Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Via Francigena : à la découverte du Grand-Saint-Bernard, passage le plus ancien des Alpes

Le col du Grand-Saint-Bernard anciennement appelé col du Mont-Joux © Hans Hilewar
Partager

Le col du Grand-Saint-Bernard, une porte reliant le nord au sud de l’Europe.

Restes d’un ancien chemin romain qui témoignent, peut-être, de l’endroit exact par lequel passèrent en leur temps les éléphants d’Hannibal, à la veille de ce qui serait probablement l’incursion la plus mémorable lancée contre la cité éternelle. Évocation des gloires militaires d’Hannibal, d’Alexandre le Grand ou de Napoléon, qui utiliseraient ce même passage pour mener leurs armées vers l’Italie, tel qu’illustré admirablement dans les toiles immortelles de Jacques-Louis David, Paul Delaroche et Édouard Castres.

1280px-edouard_castres-bonaparte_au_st-bernard_img_3221
Napoléon traversant le col du Grand- Saint-Bernard d'Édouard Castres ©public domain

Un accès dangereux

Pourtant, le col du Grand-Saint-Bernard est pratiquement fermé aux pèlerins qui souhaitent parcourir la Via Francigena entre octobre et mai. Ce que l’on comprendra aisément, les rudesses de l’hiver alpin réservant de nombreux pièges, parfois mortels, aux pèlerins s’y aventurant.

Le col du Grand-Saint-Bernard anciennement appelé col du Mont-Joux © Hans Hilewar
© Hans Hilewar

C’est exactement pour cette raison que saint Bernard de Menthon y fit ériger en 1035 un hospice dans le but, d’une part, d’accueillir des voyageurs de passage, et d’autre part, de servir de refuge aux pèlerins perdus ou piégés par la neige. Il reconstruit un hospice à Colonne-Joux, celui du Petit-Saint-Bernard. Prédicateur itinérant à succès, il meurt à Novare le 12 juin 1081 au cours d’un retour de voyage à Rome et son corps fût placé dans un cercueil de marbre. Il est le Patron des montagnards et des alpinistes et canonisé par l’évêque de Novare en 1123.

great-st-bernard-pass
© Soumei Baba

Le col et ses chiens mythiques

Le chien saint-bernard est un des symboles de la Suisse. Chacun connaît l’histoire de Barry, le représentant le plus célèbre de cette race, qui a sauvé la vie de nombreux voyageurs égarés. Ces chiens ont été élevés à l’hospice du col du Grand-Saint-Bernard depuis le XVIIIe siècle.
Ces fameux chiens y ont été élevés par les moines, tout d’abord pour transporter des charges, puis pour rechercher des victimes d’avalanches. Selon la légende, Barry, le plus célèbre d’entre eux, aurait sauvé la vie de plus 40 personnes.

Amateurs de la montagne, vivez une ascension spirituelle au col du Grand-Saint-Bernard.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]