Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pasteur d’une « megachurch » évangélique, il raconte sa retentissante conversion

©Editions du Cerf
Partager

Le Scandinave Ulf Ekman se confie à son compatriote suédois Henrik Lindell.

En Suède, il était le prédicateur évangélique le plus en vue depuis 30 ans, le fondateur de la « megachurch » Livets Ord ( « La Parole de la Vie »), à l’origine d’un réseau de communautés qui réunit plus de 250 000 fidèles en Scandinavie, en Russie et dans le Caucase, mais aussi l’un des manifestants contre la visite du pape Jean-Paul II à Stockholm en juin 1989. Et voilà qu’aujourd’hui, il se fait bénir par le pape François place Saint-Pierre et déclare : « Je voudrais que tous les chrétiens deviennent catholiques » !

Stupeur, scandale, interrogations….

La conversion d’Ulf Ekman au catholicisme a suscité stupeur, scandale chez les protestants, mais aussi de nombreuses interrogations chez des catholiques persuadés que l’œcuménisme commande de rester ad vitam aeternam chacun chez soi. De quoi intriguer son compatriote Henrik Lindell, journaliste à La Vie, qui a longuement « cuisiné » Ulf Ekman pour comprendre son itinéraire. Le résultat est captivant. Cet intérêt ne tient pas seulement aux circonstances de sa conversion, avec son épouse Birgitta, mais aussi à son éclairage très argumenté sur l’œcuménisme, l’autorité du Pape, l’unité de l’Église, la place de Marie, des Écritures, des sacrements, entre autres sujets majeurs qui ont déterminé le choix d’Ekman, la grâce aidant.

Sur les pas de Newman

Son parcours évoque irrésistiblement celui de John Henry Newman, autre célèbre prédicateur protestant et fleuron d’Oxford, dont la conversion au catholicisme, en 1845, stupéfia et scandalisa l’église anglicane et toute l’Angleterre. Le choc ne fut pas moindre en Suède quand, le dimanche 9 mars 2014, le pasteur Ulf Ekman annonça en chaire, dans l’église qu’il avait lui-même fondée, à Upsal, ville universitaire, sa prochaine entrée dans l’église catholique. Radios et télévisions répercutèrent aussitôt cette annonce d’autant plus renversante qu’elle concernait une véritable vedette dont l’église charismatique taillait des croupières à la vieille Église luthérienne gagnée par le libéralisme et le relativisme (Ulf Ekman s’opposa notamment vigoureusement à l’avortement, à l’ordination de femmes comme à la bénédiction de couples homosexuels). Comme son inspirateur, le pasteur Newman, un siècle et demi plus tôt, Ulf Ekman voulait revenir aux fondamentaux de la foi et ranimer l’audace missionnaire, sans pour autant faire de cadeaux aux « papistes ». Mais sa ferveur et sa profonde honnêteté intellectuelle, sans oublier sa dévotion mariale, l’emmenèrent là où il ne pensait pas aller : l’Esprit Saint l’attendait au tournant…

« Connaître la vraie nature de l’Église »

C’est ce tournant, ou plutôt ce retournement, qu’il décrit et explique à Henrik Lindell. On le suit, avec son épouse Birgitta qui l’aura souvent devancé comme les saintes femmes ont précédé les apôtres, dans leur grand pèlerinage spirituel, intellectuel mais aussi physique puisqu’il les a conduits à vivre trois ans en Terre sainte où ils s’initièrent au véritable dialogue œcuménique en se dépouillant, dit-il, de leurs « préjugés » sur les églises sœurs, notamment l’Église catholique. La prière commune avec des « charismatiques » catholiques et des retraites spirituelles favorisèrent le rapprochement. Mais il y avait aussi à l’œuvre depuis des années chez Ekman, comme jadis chez Newman, un patient et rigoureux travail théologique, enraciné dans une étude approfondie de l’Histoire et des écrits des Pères pour « connaître la vraie nature de l’Église ». Il ne s’agissait pas pour Ulf et Birgitta d’un simple intérêt spéculatif mais d’une véritable urgence missionnaire répondant à l’ultime demande du Christ : « Que tous soient un afin que le monde croie » (Jean 17, 21).

La franchise et la rigueur sans concession d’Ulf Ekman, qui n’ombragent pas la joie de son témoignage, font de son entretien avec Henrik Lindell un véritable bain de jouvence spirituelle. Un livre à lire, à relire, à méditer pour nous dépouiller à notre tour de nombreux préjugés sur l’Église catholique et sa tradition, et pour retrouver cette « ferveur première » dont nos églises d’Occident ont tant besoin.

De la megachurch à l'Église catholique de Ulf Ekman © Éditions Cerf

De la megachurch à l’Église catholique de Ulf Ekman avec Henrik Lindell. Éditions du Cerf, 192 pages, 14 euros.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.