Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 23 mai |
Saint Didier de Vienne
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Victime d’un grave accident de la route, elle se retrouve face au Christ

fj6a5462.jpg

PHILIPPELEROUX

Mathilde Rambaud - publié le 21/06/16

"Cette rencontre n'a pas été une fin mais un nouveau départ."

Natalie Saracco, réalisatrice française, connue en particulier pour son long métrage La mante religieuse sorti en 2014, publie un livre-témoignage Pour ses beaux yeux. Elle y raconte la rencontre qui a bouleversé sa vie. En 2011, alors qu’elle file vers la Normandie avec une amie, un camion les percute et leur voiture s’encastre dans la glissière centrale à 130 km/h. Natalie vit alors une expérience de mort imminente et se retrouve face au Christ “pleurant et souffrant le martyre”.

Aleteia : Comment vous êtes-vous retrouvée face à Jésus ?
Natalie Saracco : 
J’étais coincée dans le véhicule et je sentais mon énergie, la vie, la chaleur me quitter par les pieds, comme une bouteille percée. J’étais cependant totalement consciente, encastrée dans la voiture de laquelle les pompiers cherchaient à nous extraire mon amie et moi. L’un deux n’arrêtait pas de m’appeler par mon prénom car il voyait bien que je partais. Je me suis d’un coup retrouvée dans un endroit où tous nos codes humains avaient disparu : sans temps, sans espace, sans décors. Tout était blanc et Jésus se tenait en face de moi, sous des traits humains. En tant que croyante, je n’étais pas surprise de Le rencontrer. Non seulement je m’y attendais mais je l’espérais ! Mais là où j’ai été scotchée, c’est de me retrouver face au Seigneur pleurant et souffrant le martyre…

En quoi cette rencontre a transformé votre vie ?
Plus que le Christ, c’est son Cœur que j’ai rencontré. À cette époque, je ne connaissais pas du tout le Sacré-Cœur en dehors de la basilique de Montmartre. Et lors de cet accident, je me retrouve nez à nez avec ce Cœur ensanglanté : Jésus qui pleure et qui souffre le martyre. C’est cela qui m’a complètement chamboulée.

À quoi voyiez-vous qu’Il souffrait à ce point ?
Jésus pleurait à chaudes larmes et tremblait d’une souffrance abominable. Il me désignait son Cœur qui était comme sorti de sa poitrine. C’était tellement énorme, tellement incarné… Son Cœur rouge était entouré d’une couronne d’épines et versait comme des larmes de sang. D’autres larmes avaient même défiguré son visage. Certains me demandent parfois la couleur de ses yeux… “Vous délirez les gars ? Je n’en sais rien !” J’ai été envahie, absorbée par sa souffrance. C’était insupportable pour moi de voir le Christ et de sentir physiquement sa douleur… Il voulait clairement que je la partage avec Lui.

Comment avez-vous réagi face à ce douloureux spectacle ?
Je lui ai demandé : “Mais pourquoi pleures-Tu mon Seigneur ?”. Sa réponse, qui s’adresse à tout le genre humain, m’a laissée sans voix : “Je pleure parce que j’ai donné ma vie pour vous, pour vous tous mes enfants chéris, que je ne sais plus quoi faire pour vous et qu’en échange je n’ai que froideur, mépris et indifférence”. Vous vous rendez compte ? Je ne connaissais pas Paray-le-Monial à l’époque et quand j’ai raconté ce dialogue à des prêtres quelque temps après, j’ai découvert que c’était le message que le Christ avait déjà donné à sainte Marguerite-Marie Alacoque. Quand j’ai acheté le livre qui raconte cela, j’ai fondu en larmes. Il y avait des passages où le Seigneur lui avait confié “texto” ce qu’Il m’avait dit à moi !

Que vous a-t-Il dit d’autre ?
“Je pleure parce que j’ai donné ma vie pour vous et que je vous aime à la folie. Je ne sais plus quoi faire pour vous et en échange je n’ai que froideur, mépris et indifférence. Je pleure parce que mon Cœur se consume d’un Amour fou pour vous tous, qui que vous soyez.” Et alors qu’Il me parlait encore, Il m’a fait sentir physiquement son Amour pour moi, pour nous tous… Cela dépasse tout entendement ! Quelle puissance et quelle joie… on ne va pas s’ennuyer au Paradis croyez-moi ! Nous serons plongés dans son Amour, Il sera en nous et nous en Lui, ce sera l’extase éternelle.

