Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les évêques philippins s’opposent au retour de la peine de mort

Rodrigo Duterte, le président des Philippines ©TED ALJIBE / AFP
This photo taken on May 15, 2016 shows Philippines' president-elect Rodrigo Duterte (C) gesturing as he talks with military and police officials during an informal meeting at a hotel in Davao City, in the southern island of Mindanao.
Business titans, turncoat politicians, celebrities and rebel leaders are descending on the long-neglected far southern Philippines, hoping to gain favour with the nation's shock new powerbroker. The remote and dusty city of Davao has suddenly become the country's new seat of power after hometown hero Rodrigo Duterte won last week's presidential election in a landslide.
/ AFP PHOTO / TED ALJIBE
Partager

Le turbulent nouveau président des Philippines, Rodrigo Duterte, prévoit de rétablir la peine capitale…

Les criminels seront pendus, pour éviter de gâcher une balle, a précisé, le 16 mai 2016, le nouveau président philippin à des émissaires étrangers selon le Philippine Daily Inquirer. Il a même ajouté que ceux qui auraient accompli deux crimes seraient pendus deux fois : « Après avoir été pendu une première fois, il y aura une seconde cérémonie jusqu’à ce que votre tête se soit complètement détachée de votre corps. J’aime cela, car je suis fou ». Et effectivement, le président qui a gagné son surnom de « Dirty Harry » pour sa gestion musclée de la criminalité en tant que maire de Davao, cultive son image de justicier sanguinaire à chaque interview.

Six mois pour éliminer la criminalité

L’actuel président a précisé que s’il ne parvenait pas à éradiquer la criminalité en six mois, il donnerait sa démission, et il s’autorise tous les moyens pour réaliser son objectif. Si ses déclarations, selon lesquelles « 100 000 criminels » seraient jetés aux poissons de la baie de Manille, peuvent laisser sceptique, il suscite déjà des disciples. Ainsi, Tomas Osmena, maire de Cebu, grande ville du centre de l’archipel, a affirmé qu’il offrirait 50 000 pesos, soit 950 euros, pour le meurtre d’un criminel. « Si vous abattez un criminel dans l’exercice de vos fonctions vous serez récompensés, aucune question ne sera posée. Je suis là pour aider la police, pas pour la poursuivre », a déclaré M. Osmena à l’AFP.

Le président n’est pas Dieu

Dès l’élection de Rodrigo Duterte, l’épiscopat philippin l’avait assuré de sa « collaboration vigilante » et il n’a pas manqué de critiquer la nouvelle provocation du 16 mai. L’évêque de Balanga, Mgr Ruperto Santos, a ainsi rappelé : « Seul Dieu a le droit de vie. Dieu donne la vie et Dieu l’enlève, nul ne devrait prendre sa place ». Mgr Ramon Arguelles, de l’archevêché de Lipa a de son côté affirmé qu’il était prêt à prendre la place de l’éventuel premier condamné à mort : « N’est-ce pas ce que le Christ a fait ? », interroge-t-il. « Les Philippines catholiques seront sans merci [sur le sujet] en cette Année de la miséricorde. » De fait, c’est en partie grâce à l’action de l’Église catholique que la peine de mort avait été abolie par le Congrès philippin, en 2006.

La vice-présidence pourrait tout changer

Leni Robredo, la candidate du parti de l’administration sortante, aurait toutes les chances de devenir la nouvelle vice-présidente, selon Asia Sentinel. Personnalité pondérée, militante de la cause sociale, son tandem avec Rodrigo Duterte risque d’être sportif ! Aux Philippines, il est fréquemment arrivé  qu’un président quitte sa fonction ou soit chassé du pouvoir, et le poste de vice-président n’a rien d’une fonction de simple représentation.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]