Aleteia

Pape François aux ados : « Le bonheur ne s’achète pas et ce n’est pas une appli »

© Antoine Mekary / ALETEIA
Partager
Commenter

Au cours de la messe avec plus de 70 000 jeunes place Saint-Pierre, le Souverain Pontife les a exhortés à faire des choix " forts et courageux".

Plus de 70 000 jeunes, sacs aux dos, quadrillant la ville de Rome : sur la place Saint-Pierre, dans la basilique et sur sept places de Rome, pour passer tout un week-end organisé spécialement pour eux par le Saint-Père, à l’occasion du jubilé extraordinaire de la Miséricorde. Au cours de la messe, dimanche, le Pape a invité tous ces ados de 13 à 16 ans à devenir des « champions de la vie, des champions de l’amour », capables de construire un avenir « avec les autres et pour les autres », en apprenant chaque jour que « l’amour se nourrit de confiance, de respect, de pardon » ; qu’il est « un choix de vie à mettre en pratique » et non « une douce poésie à apprendre par cœur ».

Après avoir créé la surprise, samedi 23 avril, en venant s’asseoir au milieu des 150 prêtres mobilisés sur la place Saint-Pierre pour entendre leurs confessions, le Pape n’a cessé de leur parler en se mettant à leur place, en commentant leur désir de « liberté » et de « bonheur » version 2.0.

Faire des choix « courageux et forts »

« Chers jeunes, (…) ne vous contentez pas de la médiocrité, de “vivoter” dans le confort et assis ; méfiez-vous de celui qui vous distrait de la vraie richesse que vous êtes, en vous disant que la vie est belle uniquement lorsqu’on a beaucoup de choses : méfiez-vous de celui qui veut vous faire croire que vous avez de la valeur quand vous portez le masque des forts, comme les héros des films, ou quand vous endossez des habits dernier cri. Votre bonheur n’a pas de prix et ne se commercialise pas, a-t-il mis en garde, il n’est pas une “App” qu’on télécharge sur un téléphone portable : même la version la plus actualisée ne peut vous aider à devenir libres et grands dans l’amour. La liberté, c’est autre chose : ce n’est pas faire ce qu’on veut… C’est savoir dire non… Celui qui est libre c’est celui qui sait dire oui et qui sait dire non », être libre c’est « le don de pouvoir choisir le bien », a-t-il insisté.

Toujours se relever

À ces ados en pleine croissance, pleins du « désir d’aimer et d’être aimés », le Souverain Pontife a offert un décalogue de recommandations : « aimer sans être possessifs », comme l’enseigne le Seigneur ; « aimer les personnes sans vouloir les posséder, en les laissant libres », prendre soin de l’autre, en « le respectant, le protégeant et l’attendant » ; construire l’avenir « avec les autres et pour les autres, jamais contre quelqu’un » qui ne serait alors que destruction. Et quand aimer semble dur, quand il est difficile de dire non, « regarder la Croix de Jésus, ne pas la lâcher », car c’est cette main qui « vous relève quand vous tombez », a-t-il expliqué. L’important, leur a encore dit le Pape, « n’est pas de ne pas tomber, mais de ne pas rester par terre ! », c’est « avoir le courage de se relever, de se laisser relever par la main de Jésus », qui est souvent « celle d’un ami, celle des parents, de ceux qui nous accompagnent dans la vie ».

Les « rêves et les espoirs des jeunes » constituaient le fil conducteur de la grande fête de la musique organisée samedi soir au stade olympique de Rome. Le pape François, absent physiquement, a voulu leur signifier sa présence comme un bon père veillant sur ses enfants. Dans un message vidéo, diffusé en ouverture, il les a remercié pour leur « invasion pacifique » de la place Saint-Pierre, et pour avoir franchi le seuil de la Porte sainte. Dernière recommandation avant de les laisser à leur fête : « Souvenez-vous, sans Jésus dans votre vie c’est comme avoir un téléphone portable qui ne capte pas ! On ne peut plus parler et on se replie sur soi-même. Alors tâchons de nous mettre là où il y a du réseau (…) car dans ce bas-monde nous aurons toujours quelque chose de bon et de vrai à dire ».

La suite…

La journée de dimanche s’est poursuivie par une visite aux tentes de la miséricorde installées sur sept places du centre historique de Rome. Sous ces tentes, du samedi au lundi, les jeunes pèlerins et citoyens de Rome ont la possibilité d’écouter des témoignages d’œuvres de miséricorde spirituelles et physiques. Par ailleurs, la police italienne a mis une caravane à la disposition des jeunes près du château Saint-Ange pour les former à un usage responsable d’internet et des réseaux sociaux.

Retrouvez ici l’intégralité de l’homélie du pape François aux adolescents

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]