Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Dieu a mille visages

Partager

La beauté est en nous, elle fait partie de notre être unique et profond.

L’an dernier, Jamie Brewer est devenue la première femme trisomique à participer à un défilé de mode. Elle était émue à l’idée qu’elle pourrait inciter d’autres femmes à “être et montrer ce qu’elles sont”. Ses mots nous font réfléchir parce qu’ils montrent que la beauté véritable est la révélation d’une personne dans sa globalité, au-delà de la simple apparence. Jamie Brewer nous en offre un magnifique exemple.

La beauté naturelle de l’époque

Son histoire me fait penser au poète anglais du XIXe siècle Gerard Manley Hopkins. En amoureux excentrique de la beauté naturelle, il s’émerveillait souvent dans ses poèmes de la présence de Dieu en toutes choses. Dans Comme le martin-pêcheur s’embrase, il écrit que Dieu nous trouve tous dignes d’amour. Lorsque je me demande si quelqu’un est beau, ce poème me revient en mémoire ; pour Hopkins, la réponse est toujours un « oui » enthousiaste parce que Dieu vit en nous et brille à travers nous.

Il est facile de ne voir la beauté que lorsqu’elle est conforme aux canons de notre époque véhiculés par la publicité. Mais ce que nous oublions, c’est que les canons esthétiques changent selon les époques. Aujourd’hui, alors que nous nous efforçons de perdre du poids, nous avons oublié qu’il fut un temps où la cellulite était appréciée ; plus près de nous, avant la mode de la maigreur, la femme idéale devait avoir les rondeurs d’une Marilyn Monroe.

Bannir les clichés de la mode

Les modes et les canons de la beauté changent en permanence, mais que dire de ceux d’entre nous qui n’entrent dans les canons d’aucune époque ? Et des personnes handicapées ? Et du fait que soigner son apparence est le privilège des classes aisées ? Nous ne sommes pas tous égaux, et si notre conception de la beauté est très restrictive, elle exclut la plupart d’entre nous.

C’est pourquoi les paroles de Jamie Brewer nous touchent tant. Elle-même ne cherche pas à s’adapter ou à porter un vêtement conçu pour quelqu’un d’autre. Elle n’appartient pas non plus à la catégorie rare des beautés non conventionnelles. La robe dessinée pour elle par la styliste Carrie Hammer lui va parfaitement. Elle sait que chaque femme est différente des autres et précise : « la personnalité de la plupart des femmes comporte de multiples facettes ». Les vêtements sont importants, non pas parce qu’ils créent la beauté mais parce qu’ils aident à révéler ce que nous portons en nous : une personnalité unique, donnée par Dieu qui traduit ainsi sa présence en notre sein.

Notre culture lutte en permanence avec de faux idéaux de beauté, souvent confondus avec la perfection physique ou une sensualité manifeste. Obsédés par nos imperfections, nous perdons notre confiance en nous, notre joie de vivre, et même la bienveillance envers autrui au point d’oublier la présence de Dieu en nous.

Combattre l’exclusion au quotidien

La société semble toutefois commencer à comprendre que chaque être est beau depuis sa conception. L’État de l’Indiana, par exemple, vient de voter une loi qui protège les trisomiques de l’avortement sélectif. Ces enfants sont aussi beaux que les autres, et ils méritent tout autant d’être aimés.

Les enfants, quels qu’ils soient, ne sont pas les seuls détenteurs de la beauté. Dieu brille en chacun de nous, du premier au dernier jour. Ce que nous sommes, nos qualités comme nos défauts, nous rend uniques et infiniment beaux ; c’est cette singularité qui fait notre attrait.

Au fond, nous sommes sensibles à ce que la personnalité révèle, à savoir que chacun de nous est à l’image de Dieu. Nous sommes sa création, l’œuvre d’art qui reflète le génie de l’artiste. La beauté, avec sa diversité, nous vient du Dieu infini qui vit en nous comme dans des milliers de visages.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]