Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ma femme, la maladie d’Alzheimer et moi

Partager

La patience, la gentillesse, la bonté, la foi et la joie à l’épreuve de cette terrible maladie.

Ma femme, son esprit, son être tout entier, est prise en otage par un intrus. Son nom ? Alzheimer. Depuis plusieurs années, la maladie fait son œuvre sombre et progresse, sans relâche. Mais c’est également mon ennemi. Le plus pugnace et le plus redoutable que j’aie jamais rencontré.

L’un des douze fruits de l’Esprit Saint est la patience. Cette vertu a toujours été l’un de mes points forts. Et pourtant, Dieu sait qu’elle aura été mise à rude épreuve.

Satan m’a bien pris au piège, et il l’a fait avec la redondance insidieuse qu’est la fidèle compagne d’Alzheimer. Dans les moments d’absences, de plus en plus fréquents, c’est la colère qui prend parfois le dessus en moi, alors que ma femme est l’innocente victime d’une maladie qui l’a envahie et a déformé sa personnalité.

Mais Dieu m’accompagne et nombreux sont ses signes sur ce chemin spirituel qu’est le mien. Un jour, alors que j’avais perdu patience et que la honte m’envahissait, je reçus un mail de l’Alzheimer Association qui décrivait exactement la situation à laquelle je venais de faire face : « Ressentez-vous de la frustration et de la colère lorsque la personne que vous accompagnez ressasse les mêmes choses continuellement et ne semble pas écouter ? ». C’est exactement ce que je vivais au quotidien.

S’il y a bien une chose que j’ai appris en accompagnant ma femme dans la maladie, c’est bien que nous avons besoin de toutes les prières possibles. Car au-delà des assauts permanents contre la patience, les autres fruits ou vertus sont en permanence mis à rude épreuve. La gentillesse, la bonté, la foi, la joie, aussi.

Le monde d’Alzheimer est un monde alambiqué s’il en est, d’autant plus complexe que rien n’est logique.

J’assiste à des réunions de soutien une fois par mois. La plupart des participants sont des personnes de foi (catholique, chrétienne, juive, protestante, etc.) Invariablement, ils se reposent énormément sur leur foi pour naviguer entre les eaux étranges et imprévisibles de la maladie d’Alzheimer. La foi en Dieu est un bouclier puissant contre le caractère insidieux de cette terrible maladie.

Quant à moi, je considère que mes plus grands alliés dans cette bataille sont : Dieu, la foi catholique, les prières, la famille et les amis. Ces alliés me fortifient. Ils sont les sentinelles de ma patience. Et mes prières sont mon armure.

N’oubliez pas dans vos prières les millions de victimes de la maladie d’Alzheimer. Et si possible, n’oubliez pas non plus ceux qui les aident au quotidien. Nous avons nous aussi besoin de toute l’aide possible.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]