Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ce que Star Wars nous enseigne sur la divine miséricorde

Le stormtrooper Finn de "Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force" (2015) © Kobal / The Picture Desk / AFP
Star Wars - The Force Awakens (2015)
Partager

Alors que sort ce mercredi Star Wars 8 - les Derniers Jedi, retour sur le précédent épisode - Le réveil de la Force, sorti en 2015, où Finn, un Stormtrooper, nous donne une réponse héroïque au mal...

(Article mis à jour le 10 novembre 2017)

« Là où le péché s’est multiplié, la grâce a surabondé » (Romains 5, 20). Les plus grands saints et héros ont traversé pour nous les moments les plus sombres de l’Histoire. Au moment où nous pensons que tout est perdu, et que l’obscurité a pris le dessus, des hommes et des femmes ne reculant devant rien, triomphent sur les forces du mal.

Ce qui est encore plus intéressant est de savoir comment le mal tend à être vaincu. Non par une simple énergie ou par le fait de notre volonté, mais en contrecarrant l’obscurité avec la lumière : en pratiquant la miséricorde au lieu de la cruauté.

Tel est le cas dans Star Wars – Le réveil de la Force, et surtout pour Finn, interprété par John Boyega, un assaillant impérial devenu combattant dans les rangs de la Résistance.

Le stormtrooper FN-2187 du côté du Bien

Dans les premières minutes du film, on voit la grande méchanceté du Premier Ordre qui massacre un petit village sous la direction de Kylo Ren. Ce dernier ordonne de rassembler tous les villageois, dont beaucoup sont désarmés, pour qu’ils soient exterminés.

Durant l’invasion apparaît un assaillant, bouleversé par la scène qui se déroule devant ses yeux, incapable d’exécuter les ordres et de tirer sur la gâchette. Bien que ces soldats insensés sont formés dès leur naissance à devenir des machines de mort, l’assaillant FN-2187 ne veut pas prendre part au carnage. Le sang des innocents le changera pour toujours.

Pour l’assaillant FN-2187, le départ est proche, il est sonné de rejoindre sa navette. Face à l’obscurité la plus profonde, il décide de s’en détourner et de commencer à suivre la lumière. Comme premier acte de bonté, il intercepte le prisonnier Poe Dameron – un pilote de la Résistance – le sauve des tortures et de l’exécution, et échappe aux griffes du Premier Ordre.

Finn, sur le chemin de la miséricorde

Au cours de cette intense évasion des forces du mal, l’assaillant FN-2187 reçoit un nom, chose qu’il n’a jamais eue. Pendant toute sa vie, il n’avait été rien d’autre qu’un « numéro » comme un autre, un rouage du mécanisme du Premier Ordre. Poe l’appelle Finn, lui donnant ainsi une nouvelle identité, et avec elle une prise de conscience de soi. Finn peut maintenant rompre avec son passé et commencer une nouvelle vie.

Il poursuit sa nouvelle mission cherchant à sauver et à restaurer, plutôt qu’à détruire. Finn tombe sur une femme en détresse, Rey, et court à son aide. Malgré tout, ce sera Rey qui sauvera la vie de Finn plutôt que le contraire. Néanmoins, Finn commence à suivre le chemin de la miséricorde au lieu de la cruauté.

Le personnage de Finn dans Star Wars nous donne un excellent exemple d’une réponse appropriée et héroïque aux ténèbres. Lorsque nous sommes confrontés au mal, nous sommes parfois tentés de rassembler toutes les personnes difficiles que nous rencontrons, et de les exécuter de la même manière dont les assaillants ont exterminé les villageois. Nous pensons que combattre le feu avec le feu est le seul moyen de les vaincre. Mais Dieu n’opère pas de cette façon.

En accord avec les préceptes de l’Église

Lorsque Dieu s’est fait homme et a marché sur cette terre, il n’a pas frappé ceux qui voulaient le tuer, ni foudroyé les soldats romains qui l’ont cloué sur la croix. Au lieu de cela, Jésus a dit : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font » (Luc 23, 34). Le pape François a souligné cette réalité dans sa plus récente bénédiction Urbi et Orbi quand il a dit : « Dieu a vaincu l’égoïsme et la mort, avec les armes de l’amour. Son Fils Jésus Christ est la porte de la miséricorde, ouverte à tous ».

La miséricorde est le signe distinctif de la vie chrétienne. C’est ce dont le monde a tant besoin en ce moment. Ce n’est pas un hasard si cette année, qui est marquée par une grande division, par la haine et la persécution, est aussi l’Année Sainte de la Miséricorde.

Peut-être Dieu essaie-t-il de nous montrer que la seule réponse au mal dans le monde, est la prise de conscience de notre mission en tant que chrétiens : être des instruments de Dieu, pour répandre sa miséricorde divine, et pour faire briller sa lumière dans le monde, en faisant reculer les ténèbres.

Tags:
star wars
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]