Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Les réfugiés de Lesbos et la métapolitique du Pape samaritain

Le pape François et les familles syriennes accueillies par la communauté de Sant'Egidio ©FILIPPO MONTEFORTE / POOL / AFP AI
Pope Francis welcomes a group of Syrian refugees after landing at Ciampino airport in Rome following a visit at the Moria refugee camp on April 16, 2016 in the Greek island of Lesbos. Twelve Syrian refugees were accompanying Pope Francis on his return flight to Rome after his visit to Lesbos on Saturday and will be housed in the Vatican, the Holy See said. Pope Francis, Orthodox Patriarch Bartholomew and Archbishop of Athens and All Greece Ieronymos II visit Lesbos today to turn the spotlight on Europe's controversial deal with Turkey to end an unprecedented refugee crisis. AFP PHOTO POOL / FILIPPO MONTEFORTE / AFP PHOTO / POOL / FILIPPO MONTEFORTE
Partager

Dans l’Occident laïque, le paradoxe n’est qu’apparent : dans une société sans Dieu, le pouvoir est souverainement sans limite, et la politique absorbe le religieux. La réalité religieuse n’a de sens que si elle a une portée politique. Sinon, elle est vide, ailleurs ou "privée".

Dans nos sociétés « athées », la réalité religieuse n’a de sens que si elle a une portée politique. Sinon, elle est vide, dans un ailleurs ou « privée ». C’est ainsi que le geste du Pape à l’île grecque de Lesbos, recueillant douze réfugiés musulmans, n’est compris que dans sa dimension politique, y compris de la part de catholiques. Ou bien pour saluer ce geste, ou bien pour le critiquer. Dans la mesure où cette initiative, très médiatisée, est voulue comme une action symbolique, il serait abusif de lui refuser cette dimension politique, mais cette dimension publique de la charité ne soumet pas celle-ci aux lois de la politique elle-même.

L’amour du prochain

La charité répond aux exigences universelles de la charité, rien d’autre. Non seulement la charité peut s’affranchir des contraintes de la politique, mais c’est aussi son devoir : « Que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite » (Mt 6,3). Si la liberté d’action du chef de l’Église se manifeste ouvertement, c’est pour signifier qu’un ordre politique juste et libre doit reconnaître sa place dans la société à l’ordre indépendant de la charité, lequel ne peut être cantonné au silence et à l’obscurité de la « sphère privée ».

Le Pape samaritain ne demande pas aux gouvernements de faire comme lui, précisément parce qu’il n’agit pas dans le domaine qui est le leur. Cela n’exclut pas des arrière-pensées de sa part — l’homme est rusé, il l’avoue lui-même ! — mais son message est moins politique, au sens pratique du terme, que métapolitique. En se penchant singulièrement sur les victimes, il rappelle aux États que l’honneur de l’humanité est de faire la paix, sans céder aux véritables fauteurs de guerre.

La non-compréhension de son geste

De même, il est reproché au Saint-Père la naïveté de croire que son geste va évangéliser le monde musulman. Le « monde musulman » comprendra ce geste comme il voudra, cela ne dispense pas le Pontife d’être dans son rôle, au risque d’être incompris. Faudrait-il renoncer à la charité pour ne pas apparaître faible ? La charité des moines de Tibhirine n’était pas un calcul. Elle était, point. Comme un signe d’éternité. En revanche, ce serait une faute — politique — de la part des États de croire qu’ils pourront changer le monde musulman avec l’arrogance des faibles, l’ambulance d’un côté et le chasseur-bombardier de l’autre. Ce n’est pas parce que l’Occident se prend pour l’apôtre des droits de l’homme qu’il faut à tout prix faire du Pape un agent de la pensée molle des sociétés libérales, a fortiori à son corps défendant.

Faire la charité

Il reste deux vraies questions. Si son geste est un acte de charité, cette charité envers les fils de Mahomet n’est-elle pas contre-nature ? Vidons d’abord l’argument selon lequel les chrétiens d’Orient accuseraient le Souverain pontife d’accueillir en priorité des musulmans. Cette dénonciation est injuste — quand bien même on trouvera des « témoins » pour la soutenir : s’il y a une puissance qui, avec ses moyens, fait tout pour les chrétiens d’Orient, c’est bien le Saint-Siège, et ce sont les autorités des Églises orientales qui le disent.

Ensuite, il faut se garder de juger un acte de charité avec les critères de la justice. Si la charité dépasse la justice, les exigences de la justice demeurent valables pour les États eux-mêmes. À chacun ses responsabilités : elles ne sont pas contradictoires, elles ne doivent pas être confondues.

Enfin, que penser de la portée symbolique, donc pédagogique de l’opération ? N’y-t-il pas faute de communication ? La question est légitime, à en juger par l’incompréhension que le geste de Lesbos a provoquée. Par définition, ce type d’initiative relève de ce qui est discutable, et il est bon qu’il y ait discussion. Mais qu’au moins les catholiques en débattent sans tomber dans le piège des catégories étrangères au mystère de la charité.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]