Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Soyez des veilleurs au service du bien commun et vivez avec le cœur battant !

Portrait de Daniel Facérias © Daniel Facérias
Partager

Ces quelques mots pourraient introduire le nouvel album du chanteur compositeur Daniel Facérias, bien connu de la scène chrétienne.

On ne présente plus le chanteur et auteur français de nombreux spectacles catholiques tels que Thérèse, Jean de la Croix, François et Claire d’Assise, Frédéric Ozanam, Clovis, Marthe Robin, Pier Giorgio Frassati… Facilement reconnaissable par son accent chantant des Pyrénées, Daniel Facérias aime à se comparer de « troubadour ». Lui-même qui a débuté sa carrière dans les années 80 au côté de Jean-Jacques Goldman. Depuis trente ans, il travaille en solo et ne cesse de se renouveler dans ses albums.

Preuve en est, avec la sortie de son 26e album, beaucoup plus personnel et intimiste, intitulé « Maquis ». Comme il aime à le présenter « Être libre n’est pas faire ce que je veux, mais être ce que je suis, et c’est cette liberté là que l’on bâillonne. Alors reste à prendre le maquis du cœur, comme disait Claude Nougaro : faire le parcours du cœur battant… »

Vivre dans le vrai

À travers les nouvelles chansons de cet album, le chanteur nous plonge dans une ballade du monde moderne et de ce qui nous habite, ce qui nous grandit de l’intérieur et ce qui nous diminue. Daniel Facérias nous invite à nous tourner vers ce qui est essentiel comme vivre en vérité et sans artifice, devenir des êtres de communion, se mettre à l’écoute de Dieu…

Il en découle un album de sagesse, incarné dans la vie quotidienne qui fait l’éloge des années qui passent avec le morceau À Plein Temps. À l’écoute de la chanson Maquis, Daniel Facérias nous invite à prendre le maquis (du cœur) face à un monde qui tend à enlever toute dimension humaine et spirituelle, à être des sentinelles du bien commun que l’on retrouve dans la chanson Veilleur, à retrouver le paradis perdu dans Paradis. Dans le morceau Comme Tout Le Monde, il pointe du nez la société et pousse les hommes à retrouver le goût des choses simples de la vie. Il nous rappelle aussi l’importance de rester fidèle à ce que nous sommes dans Homme De Désir et de se mettre à l’écoute de l’Esprit Saint dans la chanson Si On Écoutait Le Vent.

Un chanteur accompli

Daniel Facérias a une manière bien personnelle de poser des mots sur ses idées. Toujours avec simplicité, sincérité et vérité. Les mélodies sont, de façon unanime, considérées comme très travaillées et accompagnent parfaitement la voix ainsi que les paroles qui sont parfois ciselées et sans concession.

Artiste atypique dans le monde de la chanson française depuis bientôt 30 ans, ayant décidé de consacrer l’ensemble de son œuvre à chanter la beauté de la foi chrétienne, Daniel Facérias a trouvé sa place parmi les auteurs et chanteurs chrétiens. Son dernier album très ancré dans les réalités du monde actuel vient utilement compléter ceux d’autres chanteurs plus récents comme Grégory Turpin, Glorious, Hopen, les Guetteurs.

Tags:
musique
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]