Vous décrivez dans votre livre un dialogue permanent avec le Christ depuis votre accident… Vous pouvez discuter avec Lui directement comme avec n’importe quelle personne ?
Complètement ! Cette rencontre avec le Cœur de Jésus n’a pas été une fin mais un nouveau départ. Je savoure et me délecte du cheminement qu’Il me fait vivre dans ses bras, dans une rencontre de plus en plus personnelle, je dirais même amoureuse avec Lui.

Cette joie et cette paix qui émanent de votre visage viennent donc directement de Lui ?
Je prie deux heures par jour, forcément cela laisse des traces ! Même si je ne suis pas une convertie à proprement parler, parce que j’étais déjà croyante avant cet accident, ma rencontre avec le Christ a été véritablement une renaissance dans ma foi. Mes interlocuteurs sont souvent surpris de la manière dont je parle du Seigneur, comme s’Il était mon amoureux ! La relation avec ce Dieu Amour relève vraiment du personnel mais comme je Le porte en moi, cette relation dégage quelque chose qui me dépasse. Cela ne fait pas de moi une sainte, Dieu seul est Saint et la Vierge Marie est Immaculée Conception ; nous sommes tous pécheurs et pour moi la conversion dure jusqu’à la fin de notre vie… On ne devrait d’ailleurs pas dire “êtres humains” mais “apprentis humains” ! Nous sommes là pour construire notre humanité.

Avant cet accident, à quoi ressemblait votre vie de chrétienne ?
J’ai été élevée avec une mère très croyante qui a toujours été un exemple de charité et d’amour. Elle avait pigé le truc ! Mon père était médecin généraliste à Levallois et Maman faisait venir des sans-domicile durant la nuit pour qu’ils dorment dans la salle d’attente du cabinet et leur faisait à manger. Elle a eu l’intelligence de nous parler de Dieu sans jamais rien nous imposer. C’était très intelligent de sa part. Et quand j’avais 14 ans, alors que je ne suis pas du matin, je prenais mon vélo (et plus tard ma moto) et avant de partir au collège, je me rendais de Levallois jusqu’au Sacré-Cœur de Montmartre pour assister à la messe de 7 h avec les religieuses. Ces sœurs sont vraiment devenues des amies : elles m’ont vu grandir et elles ont connu toute mon évolution de comédienne.

Natalie Saracco © Philippe Leroux
PHILIPPELEROUX

Natalie Saracco © Philippe Leroux

Qu’a changé cette rencontre avec le Seigneur ?
Cette rencontre avec le Cœur de Jésus a tout changé parce qu’elle m’a fait passer d’une idée intellectuelle de Dieu et d’une tradition à une vraie rencontre du cœur et cela change tout ! Je me suis mise à L’aimer avec mon incarnation, avec mon esprit, avec mon cœur, ma chair, mes poils, mes cheveux… avec tout ce que je suis ! Je L’aime de l’intérieur, avec mon sang : c’est cela la femme amoureuse !

Cette rencontre a changé tous mes plans. Alors que j’étais en préparation d’un autre film avec un grand producteur de cinéma, j’ai tout laissé tomber pour faire La mante religieuse. J’ai écris le scénario du film en douze jours et suis partie à la recherche de financement auprès de patrons chrétiens. En pleine crise économique, j’ai réussi à lever 2 millions d’euros ! On peut dire que j’ai vraiment expérimenté “la foi qui déplace les montagnes”… Sans l’aide de Dieu et de la Vierge Marie, je n’y serais jamais arrivé. J’ai aussi eu la chance d’être “chaperonnée” par deux anges gardiens de choix : Mgr Dominique Rey (évêque de Fréjus-Toulon, ndlr) et Frère Samuel Rouvillois (membre de la congrégation des frères de Saint-Jean, ndlr).

