Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« L’Église doit retrouver la tradition syriaque »

Le monastère de Mar Moussa en Syrie, vieux de plus de 900 ans ©LOUAI BESHARA / AFP
In a general view the historic Monastery of Mar Moussa rises from the north face of the Qalamun massif, 80 km north of the Syrian capital Damascus, 11 July 2007. Over 900 years old, the Monastery of Mar Moussa, which houses some of the oldest frescos of the Christian East, would have fallen from memory into obscurity without the efforts and attention of an Italian priest impassioned from a dialogue with Islam. AFP PHOTO/LOUAI BESHARA / AFP PHOTO / LOUAI BESHARA
Partager

Ces Églises implantées du Liban à l’Inde, sont les dépositaires d’une tradition liturgique et théologique qui manque cruellement à l’Église, dénonce le père Pierre Humblot.

Lorsque le pape Jean Paul II insistait sur l’importance des « deux poumons de l’Église », les chrétiens latins ont compris qu’ils devaient s’enrichir de la tradition orthodoxe greco-byzantine, oubliant l’Église dite nestorienne, ou syriaque, encore plus méconnue ! Cet avertissement provient du père Pierre Humblot, né en France, citoyen iranien et prêtre du Prado, qui a passé la majeure partie de sa vie au Moyen-Orient. Il a côtoyé l’Église chaldéenne, de tradition syriaque, en Iran : « Pour eux, les Byzantins sont des Occidentaux », rappelle-t-il. Et il a fait connaissance avec les pères syriaques, saint Éphrem en particulier, qui ont une approche de la théologie originale.

Une Église sémite

Alors que les premiers chrétiens de l’Empire romain ont été influencés par la logique grecque, et qu’ils se sont passionnés pour la philosophie, les chrétiens de Syrie et de l’Est de l’Euphrate étaient plus influencés par les populations sémites dont ils étaient souvent issus, et dont des communautés subsistaient en Mésopotamie, vestiges de l’exil des Juifs à Babylone. La langue de ces premiers chrétiens n’est pas le grec, mais l’araméen, décliné au cours de l’Histoire en divers dialectes dits « syriaques ». Ces différences historiques et culturelles se ressentent dans les textes des théologiens. Pour reprendre l’exemple de saint Éphrem, les textes de ce théologien sont essentiellement des poésies, qui n’ont rien à voir avec les démonstrations d’un saint Augustin, par exemple. Le père Humblot détaille : « Les pères des Églises syriaques sont des mystiques, pas des philosophes, ils cherchent à faire toucher la foi, pas à la faire comprendre ».

« Vous, Occidentaux, vous décortiquez le Mystère »

C’est cette différence d’approche qui explique le mot sévère de saint Éphrem à l’égard des théologiens occidentaux : « Ils décortiquent le Mystère ». Cette attitude, plus mystique que philosophe, se ressent, encore de nos jours, parmi les chrétiens de tradition syriaque, comme l’a constaté le père Humblot : « Donnez la Somme théologique de saint Thomas d’Aquin à un chaldéen moyen et le livre va lui tomber des mains ! C’est tout à fait l’inverse de leurs traditions ». Or, malgré leurs différences d’approche, les Églises catholiques romaines et syriaques ne divergent pas sur le plan de la doctrine. Un constat étonnant quand on sait qu’elles ont été presque complètement isolées l’une de l’autre pendant plus de mille ans !

Un outil d’évangélisation inemployé !

La quasi disparition de la tradition syriaque n’est pas qu’une perte historique et culturelle : en la laissant de côté, on laisse sans emploi un outil inestimable pour l’évangélisation en Asie. Lors du Synode spécial pour l’Asie, en 1999, les évêques japonais et vietnamiens affirmaient que la théologie occidentale n’est pas adaptée aux religions de l’Asie : « Pour les Asiatiques, on ne peut pas analyser la vérité ni expliquer le mystère. Il y a une préférence pour le silence avant les paroles ». Cette attitude ressemble à celle des théologiens syriaques, et ce n’est pas un hasard si cette Église a autrefois essaimé jusqu’en Chine !

Le père Humblot constate avec bonheur que l’attitude des chrétiens occidentaux à l’égard de la tradition syriaque est en train de changer : les textes des pères syriaques sont traduits, commencent à être connus par les prêtres, mais un long chemin reste à faire. « Ouvrez le Catéchisme de l’Église catholique, vous n’y trouverez pas un nom syriaque parmi les théologiens cités ! », s’insurge le père Humblot.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]