Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ils veulent porter le « véritable islam » au Malawi

Des femmes prient et chantent à l'occasion de la messe du dimanche au Malawi © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Women pray and sing on Easter Sunday service at an outdoor church on April 8, 2012 in Lilongwe. Malawi's new President Joyce Banda was sworn in smoothly yesterday just hours after officials confirmed the death two days earlier of president Bingu wa Mutharika whose rule had sparked alarms over democratic freedoms and economic mismanagement. AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN / AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN
Partager

Mgr Stima Monfort, évêque de Mandochi au sud du pays, s’inquiète de la radicalisation de la minorité musulmane.

Lors d’une visite à l’Aide à l’Église en détresse, Mgr Stima Monfort, l’évêque de Mandochi a fait part de sa préoccupation : alors que son pays est réputé pour la coexistence des religions chrétiennes et musulmanes, des prédicateurs musulmans venus du Soudan tentent de mettre en avant un islam radical. Ils se disent insatisfait de l’islam traditionnel local, explique l’évêque, qui assure par ailleurs avoir de bonnes relations avec les chefs religieux musulmans locaux.

« Vous devriez prier pour nos imams »

Signe de l’histoire de coexistence entre les communautés chrétiennes et musulmanes, les clergés des deux religions ont créé un comité christiano-musulman, chargé de résoudre les problèmes. Or, ceux-ci se sont multipliés, notamment après la prière du vendredi, après laquelle des fanatiques musulmans s’en prennent à des chrétiens. Des chefs religieux islamiques ont confié à Mgr Montfort : « Vous devez prier pour les imams, car ils sont mal formés ».

Un pays majoritairement chrétien

Selon une estimation basse, les statistiques avancent 60% de Malawis chrétiens, mais la communauté musulmane, soit 20% de la population, revendique un nombre important de conversions. Au mois de décembre 2015, l’imam et prédicateur égyptien Wahîd Abd al-Salâm Bâlî a ainsi assuré qu’il avait converti 4 000 personnes à l’islam en une semaine. Si Mgr Montfort n’entre pas dans le débat de savoir si les revendications de ce prédicateur reposent sur quelque chose, il confirme que les adeptes des religions animistes, souhaitant embrasser une grande religion sont sensibles à l’islam. Notamment en raison de la polygamie : inacceptable pour l’Église catholique, elle est autorisée pour les musulmans et les nouveaux convertis peuvent donc conserver leur mode de vie familial.

La religion chrétienne, ciment du Malawi

Le Malawi est un petit pays densément peuplé où la pauvreté et le sida restreignent l’espérance de vie moyenne à seulement 43 ans, soit l’un des plus bas d’Afrique. Bien que l’État de la République du Malawi soit laïque, les églises jouent un rôle incontournable socialement et même politiquement. Ainsi, les événements qui ont mis fin à la domination de trente ans du Parti du Congrès malawite, en 1994, ont commencés par une lettre pastorale, lue par les évêques catholiques lors de la Pâques 1992. Il arrive aussi que les partis fassent appel à l’arbitrage du clergé en cas de crise politique, rappelle Ann Maganga, agente du Centre pour la démocratie multipartite au Malawi. « C’est une relation saine entre l’Église et l’État, qui concourt au progrès de la démocratie dans le pays », assure-t-elle.

Menace extérieure

Or, l’arrivée de fondamentalistes qui prétendent enseigner aux autochtones le « vrai islam », au détriment de la cohabitation qui prévalait jusqu’alors, menace l’équilibre du pays. Les prédicateurs ont des soutiens financiers importants et proposent à certains étudiants triés sur le volet de se rendre en Arabie saoudite pour être formés. Lorsqu’ils rentrent au pays, leur vision de l’islam a changé.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]