Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 20 juin |
Saint Silvère
home iconAu quotidien
line break icon

Une école qui ne laisse personne derrière

Les élèves de la Fondation Espérance banlieues © Fondation Espérance banlieues

© Fondation Espérance banlieues

Sylvain Dorient - Publié le 13/06/16

La Fondation espérance banlieue emploie des recettes originales pour re-scolariser les élèves en difficulté...

Le Cours Charles Péguy, de type espérance banlieue ouvrira à la rentrée 2016 à Sartrouville, dans la banlieue parisienne. Il commence modestement avec 25 élèves, qui porteront l’uniforme et lèveront les couleurs chaque semaine, comme nous l’explique Bruno Duthoit, le chef de projet.

Vieille école…

Il explique le rituel du lever des couleurs : « Il faut que les enfants se sentent bien dans leur pays, la France ». À cela s’ajoute une dimension pédagogique, car c’est l’élève le plus méritant qui est chargé de lever les couleurs. Quant aux uniformes, ils n’ont plus grand-chose à voir avec ceux du temps des plumes Marshals et des encriers, ce sont des sweats, verts pour les garçons, mauves pour les filles. Mais la fonction de l’habit reste, il s’agit de renforcer la cohésion des classes, et d’éviter la guerre des marques. Qu’on ne s’y trompe pas, personne ne souhaite ressusciter l’école de nos grands-parents. Ce modèle original sert à encadrer les élèves qui ont le plus besoin de repères. Un signe parmi d’autres, les classes d’espérance banlieue ne dépassent pas quinze élèves, bien loin des classes qui pouvaient réunir jusqu’à soixante élèves il y a deux générations ! Ces petits effectifs sont indispensables pour la mission des écoles Espérance banlieue : grâce à eux, les professeurs peuvent suivre et connaître chaque élève.

Parents et enseignants à front commun

Une participation de 75 euros environ, par enfant et par mois, est demandée aux parents de l’élève scolarisé, par nécessité, mais aussi parce que le rectorat tient à ce que les parents soient impliqués dans le projet éducatif. Si un enfant subit un conseil de discipline, il est convoqué en même temps que ses parents : « Il faut que nous montrions que les adultes font front commun », explique Bruno Duthoit.

Religion à l’école ?

Les écoles espérance banlieue se définissent comme aconfessionnelles. Il s’agit de ne pas nier la religion, mais celle-ci ne doit pas perturber le projet éducatif. « La religion n’est pas niée, mais elle n’est pas notre sujet », résume M. Duthoit.

Bons premiers résultats

Les résultats chiffrés sont encore difficiles à obtenir, mais Le Parisien relève déjà que la quasi-totalité d’une classe de troisième a obtenu son brevet. Pas mal pour une classe composée d’enfants initialement en difficulté scolaire !

Une alternative à l’école publique ?

Malgré le succès de cette fondation née en 2012, elle ne prétend pas entrer en concurrence avec l’école publique. Elle a pour fonction de prendre en charge les élèves qui ne sont pas adaptés à de grosses écoles, et qui ont besoin d’une attention soutenue.

Tags:
banlieuesecoleÉducationfondationfondation espérance banlieuereligions
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
COUPLE, LOVE, SMILE
Edifa
Ces petits gestes d’amour sont plus importants que des « Je t’aim...
2
Agnès Pinard Legry
Les punchlines de Mgr Aupetit face à Jean-Jacques Bourdin
3
NEWBORN
Mathilde de Robien
Douze prénoms de pape vraiment canon pour un petit garçon
4
Timothée Dhellemmes
[Vidéo] Guillaume Warmuz, l’ancien footballeur qui a répondu à l’...
5
Anna Gebalska-Berekets
Ces paroles à dire (et à ne pas dire) à un proche atteint du canc...
6
Wedding engagement ring - Woman
Edifa
Doutes sur son mariage : Dieu voulait-Il pour moi ce conjoint&nbs...
7
avgustin irena maucec
La rédaction d'Aleteia
Augustin et Irène, 25 ans de fidélité malgré le handicap
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement