Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 27 juillet |
Saints Anne et Joachim
home iconCulture
line break icon

Georges de La Tour illumine le Prado

© Museo Nacional del Prado

Marie Fournier - Publié le 30/03/16

Le musée du Prado de Madrid consacre au peintre lorrain du XVIIe siècle une rétrospective d’envergure.

Adoptant une présentation chronologique de la carrière de Georges de La Tour (1593-1652), le musée du Prado expose 31 œuvres de l’artiste. Souvent religieux, ces tableaux au lyrisme surprenant et aux formes monumentales plongent le spectateur dans un univers presque monochrome, rempli de solitude et de silence.

Redécouvert en France en 1915 par Hermann Voss et présenté au public à l’occasion de l’exposition consacrée aux peintres de la Réalité en 1934, Georges de La Tour était jusqu’alors un peintre oublié, souvent confondu avec des artistes espagnols. Ainsi, son Saint Jérôme lisant une lettre a longtemps était considéré comme une œuvre de Zurbaran. Au cours du XXe siècle, il a pleinement retrouvé sa place parmi les grands maîtres français du XVIIe siècle avec les deux expositions monographiques parisiennes de 1972 et 1997. À l’honneur cette année au musée du Prado, le public est invité à (re)découvrir les œuvres fascinantes du peintre lorrain.

Georges de La Tour, peintre lorrain

Originaire de Vic-sur-Seille en Lorraine, Georges de La Tour vit à l’époque d’une période cruciale pour l’histoire de la Lorraine qui perd l’indépendance politique de son duché et se trouve au cœur de la guerre de Trente Ans. Les années de jeunesse de La Tour sont marquées par le profond réalisme de ses œuvres religieuses, comme en témoigne la série des Apôtres d’Albi. C’est aussi l’époque de sa première scène nocturne connue, L’argent versé, aujourd’hui conservé en Ukraine. Sa technique évolue ensuite vers plus une peinture plus lumineuse et l’artiste s’applique à répéter certains sujets en multiples variantes, notamment La pénitence de saint Jérôme ou Marie Madeleine. La fin de sa carrière est marquée par une attention particulière portée aux scènes religieuses nocturnes. Le silence y règne en maître, la palette devient plus monochrome et les formes géométriques, comme dans L’adoration des bergers du musée du Louvre ou Le Nouveau-né du musée de Rennes. La multiplication des scènes religieuses peut être expliquée par le renouveau de la vie religieuse apportée par les franciscains en Lorraine après la guerre de Trente Ans. Les amateurs de ces œuvres étaient nombreux, le roi Louis XIII tout d’abord qui le nomme peintre ordinaire, puis le gouverneur de Lorraine le maréchal de La Ferté, Richelieu, Claude de Bullion, ou encore l’architecte Le Nôtre.

Vers l’essentiel et l’introspection

L’approche de La Tour est différente pour les scènes de jours des scènes nocturnes. Les premières sont marquées par une lumière claire, un trait net et précis dans la représentation des figures. En revanche, les secondes, presque toujours éclairées par une bougie, offrent une gamme de couleurs plus limitée, les volumes sont comme simplifiés. La peinture de Georges de La Tour est épurée d’éléments anecdotiques, architecturaux ou paysagés. Elle est tournée vers l’essentiel. Ainsi, ses saints sont souvent représentés sans halo lumineux et ses anges sans ailes. À la fin de sa carrière, il tend de plus en plus vers cette économie, se dirigeant vers une création plus méditative, des lumières presque surnaturelles qui écartent les figures de la réalité. Aucun geste, aucun mouvement ne vient perturber l’introspection des figures.

Georges de La Tour 1593-1652, jusqu’au 12 juin 2016 au Museo nacional del Prado, Madrid.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
2
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
3
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
4
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
5
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
6
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
7
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement