Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 18 mai |
Saint Eric de Suède
home iconArt & Voyages
line break icon

Pour en finir avec la malbouffe

Philippe Oswald - Publié le 21/04/16

" À table citoyens ! " : le manifeste de Périco Légasse pour retrouver notre patrimoine culinaire, sauver nos paysans, notre santé et notre environnement.

Ce n’est pas d’aujourd’hui que « l’homme creuse sa tombe avec ses dents ». Mais si l’on en croit Périco Légasse, rédacteur en chef de la rubrique vin et gastronomie de l’hebdomadaire Marianne et animateur de l’émission « Manger, c’est voter » sur la chaîne Public Sénat, il y a urgence à les montrer, les dents, contre la malbouffe ! Il y tient mordicus, il le crie dans un appel aux citoyens, un manifeste qu’ont reçu les membres du gouvernement, les parlementaires, le patronat…

Bon sens, bon goût, santé

C’est une démarche politique, insiste le critique gastronomique : s’il n’est pas donné à tout un chacun de lutter contre le chômage en embauchant, si les problèmes posés par la mondialisation nous dépassent, nous nous nourrissons en moyenne trois fois par jour… Soit, pour 66 millions de Français, 198 millions de repas quotidiens. Il suffirait qu’un petit pourcentage de consommateurs change ses habitudes alimentaires pour que le bon sens, le goût et la santé retrouvent progressivement leurs droits au pays de la gastronomie. Il faut miser sur eux plutôt que sur les instances gouvernementales et internationales : « Il est proprement hallucinant, tempête Périco Légasse, que les initiateurs et organisateurs de la Cop 21 n’aient pas intégré la question alimentaire à l’inventaire des thèmes liés aux grands dérèglements climatiques » quand on sait les dégâts environnementaux et sanitaires causés par l’élevage et l’agriculture intensifs.

La course mortelle du productivisme

Le drame, celui dont nos paysans sont les premières victimes, c’est en effet l’exploitation industrielle de la terre. On est passé de la culture à la production de masse qui abîme nos paysages et pollue les sols : démembrements, pesticides, surexploitation.  Pour nourrir les foules ? Non, ça, c’est le prétexte ; l’objectif, c’est le profit. Pas celui des paysans poussés à la productivité par la FNSEA, prisonniers du surendettement, ligotés par les directives et dépendants des subventions européennes, mais celui des groupes industriels et des banques visant le jackpot au casino de la mondialisation. Les disparités européennes, les voracités du voisin allemand (qui, fort de sa main-d’œuvre venue des pays de l’Est, brade son porc en dessous de 1,30€ le kg « alors que les éleveurs bretons supplient les industriels de la viande de les payer 1,40€ ») ont achevé de mettre nos paysans à genoux. Du moins ceux qui n’ont pas fait le choix courageux, mais devenu payant, de l’agriculture raisonnée ou, mieux, biologique.

Le coût exponentiel de la mauvaise alimentation

Mais les prix ? C’est cher, le bio ! Moins que le médecin, les arrêts maladie et les décès prématurés, répond Périco Légasse – sans oublier que « le prix le plus bas dissimule toujours un vol ou un viol, qu’il faudra rembourser tôt ou tard ». « Choisir une tomate provençale bio à la place d’une espagnole traitée, en payant deux euros de plus du kilo, c’est (…) économiser dix euros de valeurs négatives, prélevées sur la facture chimique, sanitaire et sociale. » Une mauvaise alimentation provoque ou favorise le diabète, le mauvais cholestérol, et le cancer qui tue chaque année 63 000 Français. Comment ne pas s’étonner que nos contemporains, et pas forcément les plus pauvres, soient encore si nombreux à négliger ce qu’ils mangent, préférant économiser pour renouveler leur garde-robe, se payer un écran plat ou changer de smartphone ? Comment ne pas être choqué par l’indifférence de certains parents, pourtant soucieux de l’éducation et des études de leurs enfants, devant ce qu’ils ingurgitent à la maison ou à l’école ? Ne voient-ils pas le lien entre la malbouffe et la santé, mais aussi l’enjeu éducatif d’un apprentissage culinaire et gastronomique, impliquant la connaissance des aliments, de leur origine et de leur préparation, ainsi que la tempérance et la bonne tenue à table ? Alors que la Grèce elle-même, dont on vantait naguère le bienfaisant « régime crétois », vient d’être signalée par une étude sanitaire de l’OCDE comme détenant le triste record européen de l’obésité infantile (44% des 4-16 ans ! – merci les sodas et les fast-foods !), retrouver l’art convivial de bien se nourrir est un enjeu majeur de civilisation.

« Non à la barbarie alimentaire ! »

Mais une prise de conscience se dessine, les Français redécouvrent la valeur de leur patrimoine alimentaire, le bio est de plus en plus présent dans les grandes surfaces et fait son entrée dans les cantines scolaires.  Encore un effort, et l’aliment sain ne sera plus perçu comme un luxe élitiste mais de première nécessité. « La vraie guérison viendra de la détermination du consommateur ». Non aux poulets prêts à consommer en huit semaines au lieu de cinq mois dans les années cinquante, aux vaches produisant 8 000 litres de lait par an au lieu de 2 000, aux poules qui pondent 250 œufs par an contre 130… « Non à la barbarie alimentaire ! » N’attendons plus, il y a urgence, avertit Périco Légasse : « Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité moderne, la courbe d’espérance de vie s’est inversée » (selon l’étude du CDC – Centers for Desease Control and Prevention – publiée le 21 janvier 2016).

Allez, ce soir, on commence : on laisse tomber la salade en sachet et le plat surgelé à base d’ingrédients cultivés au roundup pour une bonne soupe aux poireaux et une omelette aux œufs sortis du cul de la poule… sans oublier, bien sûr, le verre de (bon) vin « parce que le vin soigne » ( excellent post-scriptum : « À vos verres, citoyens ! »)

À table citoyens ! de Périco Légasse © Éditions Cerf

À table citoyens ! pour échapper à la malbouffe et sauver nos paysans de Périco Légasse. Le poing sur la table, les éditions Cerf, 96 pages, 5 €.

Tags:
alimentationFrance
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
2
Mgr André Joseph Léonard
Que penser des expériences de mort imminente ?
3
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir sur le nouveau ministère laïc de Catéchiste
4
The Agonie of the garden
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
La dernière prière de Jésus
5
PRAY
Mathilde de Robien
Les cinq étapes indispensables d’une prière réussie
6
Thérèse Puppinck
Velankanni, le Lourdes de l’Orient
7
Hugues Lefèvre
13 mai 1981, 17h17 : « On a tiré sur Jean Paul II »
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement