Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Les bonnes feuilles de « Rien que l’Amour, Repères pour le martyre qui vient » de Martin Steffens (2/2)

©Stéphane OUZOUNOFF/CIRIC
08 octobre 2011 : Martin STEFFENS, philosophe. Les Etats généraux du Christianisme, Université catholique de Lille (59), Lille, France
Partager

Découvrez en exclusivité sur Aleteia des extraits du dernier ouvrage du philosophe spécialiste de Simone Weil.

Martin Steffens est professeur agrégé de philosophie et spécialiste de Simone Weil. Auteur du remarqué Petit traité de la joie, il vient de recevoir le Prix 2016 de la littérature religieuse, décerné par le Syndicat des libraires de littérature religieuse pour Rien que l’amour.

Face à un islam guerrier qui présente Dieu comme grand car puissant, le christianisme répond par un Dieu plus grand encore car il s’est fait petit pour atteindre l’homme. Dans cet essai aux accents prophétiques, Martin Steffens annonce des temps sombres à venir pour toute la chrétienté, mais rappelle également que les chrétiens ne sont pas seuls dans leur lutte pour l’Amour, car en recevant le baptême, ils ont reçu la mission « d’être une mission en ce monde » comme l’a rappelé François.

Plus qu’un essai, ce livre est un appel au courage et à la détermination pour tous les chrétiens appelés à prendre la Croix, avec l’Amour pour arme et la foi pour bouclier.

Extraits

Grandeur de Dieu qui s’est fait petit :

On peut faire comme si la foi chrétienne et l’islam revenaient au même, bien qu’on ait ici interdit à Dieu d’être non seulement grand ( comme le professent avec force et raison les musulmans ), mais grand au point d’être le plus petit : grand par le bas, assez grand pour embrasser l’humaine misère de ceux qui se sentent abandonnés de Dieu, de ceux qui, avec Jésus, crient en silence : mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?

La foi face à la barbarie :

Le véritable disciple de Jésus, celui que je m’efforce d’être, sait que tout lui a été donné, en Christ. Qu’on ne peut donc plus rien lui enlever. Qu’ont-ils à nous prendre, ces barbares ? La vie, si bonne soit-elle, n’est que la préface maladroite qu’un traducteur inquiet aura rédigé pour un chef d’oeuvre littéraire. Notre vie n’a de sens qu’indexée à la Vie éternelle près du Seigneur, cette vie promise à ceux qui, n’ayant pas tenu à leur vie, l’ont pleinement reçue d’un Autre.

La vocation du chrétien :

N’arrondir aucun angle. Porter au jour, par amour de l’autre, la violence qu’il porte en lui. Dénoncer, par notre sang versé, l’inhumanité de celui qui le verse – et, par amour de lui, la dénoncer non pour l’en accuser, mais pour qu’il soit sauvé. Je vous ai donné ce pouvoir, dit le Christ : délier les péchés de ceux qui vous affligent. Souffrir mais offrir celui qui vous fait souffrir. Pas de compromis avec l’ennemi, donc, mais pour que l’ennemi soit sauvé.

Substitution de l’amour à la souffrance :

Le disciple du Christ sur cette terre a une vocation précise : délier celui qui lui fait du mal, lui remettre sa faute, afin que celle-ci ne lui soit pas comptée ( Jn 20, 23 ). Donc : ne jamais se soustraire à un coup qu’on peut offrir à Dieu. Mieux ( ou pire aux yeux de celui qui n’y est pas habitué ) : offrir sa douleur pour le salut de celui même qui nous l’inflige. C’est fou, mais ce n’est pas de nous, c’est Dieu lui-même qui a imaginé l’étrange procédé de cette substitution. C’est lui qui s’est offert de souffrir pour le mal qu’on lui fait. En tant que chrétiens, nous vivons de ce geste.

COUV1re_steffens_rienquelamour_HD - copie
© Salvator

Rien que l’Amour, Repères pour le martyre qui vient de Martin Steffens, Éditions Salvator, octobre 2015, 90 pages, 10 euros.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.