Aleteia

La Madone plus forte que le séisme en Équateur

Facebook
Partager
Commenter

Une image de la Sainte Vierge, restée intacte, est devenue un symbole de consolation.

Cette photo qui a fait le tour du monde suscite la stupéfaction. Il s’agit d’une simple vitrine renfermant une image de Notre-Dame de la Lumière, restée intacte après le séisme de magnitude 7,8 qui a frappé l’Équateur le 16 avril.

Tout autour, ruines et destructions

La photo de la Sainte Vierge qui circule sur les réseaux sociaux a été prise à l’école Leonie Aviat dans la paroisse de Tarqui, à Manta, très fortement touchée par le séisme. Comme l’ont déclaré divers membres de la communauté des Oblats de saint François de Sales, l’image de la Sainte Vierge intacte a suscité l’émerveillement alors que l’école dans laquelle elle se trouvait a été totalement détruire.

Comment une image de la Madone, si fragile, a-t-elle pu résister à un tremblement de terre ? Telle est la question que tous se posent. Pour beaucoup, il n’y a pas de réponse, mais cette image rescapée pourrait symboliser une sorte de triomphe dans un contexte de dévastation totale, et devenir une icône de consolation.

Un miracle alors que tout semblait perdu

Au cours des derniers jours, le travail inlassable des secouristes et des bénévoles équatoriens a permis de sauver la vie de nombreuses personnes restées coincées sous les décombres. Trois jours après le séisme, y compris dans la ville de Tarqui où s’est produit le miracle de l’image de la Sainte Vierge, trois personnes ont pu être extirpées vivantes, selon ABC. Ce sauvetage est dû aux pompiers de Quito qui, le même jour, ont également sauvé deux personnes dans le centre de la capitale.

À Tarqui, trois personnes ont pu être extirpées des décombres du marché au bout de 32 heures, dont un homme connu sous le nom de Don Segundo. Un autre sauvetage extraordinaire a eu lieu dans la ville côtière de Pedernales, épicentre de la catastrophe, où un homme de 65 ans a été sauvé par la police nationale, ainsi qu’un autre de 82 ans qui, resté en état de choc, a perdu la parole.

Une des premières rescapées

Vingt heures après le séisme, toujours à Pedernales, une petite fille coincée dans les ruines d’un immeuble a pu être sauvée. « Tout va bien », ont dit les secouristes dès qu’ils ont vu qu’elle était vivante.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]