Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

10 blagues Carambar à raconter à la sortie de la messe

© Gomisan-CC
Partager
Commenter

À l’occasion de la journée mondiale du rire, ce dimanche 1er mai, voici une sélection de dix blagues bon enfant qui parlent de curés, d’église, d’anges ou de Paradis…

C’est un docteur qui dit à un fou :
– Alors pour qui vous prenez-vous aujourd’hui ?
– Dieu m’a dit que j’étais le Pape.
À ce moment là, passe un autre fou, qui s’écrie :
– Ce n’est pas vrai. Je ne lui ai jamais rien dit !

Deux anges font la causette :
– Quel temps fera-t-il demain ?
– Nuageux.
– Ah ! Tant mieux, on pourra s’asseoir.

Pourquoi faut-il aimer son prochain?
Parce que les autres sont loin.

Un prêtre un peu fou monte un escalier en chantonnant :
« C’est l’abbé bête qui monte qui monte qui monte… »

Nicolas demande à sa maman :
– Elle faisait quoi, comme métier, la Sainte Vierge ?
– Elle était mère au foyer.
– Alors, pourquoi elle a mis le petit Jésus à la crèche ?

Écoute, dit une maman à sa petite fille, si tu es sage, tu iras au ciel,
et si tu n’es pas sage, tu iras en enfer.
– Et qu’est-ce que je dois faire pour aller au cirque ?

Pourquoi à Cuba, il n’y a pas de prie dieu dans les églises ?
C’est parce que les fidèles cassent trop.

On demande à Julien s’il fait bien sa prière tous les soirs…
– Oh non, c’est ma mère qui la fait.
– Et que dit-elle ?
– Enfin il est au lit ! Merci mon Dieu…

Pourquoi les bonnes sœurs se bouchent-elles les oreilles ?
Parce que Jésus crie (Jésus-Christ)

Un chevalier du Moyen Âge rentre chez lui après de nombreuses années de croisade. Lorsqu’il retire son armure, sa femme s’exclame :
– Comme tu es bronzé !
– Non, répond-il, c’est de la rouille !

Tags:
messe
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]