Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pape François : « Dieu est plus grand que nos péchés »

Partager

À l’audience générale, le Saint-Père consacre sa catéchèse au "repentir", accessible à tous et qui permet "toujours de se relever", en commentant un des sept psaumes de la pénitence.

Le pardon de Dieu est toujours « plus grand » que tout ce qui pourrait nous être reproché, « il fait du pécheur un homme nouveau, transforme son cœur et son esprit, en les remplissant de paix et de joie », a assuré le Pape aux milliers de fidèles et pèlerins rassemblés ce 30 mars place Saint-Pierre pour la traditionnelle audience générale du mercredi.

Pour sa dernière catéchèse sur la miséricorde dans l’Ancien Testament, le Saint-Père a choisi de commenter le psaume 50, « une belle prière de pénitence attribuée au roi David, repenti d’avoir commis un très grave péché ». Ce psaume, souligne-t-il, révèle « le vrai besoin de l’homme, l’unique chose dont nous avons vraiment besoin dans notre vie : être pardonnés, libérés du mal et de ses conséquences ». Le roi David, « après avoir trahi la mission que Dieu lui avait confiée (…) s’est humilié, a confessé sa faute et sa misère, convaincu de la certitude de la Miséricorde du Seigneur ». Les chrétiens doivent faire pareil, en manifestant « les mêmes sentiments de repentir et de confiance en Dieu », exprimés dans son psaume.

Le Seigneur ne dissimule pas le péché, explique François, Il le détruit, le supprime « à la racine comme fait le teinturier qui doit enlever une tâche sur un vêtement qu’on lui apporte ». À ceux qui disent : « Mais mon père, je suis faible, je tombe, je tombe », le Saint-Père a adopté comme à son habitude un ton rassurant, paternel : « Eh bien, si tu tombes, relève-toi. Quand un enfant tombe, que fait-il ? Il tend les bras vers sa mère et son père pour qu’ils le remettent debout. Faisons pareil. Si tu tombes par faiblesse à cause de tes péchés, tend les bras. Le Seigneur les prendra et t’aidera à te relever. Parce que Dieu a créé l’homme et la femme pour qu’ils restent debout ».

Et François de conclure : « Si tu veux être pardonné, pardonne » à ton tour.

À la fin de l’audience, le Pape devait embrasser une petite Américaine de 5 ans, atteinte d’une maladie génétique très rare, le syndrome d’Usher. La rencontre a été reportée au 30 avril prochain. Elisabeth Myers, Lizzy de son petit nom, avait exprimé le souhait de rencontrer le pape avant de perdre complètement la vue.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]