Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pape François : « La prière n’est pas une baguette magique ! »

© Antoine Mekary / ALETEIA
Partager

À l’audience générale, le Saint-Père explique l’importance de « la persévérance » dans la prière, et appelle à prier pour la Syrie

« La prière n’est pas une baguette magique ! Elle aide à garder la foi , à faire confiance à Dieu même si nous ne comprenons pas ce qu’Il veut, et qu’elle peut nous sembler inefficace. » Ce mercredi, le pape François est parti de la parabole de la veuve et du mauvais juge (Lc 18, 1-8) pour expliquer « la nécessité de toujours prier, sans jamais se décourager » si on veut que « notre foi ne vacille pas », a-t-il souligné face aux milliers de fidèles et pèlerins venus écouter sa nouvelle catéchèse, ce 25 mai, place Saint-Pierre, lors de la traditionnelle audience générale du mercredi. Catéchèse prononcée en italien mais dont a été donné un résumé dans les différentes langues.

Dieu exauce toujours les prières

« Dieu exauce toujours et sans tarder la prière de ceux qui crient vers Lui jour et nuit. Mais cela ne signifie pas qu’Il le fasse au moment ni de la manière dont nous le voudrions », a synthétisé le Pape pour les pèlerins francophones. Jésus a prié son Père sur la Croix pour qu’Il Le sauve de la mort, prière qui a été « pleinement exaucée », même si « sa mort sur la Croix peut sembler contradictoire », a-t-il approfondi en italien. Car, « si pour obtenir la victoire » il Lui a fallu passer par la mort elle-même, Jésus en priant le Père « sans relâche », en Lui faisant « une confiance totale » et se pliant « sans réserve » à sa volonté, a montré aux disciples que « l’objet de la prière passe au second plan, après la relation avec Dieu qui prime sur tout ». La prière, a insisté le Pape, « transforme notre désir, le rend conforme à la volonté de Dieu, quelle qu’elle soit, car le croyant qui prie aspire avant tout à entrer en relation avec Dieu, qui est Amour et Miséricorde ».

La persévérance avant tout

Et la parabole de Jésus illustre bien cette attitude : face au mauvais juge « sans scrupules, qui ne tenait pas compte de la Loi mais faisant ce qu’il voulait, selon ses intérêts », la veuve, qui incarne « avec les orphelins et les étrangers, la catégorie des plus vulnérables dans la société », utilise la seule arme qui est en son pouvoir pour obtenir enfin justice : « continuer avec insistance à l’importuner, en lui présentant sa requête de justice ». C’est à dire en persévérant. De cette parabole Jésus tire deux conclusions : « Si la pauvre veuve a réussi à faire plier le juge malhonnête à force d’insister », à plus forte raison Dieu, qui est « un Père bon et juste », et Il agira « promptement ».

La prière source de Miséricorde

Dans la prière, a rappelé et conclu le Pape, « nous expérimentons la compassion de Dieu qui, comme un père, va au devant de ses enfants plein d’Amour et de Miséricorde ». D’inviter alors fidèles et pèlerins rassemblés sur la place Saint-Pierre à demander au Seigneur qu’Il leur donne, ainsi qu’à tous lescroyants, « une foi qui devient “prière incessante, persévérante”, comme celle de la veuve de la parabole, une foi qui se nourrit du désir de sa venue ».

Prier pour la Syrie et pour les enfants disparus

Au terme de l’audience le Pape a rappelé la célébration de la Fête-Dieu, le 26 mai, qu’il présidera comme chaque année à la basilique Saint-Jean-de-Latran, et qui constitue « un acte publique de foi et d’amour en Jésus réellement présent dans l’Eucharistie ».

Le Souverain Pontife a également eu quelques mots de « soutien et consolation »pour la Syrie, éprouvée après les attentats de Tartous et Jableh, deux fiefs alaouites de la région côtière, et qui ont coûté la vie à plus de 150 personnes, le 23 mai dernier, pour lesquels il a prié et invité à faire de même.

Enfin, en ce mercredi 25 mai, Journée internationale pour les enfants disparus, le Saint-Père a rappelé le devoir pour tous de protéger les enfants, en particulier « ceux qui sont les plus exposés au risque élevé de l’exploitation, de la traite et des comportements déviants »Il a appelé les autorités civiles et religieuses à « secouer et sensibiliser les consciences » sur le sujet, à « ne pas sombrer dans l’indifférence »  face à tant d’enfants encore aujourd’hui « exploités et éloignés de leurs familles qui ne peuvent grandir sereinement et regarder l’avenir avec espérance ».

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]