non seulement des excuses, mais le pardon », a-t-il conclu.

Retrouvez en intégralité la traditionnelle conférence de presse informelle du Souverain Pontife dans l’avion qui le ramenait d’Arménie grâce à nos excellents confrères de KTO :

https://youtu.be/w0IHpDrqMBY

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]