Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Victime d’un grave accident de la route, elle se retrouve face au Christ

Natalie Saracco © Philippe Leroux
Natalie Saracco © Philippe Leroux
Partager

"Cette rencontre n'a pas été une fin mais un nouveau départ."

Natalie Saracco, réalisatrice française, connue en particulier pour son long métrage La mante religieuse sorti en 2014, publie un livre-témoignage Pour ses beaux yeux. Elle y raconte la rencontre qui a bouleversé sa vie. En 2011, alors qu’elle file vers la Normandie avec une amie, un camion les percute et leur voiture s’encastre dans la glissière centrale à 130 km/h. Natalie vit alors une expérience de mort imminente et se retrouve face au Christ « pleurant et souffrant le martyre ».

Aleteia : Comment vous êtes-vous retrouvée face à Jésus ?
Natalie Saracco : 
J’étais coincée dans le véhicule et je sentais mon énergie, la vie, la chaleur me quitter par les pieds, comme une bouteille percée. J’étais cependant totalement consciente, encastrée dans la voiture de laquelle les pompiers cherchaient à nous extraire mon amie et moi. L’un deux n’arrêtait pas de m’appeler par mon prénom car il voyait bien que je partais. Je me suis d’un coup retrouvée dans un endroit où tous nos codes humains avaient disparu : sans temps, sans espace, sans décors. Tout était blanc et Jésus se tenait en face de moi, sous des traits humains. En tant que croyante, je n’étais pas surprise de Le rencontrer. Non seulement je m’y attendais mais je l’espérais ! Mais là où j’ai été scotchée, c’est de me retrouver face au Seigneur pleurant et souffrant le martyre…

En quoi cette rencontre a transformé votre vie ?
Plus que le Christ, c’est son Cœur que j’ai rencontré. À cette époque, je ne connaissais pas du tout le Sacré-Cœur en dehors de la basilique de Montmartre. Et lors de cet accident, je me retrouve nez à nez avec ce Cœur ensanglanté : Jésus qui pleure et qui souffre le martyre. C’est cela qui m’a complètement chamboulée.

À quoi voyiez-vous qu’Il souffrait à ce point ?
Jésus pleurait à chaudes larmes et tremblait d’une souffrance abominable. Il me désignait son Cœur qui était comme sorti de sa poitrine. C’était tellement énorme, tellement incarné… Son Cœur rouge était entouré d’une couronne d’épines et versait comme des larmes de sang. D’autres larmes avaient même défiguré son visage. Certains me demandent parfois la couleur de ses yeux… « Vous délirez les gars ? Je n’en sais rien ! » J’ai été envahie, absorbée par sa souffrance. C’était insupportable pour moi de voir le Christ et de sentir physiquement sa douleur… Il voulait clairement que je la partage avec Lui.

Comment avez-vous réagi face à ce douloureux spectacle ?
Je lui ai demandé : « Mais pourquoi pleures-Tu mon Seigneur ? ». Sa réponse, qui s’adresse à tout le genre humain, m’a laissée sans voix : « Je pleure parce que j’ai donné ma vie pour vous, pour vous tous mes enfants chéris, que je ne sais plus quoi faire pour vous et qu’en échange je n’ai que froideur, mépris et indifférence ». Vous vous rendez compte ? Je ne connaissais pas Paray-le-Monial à l’époque et quand j’ai raconté ce dialogue à des prêtres quelque temps après, j’ai découvert que c’était le message que le Christ avait déjà donné à sainte Marguerite-Marie Alacoque. Quand j’ai acheté le livre qui raconte cela, j’ai fondu en larmes. Il y avait des passages où le Seigneur lui avait confié « texto » ce qu’Il m’avait dit à moi !

Que vous a-t-Il dit d’autre ?
« Je pleure parce que j’ai donné ma vie pour vous et que je vous aime à la folie. Je ne sais plus quoi faire pour vous et en échange je n’ai que froideur, mépris et indifférence. Je pleure parce que mon Cœur se consume d’un Amour fou pour vous tous, qui que vous soyez. » Et alors qu’Il me parlait encore, Il m’a fait sentir physiquement son Amour pour moi, pour nous tous… Cela dépasse tout entendement ! Quelle puissance et quelle joie… on ne va pas s’ennuyer au Paradis croyez-moi ! Nous serons plongés dans son Amour, Il sera en nous et nous en Lui, ce sera l’extase éternelle.

Pages: 1 2 3

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.