Ce message s’adresse-t-il seulement aux catholiques du XXIe siècle ?
Ce message du Christ est pour maintenant ! Il est pour tous les temps évidement mais c’est aujourd’hui qu’il trouve toute son actualité. Notre humanité devient dingue, elle se détruit parce qu’elle a besoin d’être aimée. Nous ne savons même plus que la solution à notre souffrance est l’Amour de Dieu. Nos vies n’ont plus de sens parce que nous avons occulté Dieu de nos sociétés. Et pendant ce temps, Jésus souffre le martyre parce que son Cœur se consume d’un Amour fou pour nous tous. Et avec Lui, il n’y a pas de casting ! Même la dernière des canailles, le pire des pédophiles, est un enfant chéri du Seigneur qui veut le sauver. Chaque âme qui se perd est une goutte de sang du Cœur du Christ qui en tombe. C’est intolérable pour Lui qui nous aime tous tellement !

Et le monde n’en a pas conscience…
Plus j’avance dans ma rencontre personnelle avec son Sacré-Cœur, plus j’ai l’impression d’assister à un rendez-vous amoureux manqué avec le Seigneur qui a donné sa vie sur la Croix pour nous et qui continue de se donner dans l’Eucharistie. Nous avons d’un côté ce Dieu qui nous aime à la folie et d’un autre nous qui mourrons de ne pas nous savoir aimés : c’est comme un rendez-vous amoureux manqué entre Dieu et les hommes.

Le Seigneur vous a-t-Il investie d’une mission particulière avant de vous faire revenir sur Terre ?
Je ne sais pas si l’on peut exprimer les choses ainsi… Quand je L’ai vu souffrir, je Lui ai dit, dans un cœur à cœur entre nous deux : “Seigneur, quel dommage de rendre l’âme maintenant… J’aimerais revenir sur Terre pour consoler ton Sacré-Cœur et témoigner de ton Amour pour mes frères !”. Mais je ne savais pas sous quelle forme ni comment. C’était comme un cri du cœur ! Jésus ne m’a pas pour ainsi dire investie d’une mission mais au moment précis où je Lui ai dit cela, je me suis retrouvée dans un autre lieu céleste. Quand le Christ dit que nous serons jugés sur l’Amour envers nos frères, ce n’est pas de la littérature !

Quel était ce lieu ?
Le tribunal céleste, l’heure de notre jugement à tous. Saint Paul en parle mais je ne l’avais pas encore lu à l’époque et quand je suis tombée dessus, j’ai poussé un cri ! Dieu est infini dans sa Miséricorde mais c’est un Dieu juste : Mère Teresa ne sera pas jugée de la même façon qu’une canaille… et heureusement ! Sachant que c’est Lui seul qui juge et non pas nous, il y aura sans doute de grandes surprises au Ciel…

Et pourquoi Dieu vous l’a-t-Il montré ?
Je ne m’étais jamais posé la question… Peut-être pour me donner un aperçu de sa Miséricorde. Elle est insondable et n’a aucune limite, si ce n’est notre libre arbitre. Personne ne peut nous couper de Dieu à part nous-même. Même si on Le refuse, Il est toujours là, prêt à nous accueillir comme le père du fils prodigue qui attend les bras tendus alors que son fils n’est pas encore revenu. Le Seigneur a sans doute voulu me faire réaliser que cette fameuse justice divine et ce Jugement dernier existent. Notre passage sur Terre est grave dans le sens où on y joue notre Éternité dans notre réponse à l’Amour de Dieu. Nous devons non seulement Lui dire que nous L’aimons mais aussi être des vecteurs et des passeurs de son Amour auprès de nos frères… et cela n’est jamais acquis.

Propos recueillis par Mathilde Rambaud

9782706713941-e1466430072577.jpg

Pour ses beaux yeuxde Natalie Saracco. Éditions Salvator, 2016, 18 euros.

Natalie Saracco dédicacera son ouvrage Pour ses beaux yeux ce jeudi 23 juin à partir de 18 h 30 au Forum 104 (104 rue de Vaugirard 75006 Paris).
Plus d’informations sur l’événement Facebook

Tags:
JésusmontmartreParay-le-Monialsacre coeur
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-exister-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement