Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« Pour transformer la société, soyez prêts à mourir »

© JOHANNES EISELE / AFP
US cardinal Leo Raymond Burke walks on St Peter's square after a cardinals' meeting on the eve of the start of a conclave on March 11, 2013 at the Vatican. Cardinals will hold a final set of meetings on Monday before they are locked away to choose a new pope to lead the Roman Catholic Church through troubled times. AFP PHOTO / JOHANNES EISELE / AFP PHOTO / JOHANNES EISELE
Partager

Pour le cardinal Raymond Burke, le martyre est la réponse à la décadence de l’Église et du monde.

Lors du Forum de Rome pour la vie, le cardinal Burke s’est exprimé sur le possible égarement au sein de l’Église quant aux vérités dogmatiques et morales, appelant les évêques à « comprendre le besoin urgent d’annoncer à nouveau avec clarté et courage les vérités de la foi ». Il a ajouté que les chrétiens doivent être préparés au martyre par amour du Christ et de son Église.

Il s’est dit préoccupé par « cette perspective centrée sur l’homme et le monde, surtout au sein de l’Église, amenant certains à se référer à la réalité objective de la grâce du mariage comme un simple idéal auquel nous cherchons plus ou moins à nous conformer ». Selon lui, comment l’Église peut-elle professer la foi en l’indissolubilité du mariage « tout en admettant aux sacrements ceux qui, publiquement, vivent dans la violation de l’indissolubilité du mariage » ?

Le cardinal faisait ici référence aux récentes polémiques sur les rumeurs selon lesquelles l’Église permettrait éventuellement aux personnes divorcées et remariées de recevoir la communion sans déclaration de nullité. « Soit cela signifie que le mariage n’est pas indissoluble, soit que l’Eucharistie n’est pas le Corps du Christ et que la rencontre avec le Christ dans le sacrement de pénitence ne requiert pas la ferme intention d’obéir à la parole du Christ : “Va et ne pèche plus”. »

Il a longuement parlé du feu père John Hardon, jésuite, et de sa vision du martyre. Le martyre peut revêtir de nombreuses formes : le martyre du sang, mais aussi de la persécution, qui empêche les chrétiens de pratiquer leur foi.

« Ici on pense immédiatement à la situation dans certains pays complètement sécularisés qui autorisent l’avortement, l’euthanasie, le soi-disant “mariage des couples de même sexe”, le clonage humain. »

Les catholiques sont appelés aujourd’hui, plus que jamais, à se dresser pour défendre la vérité que le Christ nous enseigne, même si cela a pour conséquence la perte des biens, le harcèlement de la part du gouvernement et l’emprisonnement. Je pense par exemple à la menace de la perte de l’exonération fiscale, avec ses effets désastreux sur de nombreux apostolats de l’Église, qui pourrait devenir le résultat inévitable de notre fidélité à notre foi et à la loi morale. Nous ne pouvons rien faire de moins que de rester fidèle à Notre Seigneur Jésus Christ et à la vérité qu’Il transmet dans sa sainte Église, quelles que soient la souffrance ou la persécution que nous rencontrions. 

Mais le martyre de la persécution est une « participation à la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ et, par conséquent, donne la joie la plus profonde aux chrétiens, nonobstant l’intensité de la souffrance endurée », a affirmé le cardinal.

Autre forme de martyre : le témoignage

« Il confronté à l’opposition passive de la part de ceux à qui manque une claire vision du Sauveur ou qui, l’ayant eue, ont perdu leur engagement de jadis vis-à-vis du Christ », a-t-il dit, citant le père Hardon. Pour reprendre les mots du père jésuite :

Voici celui qui croit fermement à l’autorité enseignante de l’Église : le serviteur fidèle de la papauté ; le pasteur convaincu qui insiste pour donner une bonne doctrine à son troupeau ; les religieux dévoués qui désirent rester fidèles à leurs vœux d’authentique pauvreté, d’honnête chasteté et obéissance sincère ; les parents fermes qui ont le souci de la formation religieuse et morale de leurs enfants et qui sont prêts à faire de généreux sacrifices pour construire et prendre soin d’une famille chrétienne – naturelle ou adoptée – ; de telles personnes ne se verront pas épargner les critiques actives et l’opposition ouverte. Mais ils doivent être particulièrement prêts à vivre dans une atmosphère de froideur à l’égard de leurs croyances les plus profondes.

La retranscription et la vidéo de l’intervention du cardinal Burke sont disponibles (en anglais) ici

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]