Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Aleteia ressuscite le code de chevalerie (3/10). Tu ne reculeras pas devant l’ennemi

© José Daniel Cabrera
© José Daniel Cabrera
Partager

"Le salut d'un roi n'est pas dans son armée, ni la victoire d’un guerrier dans sa force."

À quoi peut bien ressembler le chevalier des temps modernes ? Pour répondre à cette épineuse question, Aleteia a remis au goût du jour un ancien code de chevalerie en vigueur au XIIesiècle. Ces dix commandements, à l’image du décalogue de l’Église catholique, dictaient la conduite des chevaliers désireux de cultiver les saintes vertus et d’éveiller en eux les sentiments les plus nobles. Répondant aux problématiques médiévales, un tel code peut à première vue sembler désuet ou inapproprié à l’époque moderne. Vraiment ? Largement imprégnés par la morale chrétienne, ce seront des prêtres, bien dans leur époque, qui revisiteront et réactualiseront pour vous les préceptes de ce code dont notre société moderne gagnerait beaucoup à s’inspirer. Faisons naître ensemble un nouvel esprit chevaleresque ! 

Cette semaine, c’est au tour du père Bertrand Monnier, curé de la paroisse Val de Marie, dans le diocèse de Verdun, d’apprendre à notre aspirant chevalier comment faire face à l’ennemi. Difficile de deviner à la célébration traditionnelle de ses offices que l’abbé Monnier, né en 1979, est fan de musique metal, ainsi que des mondes fantastiques et médiévaux. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi d’ajouter quelques références cinématographiques originales à ce nouveau code de chevalerie pour mieux illustrer son propos.


Tu ne reculeras pas devant l’ennemi

Mon jeune apprenti,

Aujourd’hui, je vais te parler de l’ennemi du chevalier : le côté obscur de la Force. Tu sais qu’un chevalier Jedi combat le côté obscur avec courage et bravoure. Il est d’ailleurs même prêt à mourir au combat. C’est là une belle et noble chose, qui permet de faire grandir ce monde. Je ne doute pas de ton courage et de ta bravoure, ni de ta générosité. Je sais à quel point tu es motivé pour participer à cette grande aventure humaine qui est la construction du Royaume des Cieux.

Sache cependant que le côté obscur de la Force sait se jouer de nous et fort bien utiliser cette motivation à nos dépends. Ainsi, au nom de notre courage et de notre bravoure de chevaliers, il nous arrive de tomber dans les pièges qu’il nous tend. Alors, pour mieux éviter les traquenards, je t’invite aujourd’hui à te poser cette question : qui donc est mon ennemi ?

La réponse va te sembler rude, mais il faut pourtant que chaque chevalier Jedi se le redise bien souvent : je suis mon premier ennemi. Rappelle-toi l’initiation de Luke Skywalker par Maître Yoda, quand il entre dans sa caverne intérieure pour combattre son ennemi Dark Vador : il triomphe de lui certes, mais le masque tombe et il réalise alors que le visage de son ennemi n’est autre que le sien. Le premier ennemi du chevalier est donc lui-même. N’oublie pas qu’il est impossible de changer les autres, mais que l’on ne peut se changer que soi-même. La tentation est grande de succomber au côté obscur de la Force. C’est plus facile, plus rapide, plus avantageux à bien des égards… surtout matériels. Mais c’est bien ton âme que tu risque de perdre. Tout le monde s’imagine le côté obscur tel un seigneur Sith, sombre combattant. Les manières de succomber sont hélas bien plus nombreuses.

Il existe en effet une tout autre tentation pour le chevalier : celle de devenir un Moldu. Le Moldu qui sommeille en chacun de nous est certainement notre pire ennemi. Il est là, avachi devant son ordinateur et ne sait rien faire d’autre que de consommer, râler contre ce qui ne dépend pas de lui et faire des choix orientés uniquement vers la facilité et la rapidité, vers son confort et sa sécurité. Il refuse toute sorte d’aventure et ne réfléchit jamais aux choses qui dépendent de lui, en parfait rouage d’une machine économique. Telle est la sombre tentation qui habite chaque chevalier : basculer progressivement vers une vie facile et confortable, mue par l’ignorance et la peur, le consumérisme et la paresse.

Voilà, mon cher padawan, où est ton ennemi. Caché au fond de toi, il te murmure des paroles qui semblent être sages et prudentes, mais qui te font glisser lentement vers la mollesse d’esprit. Ce monde contemporain te changera en véritable guimauve si tu n’y prêtes pas attention. Et tu sais parfaitement qu’il est impossible de construire quoi que ce soit avec de la guimauve. Je vais donc maintenant te donner quelques exercices pour combattre l’ennemi moldu qui est en toi, en suivant ce précieux précepte des chevaliers : prier avant de réfléchir, réfléchir avant d’agir. Car tu sais bien que la première arme du chevalier n’est pas dans sa main mais dans son esprit.

Ainsi, donc, tu peux méditer sur le verset 16-17 du Psaume 32, pour commencer :

Le salut d’un roi n’est pas dans son armée, ni la victoire d’un guerrier dans sa force,
Illusion que des chevaux pour la victoire, une armée ne donne pas le salut.

Une fois que tout est remis entre les mains du Seigneur, tout retrouve sa place. Tu peux alors commencer à réfléchir à ce qui dépend de toi. À la maison, au travail où à l’école, dans des activités et loisirs : Qu’est-ce qui dépend de toi ? Où peux-tu agir ?

Combattre le Moldu qui est en toi est à la fois simple à comprendre et très difficile à mettre en œuvre. Le secret réside dans la mise en application. Quoi que tu fasses, qu’il s’agisse de faire la vaisselle, de finir un dossier ou un devoir, de prendre le temps de prière ou de participer à activité sportive, d’aider ta mère à faire les courses : applique-toi ! Car l’application est le meilleur remède à la tiédeur et tu sais comme Dieu vomit les tièdes (Ap 3, 16). N’accepte jamais de faire quoi que ce soit de bâclé mais ne juge pas ceux qui agissent ainsi. C’est par les choses que tu bâcles que sera mesurée ta couardise. Le chevalier ne recule pas devant l’ennemi : ne recule donc pas devant la nécessité d’être appliqué.

Voilà, mon jeune apprenti. Dans tes prières, demande au Seigneur de t’aider à agir avec application dans le quotidien où Il t’envoie.

Merci aussi de confier à Dieu et à la Vierge Marie, tes maîtres Jedi, les prêtres, afin qu’ils les aident eux aussi à cheminer sur le chemin de la Force.

Que la Force de l’Esprit-Saint soit toujours avec toi !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]