Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 29 novembre |
Bienheureux Bernardo Francisco de Hoyos
home iconAu quotidien
line break icon

Quand le paradis promis se révèle être un véritable enfer sur terre

Youssef Moussa - Publié le 05/05/16

Reportage au camp de réfugiés de Moria, sur l'île de Lesbos en Grèce. "C’est une prison, c’est Guantanamo !"

Lorsque j’ai visité le camp de réfugiés de Moria sur l’île de Lesbos, les fils barbelés, les caméras, la surveillance drastique et les pancartes interdisant les clichés m’ont totalement surpris.

En effet, Moria était, avant l’accord conclu entre la Turquie et l’Union européenne, un site ouvert et le camp accueillait les réfugiés à bras ouverts, les soutenant pendant qu’ils attendaient d’être enregistrés. Aujourd’hui, les forces de l’ordre gèrent les affaires du camp qui abrite quelque 3 000 personnes.

La presse locale assure que les réfugiés qui se trouvaient dans le centre-ville et le long du port ont été transférés vers d’autres camps à l’intérieur de l’île : la sortie reste un processus long et difficile, et les réfugiés font face à la perspective d’extradition vers la Turquie.

« Je te demande juste de traverser la route et de m’acheter de quoi manger »

Lors de ma première visite, un enfant syrien se tenant de l’autre côté du fils barbelé, m’a demandé un sac de chips. Il a dû croire que je travaillais pour un des restaurants ambulants qui s’arrêtaient de plus en plus nombreux, à proximité, ces derniers temps. Cet enfant, enfermé à Moria, à Lesbos, m’a donné une leçon de dignité humaine : « Je ne mendie pas. Mais tu es à l’extérieur et moi je suis coincé dans ce camp. Je te demande juste de traverser la route et de m’acheter de quoi manger ».

Un autre enfant s’est joint à nous et a crié : « Photo ! Photo ! ». D’autres enfants se sont rassemblés autour de lui, souriant et faisant le signe de la victoire. Je n’avais pas prévu cette situation et j’hésitais à cause de la police et de toutes ces pancartes. Ces enfants réclamaient seulement une visibilité et voulaient que le monde prenne conscience de leur présence. Ils sont si courageux malgré les conditions inhumaines dans lesquelles ils survivent.

Les jeunes que j’avais rencontrés jusqu’à présent étaient moins enthousiastes pour les photos et plus enclins à la conversation. Certains parlaient l’arabe, d’autres le kurde. Tous ont voulu savoir si j’étais journaliste pour faire passer un seul message au monde : « Ici c’est une prison, c’est Guantanamo ! ».

Des réfugiés dans le camp de Moria sur l'île de Lesbos le 30 janvier 2016 © Martin Leveneur
Des réfugiés dans le camp de Moria sur l'île de Lesbos le 30 janvier 2016 © Martin Leveneur

Des réfugiés dans le camp de Moria sur l'île de Lesbos le 30 janvier 2016 © Martin Leveneur / Flickr

« Ils ont pris nos empreintes, on ne sait pas pourquoi… »

J’ai rencontré, le long du fil barbelé, des gens torturés et choqués. Ils m’ont dit qu’une grève de la faim était observée à l’intérieur du camp et m’ont donné des photos de familles entassées dans les tentes et d’enfants allongés par terre essayant de dormir à la belle étoile. Un Syrien a affirmé ne pas savoir quoi faire, surtout en l’absence d’avocats : « Ils ont pris nos empreintes, on ne sait pas pourquoi… Je suis ici depuis plus de 22 jours. Aujourd’hui, la police a roué un homme de coups parce qu’il s’était glissé une seconde fois dans la fille d’attente pour avoir de quoi manger… Il y a quelques jours, une bagarre entre réfugiés s’est déclenchée et l’un d’eux a été grièvement blessé au point d’être hospitalisé… Il n’est toujours pas revenu ».

Un autre confie : « Un mouvement de protestation a commencé à prendre forme à l’intérieur du camp après la décision prise d’extrader deux familles syriennes vers la Turquie. Hier, deux personnes ont tenté de se suicider ».

J’ai quitté le camp sous le choc et je me suis dirigé vers la plage parsemée de bouées de sauvetage, de chaussures, de vêtements et d’objets personnels laissés par ceux qui avaient pris la mer… J’ai jeté mon regard, par-delà les eaux, vers la Turquie souhaitant décrire à ceux qui fuient la mort de l’autre côté le soi-disant « paradis promis » qui les attend.

Tags:
camp de refugiesîles de lesbosLesbos
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement