Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 23 janvier |
Saint Alphonse de Tolède
home iconTribunes
line break icon

Quand l'école vacille

AFP

Rémi Sentis - Publié le 16/06/16

La liberté de choix des parents s'amenuise, l'éducation par la tablette s'accroît...

Parmi les objectifs du ministère et de syndicats enseignants, deux constantes : faire advenir le merveilleux projet de l’élève-citoyen et tout faire pour empêcher les enfants d’échapper aux mailles du « grand service public unifié » de l’éducation en gestation. La ministre s’active donc pour complaire à ce microcosme syndical et tenter de faire oublier les affres de la future réforme des collèges.

Restreindre la liberté de choix des parents

En premier lieu, elle veut restreindre la liberté de choix des parents qui cherchent désespérément à échapper au collège public. En effet, dans l’enseignement privé sous contrat, le ministère bloque les créations de classes et le temps d’attente pour y obtenir une inscription peut devenir sidérant (plus de deux ans dans certains cas) ; les parents se tournent donc de plus en plus vers l’enseignement hors contrat. On y dénombre 60 000 élèves sans compter l’enseignement à domicile. Cette fuite des élèves, conséquence de la politique du Ministère depuis trente ans, insupporte les enseignants du public ; c’est pourquoi la ministre vient de décider d’entraver la liberté d’ouvrir des établissements hors-contrat.

Alors que la faillite du collège unique est avérée – près de 20% d’élèves sortant du collège étant illettrés, d’après les sources provenant des tests JAPD – le ministère devrait plutôt favoriser le hors-contrat ; en effet les résultats des élèves en difficulté y sont bien meilleurs parce que les enseignants y sont plus motivés et les méthodes pédagogiques, moins dogmatiques.

L’éducation aux médias

Par ailleurs, la ministre veut maintenant imposer au collège une « éducation aux médias » selon les oukases de Peillon qui expliquait en 2013 : « Avec le service public du numérique éducatif qui mettra en ligne des ressources pédagogiques et des logiciels… l’école pourra apporter aux élèves une véritable éducation aux médias, clé de la citoyenneté à venir ». Cela complète l’ensemble des voies sur laquelle l’école doit s’engager : « l’éducation à la santé », « l’éducation à la sexualité », bientôt « l’éducation à l’égalité réelle », tout cela devant concourir à « l’éducation à la citoyenneté », clé de voûte de l’idéologie de « l’enseignement moral et civique ».

On a eu quelques précisions sur cette éducation aux médias au détour d’un interview (Le Monde du 21 avril) où Madame Vallaud-Belkacem vantait la bienfaisante distribution des « tablettes » dans les colléges et affirmait que sur ces dernières outre les ressources téléchargées à la demande de l’enseignant, le collégien disposera « des principaux journaux, en version numérique ». La justification officielle est pavée de bonnes intentions : le collégien doit porter attention aux « canaux de diffusion » utilisés par les médias et doit apprendre à se mouvoir dans un univers « dominé par les médias, à résister aux manipulations de toutes sortes, confronter les sources, se forger une opinion personnelle, affirmer ses goûts, réinvestir les codes pour pouvoir soi-même les utiliser et s’exprimer librement ».

Certes, l’objectif d’apprendre aux élèves à opérer avec discernement sur Internet est louable, mais que viennent faire les journaux là-dedans ? Cette diffusion de journaux aux collégiens conduira-t-elle à un meilleur accès à la littérature ? Par ailleurs, qui choisira les articles ou les journaux ? Pourquoi les parents seront-ils complètement court-circuités ? Qui gérera les autorisations de téléchargement ? Les professeurs pourront-ils obliger les élèves à lire certains de ces articles ? Autant de questions dont on n’a pas la moindre réponse. On sait seulement que tout cela se fera grâce à « la collaboration avec les acteurs de l’image, du cinéma, du numérique » notamment le service public de l’audiovisuel ; ce dernier aura donc la charge d’étiqueter certains articles comme « citoyen », cataloguer d’autres comme « non-citoyen », de marquer certains comme véhicules de préjugés familiaux, sexistes, populistes ou autres. Outre l’analyse des messages médiatiques, l’éducation aux médias doit aussi permettre d’encourager « la production d’informations par les élèves », de créer un journal de classe, de faire de la création artistique numérique et surtout « d’ouvrir des débats » dans le cadre des futurs E.P.I., les tristement fameux enseignements pratiques interdisciplinaires. Tout un programme !

Discernement vis-à-vis des contenus sur Internet

Pour conclure, revenons à la question discernement vis-à-vis des contenus sur Internet qu’il convient d’inculquer aux adolescents. C’est aux familles que revient cette responsabilité, même si celles-ci par l’intermédiaire des associations familiales ou de parents d’élèves peuvent inciter les enseignants à prendre le relais. Il faut en particulier rappeler que tout ce qui se trouve sur Internet est sujet à caution et que la première chose à faire en face d’une information trouvée sur un site est de savoir si celui-ci est recommandé par des personnes fiables (d’où le rôle des parents et des associations).

Il s’agit en fait de former l’élève à la vertu de prudence qui va lui permettre d’acquérir du discernement. Cette prudence est le but de l’éducation. Elle est, selon Aristote, « connaissance des cas particuliers, lesquels deviennent connus du fait de l’expérience, alors que le jeune n’a pas d’expérience. Et c’est la longueur de temps qui produit l’expérience ». Ou encore, selon saint Augustin, « la prudence, c’est l’amour faisant un choix judicieux de ce qui peut lui être utile à l’exclusion de ce qui peut lui être nuisible…, c’est l’amour discernant judicieusement ce qui peut nous aider à arriver à Dieu ».

Tags:
ÉducationLa Tribune
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-Farah Shaheen-ACN
Agnès Pinard Legry
Pakistan : Farah, chrétienne de 12 ans, enlevée, violée et réduit...
2
Cerith Gardiner
Mariée pendant la pandémie, elle choisit ses grands-mères comme d...
3
Domitille Farret d'Astiès
Le dernier compagnon de Padre Pio est décédé
4
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : le texte qui arrive au Sénat a bien changé
5
web2-mgr-chauvet-afp-000_1hh3qc.jpg
Caroline Becker
Mgr Chauvet : "Face au drame de Notre-Dame, le Seigneur m'apprend...
6
I.Media
10 ans après son ralliement à l'Église catholique, un ancien évêq...
7
Domitille Farret d'Astiès
Sans-abri, "Neneuil" a eu une fin de vie royale
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement