Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 07 mai |
Bienheureuse Gisèle
home iconActualités
line break icon

Opération « un scanner pour Alep »

Rencontre avec le professeur Emile Katti, directeur de l'hôpital Al Rajaa à Alep en Syrie © Fondation Raoul Follereau

Sylvain Dorient - Publié le 19/05/16

Le professeur Emile Katti dirige l'Hopital Al Rajaa à Alep en Syrie. quotidiennement, il soigne des blessés de guerre dans des conditions difficiles.

« Pour l’eau potable, ça va, nous avons creusé un puits qui nous donne de la bonne eau », se réjouit Emile Katti, de l’hôpital Al Rajaa, c’est-à-dire « l’espérance ». L’édifice, qui dépend de la Custodie de la Terre sainte, n’a jamais si bien porté son nom que depuis ces six ans de guerres : c’est l’un des derniers de la ville qui tienne encore debout, seul ultime recours pour les malades et les blessés piégés.

Au cœur de la bataille

Alep est le champ de bataille primordial en Syrie, perpétuellement disputé entre forces loyalistes et divers groupes rebelles, en particulier Al Nosra, filiale d’Al Quaïda. Les chrétiens, soupçonnés de soutenir le gouvernement de Bachar Al Assad, sont une cible privilégiée. Le professeur Katti témoigne pourtant que les djihadistes ne sont pas parvenus à briser l’unité syrienne. Dans son hôpital, la majorité de l’équipe médicale que ce professeur chrétien dirige, sont des musulmans. Les patients quant à eux proviennent de toutes les ethnies et religions. Ils peuvent rarement payer leurs traitements… Il reste dans la zone d’Alep contrôlée par les autorités, autour de deux millions et demi d’habitants civils, surtout les gens qui sont attachés a leurs pays comme le professeur, et les pauvres qui n’ont pas les moyens de voyager. En tant que chirurgien franco-syrien, il reçoit régulièrement des propositions pour exercer son métier en France, mais il refuse toujours : « Il faut garder une présence chrétienne dans ce pays ! Il faut aider les Syriens à rester chez eux ! Les Syriens aiment leur pays, et seraient heureux de rester dans leur pays », assure-t-il. « L’urgence, c’est d’arrêter ceux qui soutiennent les terroristes, de mettre enfin un terme à cette sale guerre », enjoint-il.

Scanner actuel
L’équipe médicale ne dispose que d’un scanner, vieux de plus de vingt ans, et qui tombe régulièrement en panne © Fondation Raoul Follereau

« Les amis de Fabius ont reçu de nouveaux joujoux »

La situation sur place est dangereuse. Lors de ses trajets aller-retour vers le Liban, le professeur a vu sa voiture être percée d’une balle « avec un calibre 13 mm. Je n’étais pas visé, mais ce n’est pas passé loin… Jamais je n’ai roulé aussi vite de ma vie ! »détaille-t-il. Il doit aussi la vie à la vigilance des démineurs : « Ils ont retiré une mine de la route juste avant que je ne passe dessus avec ma voiture », se souvient-il. Enfin, une roquette de gros calibre a atterri à 200 mètres de l’hôpital, sans éclater, par bonheur. Récemment, les rebelles ont fait l’acquisition d’engins encore plus destructeurs : « Les Saoudiens ont donné aux amis de Fabius de nouveaux joujoux », explique le professeur, faisant référence à la phrase de Laurent Fabius, selon laquelle les rebelles du front Al Nosra « faisaient du bon boulot ».

Ils manquent de tout

La centrale électrique qui dessert Alep est détenue par ce front Al-Nosra, qui coupe perpétuellement l’approvisionnement de la ville. Dans l’hôpital d’Al Rajaa, ces coupures de courant donnent lieu à des situations dramatiques : la vie, et celle des blessés de guerre en particulier, dépend souvent de la rapidité de réaction de l’équipe médicale. Dans les cas de blessure par balle à la tête, par exemple, il faut opérer immédiatement avant la survenue d’un œdème… Or, les blessés arrivent en masse : « Le 3 mai 2016, se souvient Emile Katti, nous avons reçu une cinquantaine de blessés, touchés par des éclats d’obus. Cinq étaient déjà morts, beaucoup étaient dans un état qui nécessitait une intervention immédiate. »

Un scanner fait la différence entre la vie et la mort

Pour localiser les balles ou les éclats d’obus, l’équipe médicale ne dispose que d’un scanner, vieux de plus de vingt ans, et qui tombe régulièrement en panne. Ils le réparent perpétuellement, avec des solutions de fortune. Le Pr Katti confie prendre en photo sur son téléphone les messages d’erreur de la machine avant de les envoyer à des collègues français pour réparer la machine… Il n’y a plus d’ingénieurs médicaux à Alep, et tout le monde est contraint de bricoler. Mais l’état du vieux scanner est tel qu’il risque de lâcher complètement, et l’équipe s’est mise en quête d’un appareil plus récent. Ils ont fait appel à la Fondation Raoul Follereau, qui les aide à récolter les fonds. Le Professeur détaille : « Un scanner neuf coûte environ 450 000€. Dans notre situation, nous avons fait le choix d’un scanner d’occasion, entièrement révisé par une entreprise spécialisée. Celui-ci coûte 135 000 €. Seuls, nous ne pouvons réunir cette somme. C’est pour cette raison que nous faisons appel à vous : le nouveau scanner est prêt, il ne nous manque que les fonds. »

>Pour participer à l’achat du scanner, cliquer ici

Tags:
Alephôpital
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WHATSAPP
Edifa
Joies et limites des groupes WhatsApp familiaux
2
POPE FRANCIS
Agnès Pinard Legry
Voici comment participer au « marathon de prière » du pape Franço...
3
I.Media
Pourquoi la date de canonisation de Charles de Foucauld n’a...
4
Steuben_-_Mort_de_Napoleon.jpg
Agnès Pinard Legry
Napoléon s’est-il réconcilié avec Dieu avant de mourir ?
5
Mathilde de Robien
Une émotion, une astuce de saint : accueillir la tristesse avec T...
6
TEENAGERS, LOVE, PARK
Edifa
Comment distinguer le flirt de l’amour vrai ?
7
WEB2-ALEXEI NAVALNY-RUSSIA-shutterstock_1662094504.jpg
Agnès Pinard Legry
Russie : le message inattendu d’Alexeï Navalny pour Pâques
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement