Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« Il Treno dei Bambini » est entré en gare… du Vatican !

© Giuseppe Ciccia/AFP
Partager

Le Pape attendait une ribambelle d'enfants pas comme les autres au terminus Samedi dernier.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Ce samedi 28 mai, la gare du Vatican ouvrait ses deux monumentales portes de fer : cet édifice, plus symbolique que véritablement actif, n’est pourtant pas désaffecté. C’était en effet la troisième fois en trois ans qu’elle s’animait exceptionnellement, l’espace d’une journée, pour accueillir une ribambelle d’enfants rendant visite au Saint-Père. Cet événement annuel est une initiative du Conseil pontifical pour la culture et en particulier à sa structure le « Parvis des Gentils » créé pour favoriser le dialogue entre les croyants et les non-croyants.

Cette année, la visite était toute particulière : les 450 enfants venaient de Calabre en Sicile, de quartiers pauvres et appartiennent pour plusieurs d’entre eux à des familles de migrants réfugiés. C’est pourquoi cette fois-ci, le thème de la journée étaient « Porté par les vagues », ce qu’exprimeront les dessins appliqués de beaucoup d’enfants.

Des centaines de ballons dans le ciel

Levés à 5 h de matin, les enfants entrent enfin en gare six heures plus tard. Parés de tee-shirts blancs et de casquettes rouges, ils descendent du train tout sourires, et attrapent les ballons blancs que leur tendent des bénévoles. Le cortège, en marche vers la maison Sainte-Marthe puis la Salle Paul-VI, lâche tout à coup ses centaines de ballons qui s’élancent comme des prières vers le Ciel.

Enfin le Pape arrive. Il commence par confier cette journée à Marie, en priant avec eux un « Ave, O Maria ». Puis, l’air grave et ému lorsque des enfants de Calabre lui offrent d’écouter un petit concert, il devine sans doute certaines histoires difficiles. Le morceau terminé, un enfant plus âgé que les autres, à peine majeur, prend la parole pour partager son histoire. Il a quitté le Nigeria avec ses parents, sur une frêle embarcation, il y a plusieurs mois ; ses parents, montés dans une autre barque, ne sont jamais arrivés jusqu’en Europe. Le rescapé a été baptisé il y a peu. Son regard, extrêmement grave, est celui d’un enfant qui a grandi trop vite, et les quelques mots qu’il adresse au Pape, très simples, suffisent à le manifester.

Le langage de la simplicité

Le Pape s’est assis, les enfants installés à ses pieds. Il leur parle, les fait venir à lui. Apprendre à partager, à donner, à ouvrir les bras. François s’adresse à des petits qui vivent en plein cœur de problématiques d’adultes. Il leur livre le message de l’Évangile à travers des exemples imagées, des histoires.

Le Saint-Père leur partage une expérience qui l’a grandement touché lors d’une audience : il sort d’un paquet un gilet de sauvetage qui a été refusé à une petite fille lors d’un naufrage, une enfant qui désormais « veille sur nous du haut du Ciel ». « Je ne veux pas vous faire de la peine, mais vous êtes courageux, vous connaissez la vérité », ajoute François tout simplement. Les jeunes participants offrent au Saint-Père des dessins faits de leurs mains. La densité de cet échange naît du contraste entre la gravité de l’enjeu abordé et la joie enfantine et spontanée. Le Pape, supportant une charge si lourde, parle pourtant le même langage que celui des enfants : celui de la simplicité.

Un pique-nique rapidement avalé, les bambini s’en vont courir sous le soleil vaticanais, pour remporter chacun une médaille et gagner un petit goûter plein de surprises. À peine quatre heures après avoir posé le pied dans la ville du Pape, il est déjà temps de repartir. À 15 h, le train démarre et emporte avec lui tous ces petits enfants, à qui douze heures de train dans une même journée ne font pas peur, désireux de saluer le Pape et d’entendre ses mots de réconfort.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.