Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 12 avril |
Saint Jules Ier
home iconArt & Voyages
line break icon

Plutôt que de casser, nous faisons le choix de construire

Deyan Parouchev

Antoine Besson - Publié le 21/05/16

Antoine Besson, rédacteur en chef d’"Asie Reportages" le magazine d’Enfants du Mékong, adresse un message à tous les bénévoles de l'association.

Mercredi soir, j’étais à Lille pour une soirée organisée dans le cadre du Tuktour de France, cette tournée dans vingt villes de notre pays pour montrer l’engagement et la générosité des Français.

Dans le cadre de l’actualité récente de notre pays, cette initiative originale a encore plus de sens. Quand la colère gronde et que la France se retrouve paralysée par des manifestations et des grèves, la famille d’Enfants du Mékong, elle, se mobilise.

Fidèles au principe hérité de notre fondateur René Péchard, nous ne voulons pas dénoncer vainement mais nous nous mobilisons dans l’action discrète. Plutôt que de casser, nous faisons le choix de construire. De construire un avenir grâce à l’éducation !

image002
Asie Reportages

Et lorsque je dis « nous » je ne parle pas des salariés de notre ONG uniquement mais de ces milliers de bénévoles en Asie et en France qui rendent nos actions possibles par leur dévouement et leur énergie. Enfants du Mékong, c’est dix fois plus de bénévoles que de salariés. Rien n’est possible sans eux !

Mercredi, j’étais avec Marie-Laure, Aurélie, Éric et Hugo. Des bénévoles de tous âges qui se sont démenés pour faire avancer notre tuktuk malgré les soucis mécanique, qui ont décoré une salle et mobilisé leur entourage et les Lillois pour les convaincre, malgré la pluie, de se réunir dans un amphithéâtre d’école. Là pendant deux heures, nous avons parlé de l’Asie, de nos enfants, de la joie du don.

Au-delà des mots, ce message que nous nous efforçons de faire passer était incarné par ces hommes et ces femmes présents, donnés et souriants. Ils étaient comme le sont tous nos parrains, heureux de vivre une relation unique avec un filleul, nos meilleurs ambassadeurs.

Par ces quelques mots, je voudrais rendre hommage ici à tous nos bénévoles car ce sont eux qui rendent aujourd’hui possible le merveilleux travail que réalise Enfants du Mékong, en Asie comme en France. Ils travaillent dans l’ombre, discrètement et humblement mais c’est à travers des soirées comme celle de mercredi à Lille que nous mesurons toute la force et l’impact que le message de René Péchard à encore aujourd’hui grâce à eux.

Merci et rendez-vous le 24 mai au théâtre Saint-Léon dans le XVe arrondissement de Paris pour le grand final de notre Tuktour de France.

Tags:
enfants du mekong
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Agnès Pinard Legry
Non-respect des mesures sanitaires : le diocèse de Paris ouvre un...
2
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
3
Attentat Indonésie
Agnès Pinard Legry
Attaque de la cathédrale de Makassar : le geste héroïque de Kosma...
4
WEB2-CONVERSION-SYRIE-SAINT-CHARBEL-Nadine-Sayegh.jpg
Nadine Sayegh
Témoignages : ces musulmans syriens convertis au christianisme
5
Agnès Pinard Legry
Une proposition de loi sur l’euthanasie, ultime ligne rouge éthiq...
6
Mathilde de Robien
Confinement, épreuve, traumatisme… comment favoriser la résilienc...
7
VISITING GRAVE
Mathilde de Robien
Perte d’un enfant : comment garder une mémoire « juste » ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement