Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Hommage à Claude-Henri Rocquet

Portrait de Claude-henri Rocquet © YOU TUBE
Partager

Acteur et critique de théâtre, Jean-Luc Jeener s'adresse à ce grand écrivain français, son ami de toujours, pour la dernière fois.

Mon cher Claude,

Comment dire avec ces mots que tu aimais tant, notre belle langue française que tu as si bien servie, l’affection, l’admiration, la reconnaissance que nous te devons, nous les pauvres mortels encore debout dans cette église, nous qui n’avons plus que notre peine à t’offrir. Le poète est celui qui passe mais c’est surtout celui qui demeure dans les cœurs et dans les âmes. Toi qui croyais à l’apocatastase, il n’y a plus d’autres possibles pour toi que le Paradis.

L’enfer est peut-être vide mais, pour toi, il n’y avait pas grand risque : une belle personne, un être rare, curieux, créateur, si humain dans ses passions, si plein de vie et de désir pour ce qui est grand, beau, nécessaire. Chaque conversation avec toi était une merveille de profondeur. Je me vois encore il y a quelques jours parler de l’essentiel, de cette vie après la mort, de ce Dieu d’amour tellement fou de nous aimer individuellement, du sacré de notre vie et de ce que nous lui devons alors que tant d’hommes y meurent dans cette vie à force l’ignorance et de paresse et de lâcheté.

Toi, tu savais pourquoi tu vivais, pourquoi ton travail, ton œuvre, pouvait être si important pour tes frères en humanité. Et tu travaillais, tu travaillais… Comme seuls le font les artistes quand ils sont habités. Avec Annik, ta femme, ton double, ta merveille qui savait si bien mettre en forme ce dont tu rêvais, tu as construit une œuvre magnifique et peut-être, sûrement, qu’un jour la France, l’humanité le comprendra.

Ainsi l’homme œuvre dans le silence de Dieu. Silence si plein de sa présence. Ainsi Claude, mon ami, tu es passé dans la communion des Saints. Tu es présent à jamais et dans notre histoire, la mémoire, et dans l’autre.

Je t’embrasse affectueusement.

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Le Top de Jean-Luc Jeener
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
Afficher La Suite
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]