Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Méditer la Parole de Dieu

Partager

La Bible nous révèle que notre Dieu est un Dieu qui parle lorsque nous lisons les Écritures.

Quand l’Église parle de méditation, elle se réfère surtout à une « rumination » de la parole de Dieu, à la lectio divina, expression monastique qui signifie une lecture priée du texte biblique. L’important est que la lecture se change en prière, en oraison. « Cherchez en lisant, et vous trouverez en méditant ; frappez en priant, et il vous sera ouvert par la contemplation » (Catéchisme de l’Église catholique, no 2654). 

L’accueil de la Parole

Il y a un lien essentiel entre chacun des quatre degrés, vus comme une progression de l’âme vers Dieu. Par la lecture de la parole de Dieu, nous cherchons Dieu; par la méditation, nous « ruminons » cette parole afin de nous en imprégner le cœur ; par la prière, nous exprimons le désir de goûter Dieu ; par la contemplation, notre âme est ravie en Dieu, le savourant avec douceur.

Ainsi, dans la prière chrétienne, tout résulte de l’accueil de la parole de Dieu, « lumière de mes pas, lampe de ma route » (Ps 118, 105). Cette rumination de la Parole ne se vit pas seulement dans les monastères, elle se pratique aussi dans nos maisons. À nous de la lire, de la méditer, de la prier et de la contempler, comme l’écrit Guigues II le Chartreux : « Bienheureux celui qui, appliqué au premier degré, attentif à chercher au second, fervent au troisième, élevé au-dessus de lui-même au quatrième, monte en se fortifiant de plus en plus par ces chemins que Dieu a disposés vers lui dans son cœur, jusqu’à ce qu’il voit Dieu lui-même en Sion » (L’échelle des moines, Cerf, 1970).

La lecture nourrit la méditation qui alimente notre prière. La prière frappe à la porte du cœur et le Seigneur nous ouvre dans sa grande miséricorde. La lecture de la Parole nous met Dieu en bouche, la méditation en scrute les sens, la prière nous la fait désirer et la contemplation nous refait de l’intérieur. C’est ainsi que la lecture méditée de la Bible nous prépare à la prière en nous mettant en présence de Dieu. Par la méditation, nous faisons attention à tel mot, nous établissons des correspondances avec d’autres textes bibliques, nous réfléchissons sur les bienfaits que Dieu nous donne.

L’écoute de la Parole

La méditation permet une écoute attentive de l’Écriture, non seulement avec la tête, mais avec le cœur. La prière nous détache du texte et nous nous entretenons spontanément au Seigneur sous forme de demande, de louange, d’action de grâce, d’offrande de notre vie. Même si nous ne ressentons rien, Dieu passe quand même. Nous sommes là pour lui et nous lui offrons notre prière de pauvre. Nous communions à son silence et nous demeurons en son amour. Nous laissons le Père nous aimer, le Fils nous parler, l’Esprit agir au plus profond de notre âme. Lire la suite sur le blogue de Jacques Gauthier

Tags:
prière
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]