Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Antonio Vivaldi : Et la musique l’emporta sur la prêtrise

Portrait attribué à Vivaldi sans certitude © le coindesenfants
Partager
Commenter

Découvrez pourquoi le compositeur de génie, auteur des "Quatre saisons", abandonna son rôle de prêtre.

La réputation de Vivaldi n’est aujourd’hui plus à faire. Il fait indéniablement partie des compositeurs baroques les plus joués et les plus adulés. Sa musique, rythmique, vive, audacieuse plait instantanément à l’oreille. Rien d’étonnant qu’à son époque le compositeur connaissait une notoriété exceptionnel. De Vienne à Munich en passant par Prague, Londres, Paris, Vivaldi voyageait partout afin de répondre aux commandes de prestigieux mécènes. Très vite il deviendra LE compositeur à la mode, faisant de la Pietà, œuvre charitable où il officie en tant que maître de musique, un des hauts lieux artistiques de Venise. Sa musique fut cependant longtemps oubliée après sa mort en 1741 et il faudra attendre le milieu du XXe siècle pour voir son œuvre renaitre. Son exceptionnelle virtuosité violonistique, les centaines de concertos qu’il a composés dont les plus célèbres sur le thème des saisons assurent aujourd’hui son succès.

Église de San Giovanni in Bragora à Venise ou Vivaldi fut baptisé © wikipedia
Église de San Giovanni in Bragora à Venise ou Vivaldi fut baptisé © wikipedia

Prêtre et musicien à la fois

Tout le monde l’appelait  Il prete rosso « Le prêtre roux » (en raison de sa chevelure flamboyante) et pourtant il ne célébrait pas la messe. Tellement habitué à le considérer comme compositeur, on en oublie presque qu’il est devenu prêtre avant de se consacrer totalement à la musique ! Mais pourquoi avoir choisi les ordres s’il avait un tel penchant pour la musique ? Sylvie Mamy explique, dans sa biographie consacrée au compositeur, qu’à Venise on avait toujours besoin de prêtres. Au XVIIe siècle, la ville était constamment en recherche de clercs aptes à servir les 70 paroisses où l’on célébrait environ une quarantaine de messes par jour ! Pour un garçon issu d’un milieu modeste, devenir prêtre était une manière de s’élever socialement mais aussi de recevoir un enseignement. Même si on ignore les réelles motivations de Vivaldi, l’histoire nous apprend qu’il devint diacre à l’âge de 22 ans, puis officiellement prêtre à 25 ans. Il célébra sa première messe dans sa paroisse d’appartenance, en l’église de San Giovanni in Oleo.

Église San Giovanni in oleo, aujourd'hui disparue tait située sur la place Saint-Marc à l'opposé d la basilique. Tableau de Francesco Guardi © wikipedia
Église San Giovanni in oleo, aujourd'hui disparue était située sur la place Saint-Marc à l'opposé de la basilique. Tableau de Francesco Guardi © wikipedia

Si la musique a pris une telle place dans sa vie, c’est qu’il la pratiqua très tôt en parallèle de sa formation de prêtre. Se révélant très vite extrêmement talentueux, il obtint son premier poste fixe de musicien tout juste après son ordination : maître de violon à la Pietà. Le voilà donc investit de deux fonctions : prêtre et violoniste.

La musique avant tout !

Pourtant sa mission de prêtre va très vite être mise de côté jusqu’à être totalement abandonnée deux ans après son ordination. L’histoire retient qu’il se plaignait de crises d’asthmes, ce qui l’empêchait d’assurer l’office. Vrai ou faux ? Sylvie Mamy semble remettre en cause cette raison, notamment au vue du grand nombre d’activités musicales à laquelle il s’adonnait et qui devait, sans doute, le fatiguer bien plus que la célébration des messes. Quoiqu’il en soit, nul doute que cela arrangea très certainement Vivaldi qui pouvait désormais se consacrer entièrement au plaisir de la musique et de la composition.

Si Vivaldi est indéniablement rattaché aux « Quatre saisons », il n’est pas uniquement le roi du concerto et il se consacra également à l’opéra et à la musique sacrée. C’est dans cette dernière catégorie que Vivaldi laisse libre cours à son génie dans le traitement des chœurs. Sa musique, très polyphonique laisse apparaître son style enjoué et festif qui lui est propre. Parmi le répertoire redécouvert depuis les années 1950, le Gloria RV 589 n’est plus à présenter et demeure le plus célèbre :

Un florilège de ses plus belles œuvres

Plus d’une cinquantaine d’œuvres sacrées sont revenues jusqu’à nous. Impossible de toutes les présenter, mais voici quelques morceaux à écouter juste pour le plaisir. Énergie, rythme, intensité…Vivaldi c’est la musique idéale pour commencer la journée de bonne humeur !

Finalement, si Vivaldi ne célébrait pas la messe, ne servait-il pas Dieu aussi bien, voire mieux, qu’à travers sa musique ?

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]