Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ancien punk, accro et bouffeur de curé converti, il rend justice aux Sans Voix !

Partager

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers donne la parole à ceux qui ne l’ont pas.

Dans les crédits du premier disque produit par les Sans Voix apparaît le nom des quatre musiciens du groupe mais pas celui de Pierre Favre, son chanteur. À la place, on découvre d’un titre à l’autre les prénoms d’Henri, Rachel, Amar ou encore Alexandre et Dominique. Pour Pierre Favre, leader des Sans Voix, une manière d’être cohérent avec la démarche qui conduit ce projet musical. « Comme le nom de notre collectif l’indique, notre objectif est de donner et porter la parole à ceux qui ne l’ont pas », explique Pierre Favre, 56 ans. Ainsi, ce dernier s’inspire des histoires et aussi des mots de ceux qui lui confient leurs « galères ».

La scène dans la peau

De passage à Romans-sur-Isère (Drôme), le groupe donne le dernier concert d’une tournée de sept dates qui l’a conduit à jouer à Paris, Nice, Rennes, Marseille, Strasbourg… Les Sans Voix est la concrétisation musicale d’un projet baptisé La parole des Sans Voix, et initié par la délégation du Var du Secours catholique. Pour l’ancien chanteur du groupe rock alternatif Les Garçons Bouchers, converti au catholicisme après le décès de sa femme Géraldine, il n’était pas question de revenir à la musique « si cela n’avait pas de sens ».

Pourtant, fin 2013, Pierrot Sapu, le nom de scène de Pierre Favre depuis les Garçons Bouchers, sent le désir de « revenir à l’électrique ». Il croise le chemin de Christophe Parel, de 18 ans son cadet, engagé au sein de l’Union diaconale du Var et batteur dans un groupe de reprises rock. Ensemble, ils commencent à jouer et rejoignent le collectif La parole des Sans-Voix. Le reste des musiciens se greffe par la suite au projet. « Bien sûr, le fait que Pierre soit une figure de l’underground français les a motivés », note en souriant Christophe Parel, lui-même « fan » à l’époque des Garçons Bouchers. « Mais nous sommes tous raccordés sur le projet qui consiste à dénoncer les injustices et de porter la parole de ceux qui les subissent sans avoir leur mot à dire ».

Concert enflammé à Rennes du groupe Sans voix © Sans voix
Concert enflammé à Rennes du groupe Sans voix © Sans voix

Tous sans-voix

Ainsi, tous les titres du répertoire des Sans Voix sont directement tirés ou inspirés d’histoires vraies. « En situation précaire en France, Henri a été abusé par ses employeurs qui l’ont fait travailler sans jamais lui verser aucun salaire. Manon est atteinte d’anorexie et se demande bien pourquoi elle est touchée par ce trouble alimentaire alors que son rêve serait de venir en aide aux gens. La maladie est aussi une forme d’injustice », explique Pierre Favre, lui-même atteint du Sida qui lui a enlevé Géraldine à 31 ans.

Le groupe en tournage de leur clip "En marche ensemble" sur la place d'Armes à Toulon © Delphine Dumont
Le groupe en tournage de leur clip En marche ensemble sur la place d'Armes à Toulon © Delphine Dumont

Pierre Favre témoigne de sa conversion au christianisme depuis plusieurs années. Christophe partage avec lui la même foi. De leur côté, les autres membres du groupe ont des attitudes très diverses vis-à-vis du fait religieux, de bienveillante à franchement réservée. « La vie en groupe que nous expérimentons particulièrement en tournée nous transforme », explique le batteur des Sans Voix. « Entre nous, il y a de belles choses qui se passent », ajoute le musicien.

« Tous, temporairement ou à des degrés variés, nous sommes des sans-voix au cours de notre vie », insiste Christophe Parel. Ainsi, la formation du Var rêve que d’autres Sans Voix naissent un peu partout en France pour porter là où ils sont la parole de ceux qui l’ont perdue ou qui n’osent pas la prendre. Toujours selon un mode participatif : « Dans le collectif, on fait “à partir de” et “avec” », conclut Pierre Favre.

Retrouvez toutes les actualités du groupe sur leurs pages Facebook, Twitter et Instagram.

Libération a consacré un portrait tout en nuance et bourré de tendresse à Pierre Favre à découvrir ici. Pour écouter son témoignage bouleversant, c’est ici :

https://youtu.be/BEuGI1XfWzQ

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]