Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La parabole du Bon Samaritain revisitée par le pape François

© ROBERT ATANASOVSKI / AFP
TOPSHOTS
A woman and her children look on as migrants and refugees wait to cross the Greece-Macedonia border in the rain on November 27, 2015 near Gevgelija. Over 200 migrants on November 26 tried to break through barbed wire fences to cross from Greece into Macedonia, which imposed new border restrictions last week, throwing stones at police, AFP reporters said. Since last week, Macedonia, which lies on the main migrant route to northern Europe, has restricted passage to only Syrians, Iraqis and Afghans who are considered war refugees. All other nationalities are deemed economic migrants and told to turn back. AFP PHOTO / ROBERT ATANASOVSKI / AFP / ROBERT ATANASOVSKI
Partager

Que répondrait Jésus à un chrétien lui demandant aujourd'hui : "Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ?"

Et voici qu’un catholique se leva et mit Jésus à l’épreuve en disant : « Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? ».

Jésus lui dit : « Qu’est-il écrit dans les Évangiles ? Et comment lis-tu ? ».

Il répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence, et ton prochain comme toi-même ». 

« Tu as répondu correctement, lui dit Jésus. Fais ainsi et tu vivras. »

Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ? ». Jésus reprit la parole et dit :

Un peuple vivait dans la paix et la tranquillité. Il tomba entre les mains de brigands qui le dépouillèrent, le rouèrent de coups, violèrent ses femmes et s’en allèrent en le laissant dans les mers et sur les plages, aux frontières et dans les camps de réfugiés, à moitié mort.

Ses frères le virent sans broncher, n’essayant même pas de le sauver mais passant à distance, indifférents. 

Cependant, un homme, un étranger vêtu de blanc, vit au loin la misère de ce peuple et fut saisi de compassion. Il accouru vers les camps de réfugiés, pansant les plaies et versant le vin de la joie et de l’espérance ainsi que l’huile de la tendresse et de la charité.

Le lendemain, il ramena avec lui certains d’entre eux à bord de son propre avion jusqu’à Rome. Les confiant à la communauté de Sant’Egidio, il dit à cette dernière : « Prends bien soin d’eux avant de les répartir dans les paroisses de Rome ».

Lequel donc, cher chrétien, te semble avoir été le prochain de ce peuple qui était tombé entre les mains des brigands ?

Le chrétien répondit : « C’est l’homme en blanc qui a fait preuve de pitié envers lui ».

Jésus lui dit : « Va, et toi aussi, fais de même et tu auras en héritage la vie éternelle ». 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]